Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le 33ème Mai du Théâtre d’Hendaye continue d’inviter au plus large

17 mai 2017 > > 2 commentaires

Le site du Festival est gratuit et les spectacles aussi, dans leur grande majorité : le détour par le village basque d’Hendaye s’impose donc du vendredi 19 au dimanche 21 mai 2017 pour le Mai du Théâtre, concocté pour la 33ème fois par la compagnie du Théâtre des Chimères.

Pour sa 33e édition, le Mai du Théâtre d’Hendaye, du vendredi 19 au dimanche 21 mai 2017, programmé comme chaque année par le Théâtre des Chimères, est composé de spectacles de qualité déclinant les arts de la rue, dans l’intimité des dispositifs scéniques installés sur le fronton Gastelu Zahar, ou bien au-dessus, avec ce Sodade offert samedi 20 mai dans les airs par le Cirque Rouages (à partir de 22h).

samedi 20 mai – 22h – Fronton G. Zahar – « Sodade » – Cirque Rouages

Mis à part trois d’entre eux (Jokoz Kanpo, Ma vie de Grenier, et The King of the Kingdom), sur 14, la gratuité des spectacles relève à la fois de l’envie d’inviter au plus large que de permettre cette culture spectaculaire d’être soutenue.

Théâtre, cirque, danse et musique, pour tout public : l’art est dans la rue, qui annonce un printemps qui en a fait un marqueur du retour aux beaux jours, avec les Jours Heureux d’Anglet (du 3 au 5 juin prochains), ou du FAR de Biarritz (du 26 au 28 mai).

samedi 20 mai – 19h30 – Chapiteau G. Zahar – « Ma vie de grenier » – Carnages productions

Nouveauté de cette année, mise en œuvre par Christophe Pavia, le plasticien du cheveu des Mystérieuses Coiffures et l’association « Les petites têtes dans les nuages », un Village des enfants, qui proposera entre le fronton et le chapiteau jeux, musique, stands, ateliers, tente à lire etc.

Ce village aura une porte d’entrée mais, a précisé Christophe Pavia, « cela ne sera pas une garderie ! ». Rendez-vous vendredi 19 mai à 18h30 pour l’ouverture officielle du village par la plus jeune présidente du monde.

Parmi les 14 compagnies invitées par le Théâtre des Chimères, voici une sélection subjective de cinq spectacles de théâtre et danse à voir au Mai du théâtre, sachant que notre recommandation est surtout de s’y pointer et de prendre son temps, de laisser libre court à sa curiosité.

samedi 20 mai – 15h, 18h45, 21h15 – Fronton G. Zahar – « Ca va valser » – Cie Les Rustines


Le dynamique collectif OS’O, composé de comédiens issus de l’Estba (école du Théâtre de Bordeaux), propose une pièce décapante de l’auteur britannique contemporain  Dennis Kelly, Mon prof est un troll.

Deux élèves malicieux, Alice et Max, voient arriver leur nouveau directeur d’école, un troll, Monsieur Arrgghh. Celui-ci a des méthodes plutôt spéciales, il dévore les enfants trop curieux ou encore les force à manger des choux de Bruxelles au beurre de cacahuète. Abandonnés à leur sort par les adultes, ils vont finir par trouver la solution la plus révolutionnaire et désarmante possible.

Écrite pour deux acteurs (et un troll), cette pièce pleine d’humour offre tant de liberté que le collectif OS’O a décidé de la monter avec cinq comédiens et, chacun connaissant tout le texte, de changer la distribution à chaque représentation. Une impertinence à la hauteur de la pièce,  qu’avait pu apprécier Eklektika dès sa mise en chantier en résidence de création en avril l’an passé.

A partir de 8 ans, gratuit, durée 50 min. Vendredi 19 mai à 17h aux Joncaux, samedi 20 mai à 11h30 à Dongoxenia et à 17h30 sous le préau de l’école.


Deux spectacles de danse mêlant les influences et les styles

Alter ego par la Cie Nyangazam, est un spectacle présenté au Temps d’aimer 2016 : entre danses basque et afro-contemporaine, deux danseurs issus des compagnies Nyanga Dance (fondée au Cameroun et implantée en Belgique) et Oldarra (ballet basque de Biarritz) assemblent leurs talents et tissent des liens sensibles entre les arts et les styles.

Attention, une seule représentation : vendredi 19 mai à 18h au Gastelu Zahar. Tout public, gratuit, durée : 20 minutes.

El fin de las cosas par la Cie Doos Colectivo :offert en Première pour le Festival, ce spectacle de danse est lauréat du tout nouveau dispositif d’aide à la création et la diffusion des Arts de la rue en Pays Basque Karrikan, mené par sept acteurs culturels du Pays Basque nord et sud : les villes de Bilbao, Vitoria-Gasteiz, Zarautz, Pampelune, Hendaye, la communauté de communes Errobi associée à la Fabrique des arts de la rue Hameka, et enfin Quiero Teatro en Navarre.

La jeune compagnie de danse de Bilbao propose ici une chorégraphie contemporaine dans laquelle les interprètes « van a sudar la camiseta » comme le dit Eva Guerrero la metteuse en scène. Un spectacle tonique, interprété par un homme et une femme qui incarnent les interactions entre deux êtres. Les deux corps se complètent, s’éloignent, se tendent et se désaccordent. Une projection corporelle et poétique des relations humaines.

Deux représentations samedi 20 mai : à 15h et 18h45 à Gaztelu Zahar. Tout public, gratuit, durée 20 minutes.


Azken Itzulia (Dernier rayon, de Joël Jouanneau), par le Théâtre des Chimères.

Ce spectacle en basque saura réjouir même les non-bascophones. La présence et le jeu des comédiens, Txomin Heguy (qui a également traduit la pièce en basque) et Patxi Uzcudun, y est pour beaucoup, de même que la poésie de la scénographie et de la mise en scène. Le spectacle est accompagné en direct à l’accordéon en alternance par Jesus Aured et Jean-Christian Irigoyen, ce qui ajoute encore à ce moment de théâtre une touche à la fois vive et mélancolique.

Joël Jouanneau, auteur et metteur en scène, pédagogue, a écrit avec Dernier rayon une pièce sportive sur la transmission : un homme âgé, l’autre jeune (dans la pièce originale c’est un enfant), font route ensemble à vélo, et loin d’être une balade décontractée, c’est à un chemin initiatique que l’aîné, Aldébaran, entraîne le plus jeune.

Il y est question d’apprendre à reconnaître ce qui est bon et ce qui est mauvais pour soi dans la nature et dans la vie, de poursuivre ses efforts même dans la difficulté… Sur scène, les deux acteurs pédalent quasiment pendant tout le spectacle et les vélos se déplacent joliment sur le praticable incliné. L’enfance est là, l’élan et l’aspiration aussi et c’est magique.

Une seule représentation, dimanche à 15h sous le préau de l’école. A partir de 8 ans, gratuit, durée 60 minutes. En euskara non soustitré.

A noter : un autre spectacle est présenté en euskara (surtitré) : Jokoz Kanpo par Borobil Teatroa, sous chapiteau à Gastelu Zahar le 19 mai à 21h (tarifs 12/6/4€)


Cie Tango Sumo, Les Achilles

Après avoir été révélé en 2011 au Temps d’Aimer de Biarritz, la compagnie continue d’explorer « l’hyperphysicalité » et a inventé son style, une sorte de danse martiale non violente. Composée uniquement d’hommes pendant six ans, et présentant ici un trio masculin, elle a travaillé principalement pour les arts de la rue.

Ici, « Les Achilles tentent une écriture chorégraphique lente et originale, les corps à corps dialoguent autour de l’équilibre des forces » explique le metteur en scène Olivier Germser, la prestation des danseurs vise à « observer en nous des forces plus simples, plus lentes, telluriques. »

Les trois danseurs de Tango Sumo qui interprètent cette pièce chorégraphique donnent à sentir ce qui les relient (et nous avec) aux éléments. L’ancrage de leurs corps dans le sol, la densité du présent qu’ils rendent palpable, font de ces Achilles des guides pour vivre une expérience troublante et forte.

Une représentation, dimanche 21 mai à 18h45 au fronton Gaztelu Zahar. Tout public, gratuit, durée 25 minutes.


Le week-end s’annonce de fait dense et réjouissant, avec des propositions multiples. C’est gratuit, c’est tout public, c’est dans la rue, pourquoi s’en priver.

dimanche 21 mai – 16h – Chapiteau G. Zahar – « The king of the kingdom » – Cie Bruit qui court

Début des festivités vendredi 19 mai à 17h avec Mon prof est un troll et fin dimanche 21 mai avec L’odeur de la sciure à 19h15.

Le week-end suivant, les 27 et 28 mai, le Théâtre des Chimères présente les spectacles des ateliers ados et adultes à l’espace Mendi Zolan : voir programme complet du Mai du Théâtre.

Attention, la salle Mendi Zolan ne disposant que de 160 places, il est conseillé de prendre ses billets à l’avance au Service Culturel d’Hendaye – En cas d’intempérie, les spectacles gratuits seront rapatriés dans la mesure du possible, se renseigner à l’accueil du village du Festival.


 


Commentaires

2 réponses à Le 33ème Mai du Théâtre d’Hendaye continue d’inviter au plus large

  1. Vincenç dit :

    Je crois que dans les festivals qui annoncent les beaux jours, vous avez oublié le festival Mai en Scène à Mauléon et la 8 ème édition de Jokoz Kanpo à Espelette le 3 juin. http://www.pinpulka.eu/jokoz-kanpo/
    Mais c’est vrai, on est loin de la côte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *