Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« 9 » du Petit Théâtre de Pain, vibrant plaidoyer pour nos parts manquantes

4 décembre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Cette semaine au Théâtre Quintaou d’Anglet, le Petit Théâtre de Pain a dévoilé avec « 9 » une création-somme de ses 20 ans d’existence au service d’une plus grande acceptation de soi, et des autres.

Dans la salle pleine (hier encore) du second espace scénique du Théâtre Quintaou d’Anglet, nombre des spectateurs présents n’avaient sans doute pas mesuré la remarque gourmande de Manex Fuchs, metteur en scène de « 9 » du Petit Théâtre de Pain (PTDP), qui les avertissait d’une « surprise probable » sur leur nouvelle création.

Du « 9 » annoncé comme possible relecture du huis-clos de justice ayant inspiré Douze hommes en colère de Sydney Lumet (1957), ou son jumeau, 12 de Nikita Mikhalkov (2007), le choix aura donc été fait de ne le traiter que comme prétexte de premier plan, dont ont jailli des interrogations bien plus acérées sur ce qui fonde aujourd’hui la notion d’adulte, de père (de mère), d’homme (ou de femme).

9-petit-theatre-de-pain-12

photo ©Eñaut Castagnet

Le tableau de famille de ces 9 jurés présents pour condamner ou libérer un adolescent comorien, accusé d’avoir assassiné ses grand-parents adoptifs, s’est nourri 1h50 durant de tout ce qui fonde le travail artistique du PTDP.

Des acteurs de tempérament, et une mise en scène rendue invisible par l’expérience de ces vieux routiers du PTDP ; une attaque non mouchetée contre les névroses sociales des risques-petit, et contre les raccourcis médiocres dont ils se suffisent pour se retirer des considérations solidaires ; quelques affirmations assumées sur une époque où les riens du tout se retrouvent broyés par l’indifférence, la paresse, le racisme ou la haine de la différence : là n’était pas la surprise annoncée.

9-petit-theatre-de-pain-11

photo ©Eñaut Castagnet

Il fallait sans doute reprendre ce chiffre-titre, « 9 », pour y voir le signe particulier de ce travail, et de la difficulté d’être « neuf » dans nos choix d’adultes.

A cet exercice insensé d’honorer sa place pour décider de la vie, ou de la mort, d’un homme, les comédiens-jurés se retrouvent confrontés aux vagues de ressac d’une enfance qu’ils découvrent toujours cramponnée à leurs choix d’adultes, souvent à son corps défendant.

Car l’on n’est pas « neuf » quand il s’agit d’écrire un « oui » ou un « non » en face du mot « vie ».

Pas plus que l’on ne l’est face à une page blanche devant soi, quand les mots que nous n’avons pas encore choisis sont guidés par la part manquante de nos existences.

Traumatismes enfouis ou réactions non conscientes au monde qui nous entoure, nous ne sommes pas « neuf », non, et l’illusion n’a plus de raison d’être, à la fin de cette pièce du PTDP.

Il nous faut alors regarder devant, en saisissant la main de ceux qui nous accompagnent, sans penser pouvoir lâcher la main de ce qui nous a constitué (ou manqué).

Le spectacle est un reflet de vie qui n’a rien d’innocent, les comédiens du PTDP ont un parcours collectif qui a défendu cette affirmation.

Pour quelques uns d’entre eux, ils en sont arrivés à saisir des mains d’enfants dans leurs vies privées, et ont compris qu’ils ne pourraient justifier devant les yeux en face d’eux d’être « neuf ».

Hier soir, il n’était pas question de juger cela comme une culpabilité, mais comme la marque triomphante d’une acceptation de ce qui nous aidera à vivre.

Et de ce qui continuera à les porter, eux qui, ces jours-ci, ont basculé de l’autre côté du chiffre « 20 ».

Comme autant d’années de ce théâtre conscient et engagé que ni le PTDP ni ses fidèles spectateurs, depuis tout ce temps-là, accepteraient de considérer comme « vain ».

9-petit-theatre-de-pain-10

photo ©Eñaut Castagnet


Les deux prochaines dates de 9 au Théâtre Quintaou d’Anglet, jeudi et vendredi, semblent avoir été prises d’assaut.

9-petit-theatre-de-pain-4

photo ©Eñaut Castagnet

Prochaines dates :

12/12/2014 FUMEL (47)
20h30, Centre Culturel de Fumel

13/01/2015 VILLENAVE D’ORNON (33)
20h30, Le Cube

15/01/2015 FLOIRAC (33)
20h30, M270 – Maison des Savoirs Partagés

Leur tournée les ramènera vers le Pays basque
les 29 et 30 mai à GARAZI / ST JEAN PIED DE PORT (64), en extérieur.

Tous les renseignements nécessaires sur le site du Petit Théâtre de Pain


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.