Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« 9 », du Petit Théâtre de Pain, convoquera les non-dits à la barre

28 novembre 2014 > > 2 commentaires

Du mardi 2 au vendredi 5 décembre à 20h30, dans la petite salle du Théâtre Quintaou d’Anglet, le Petit Théâtre de Pain livre sa nouvelle création, « 9 », très librement inspirée de « Douze hommes en colère ».

« Ceux qui nous suivent depuis des années devraient être surpris », savoure Manex Fuchs du Petit Théâtre de Pain, qui a pris la responsabilité pour leur nouvelle création d’en assurer la mise en scène.

9-petit-theatre-de-pain-6

photo ©Eñaut Castagnet.

Le point de départ de la pièce n’en est pas la première explication, quand elle s’appuie librement sur Douze hommes en colère de Reginald Rose, ce huis clos oppressant d’une sombre affaire de meurtre où neuf jurés, cinq hommes et quatre femmes, doivent délibérer sur le sort d’un adolescent accusé de parricide.

Cette entrée dans l’envie d’écrire sur la justice est en droite ligne avec le théâtre déterminé qui fonde cette troupe depuis vingt ans, passé des masques arrachés du Roi Ubu aux cicatrices à vif des mondes meurtris et souterrains de Traces ou du Siphon, jusqu’à l’interprétation en treillis d’un Hamlet ré-écrit en langue basque.

9-petit-theatre-de-pain-5

photo ©Eñaut Castagnet.

Là n’est donc pas la surprise annoncée par Manex Fuchs, « 9 reste une pièce sur les profondeurs de l’âme humaine, plus que sur la justice », et l’angle d’attaque portera bien sur le sort d’un gamin comorien adopté qui a tué ses grands parents adoptifs.

C’est dans la méthode de travail que se niche avec gourmandise le cœur de ce nouveau projet.

Une intuition de départ, un coup de fil, une rencontre rapide, et, au final, une révélation propre à faire bondir votre cœur hors de votre pauvre carcasse.

« On cherchait un dramaturge, quelqu’un qui écrit vraiment pour la pièce », un nom a émergé, celui de Stéphane Guérin, un habituel du Théâtre du Rond-Point, à Paris

stephane-guerin

Stéphane Guérin

Un pressentiment, celui de pouvoir partager les bouleversements des identités, de pouvoir interroger sur ces mythes avant de les respecter comme fondateurs.

Et de demander au théâtre, celui du cri et du doute, de pouvoir libérer la part manquante de nos pensées, de nos actes, de nos affirmations ou de nos non-dits.

Ces 9 jurés (« le nombre de jurés de cours d’assises en seconde instance ») auront beau être en prise avec la question de la vie ou de la mort d’un enfant, ils n’échapperont pas le temps du huis-clos à l’obligation devant nous de réfléchir à ces mots impossibles à confesser ou imposer, dans cet espace clos dont rien, strictement rien, ne devra jamais en sortir.

Avec l’installation en tri-frontal qui s’est rapidement imposée comme l’espace de la dramaturgie, il n’est pas concevable que les spectateurs ne puissent pas participer à cette lutte entre le sens de la vie et leurs propres convictions.

9-petit-theatre-de-pain-3

photo ©Eñaut Castagnet.

La construction dramaturgique de « 9 » l’a intégrée, effleure Manex Fuchs, qui a reposé sur un gros travail d’écriture par chacun des 9 comédiens, sur l’idée possible d’une digression, c’est à dire du point de départ de sa propre vie où ce drame mettra à mal notre rapport aux autres, nos peurs, nos comportements.

9-petit-theatre-de-pain-4

photo ©Eñaut Castagnet.

Stéphane Guérin ne connaissait pas les neuf comédiens du Petit Théâtre de Pain, mais son envie viscérale d’être de l’aventure lui a fait ingérer ce matériau brut, pour en dégager neuf visages d’une France qui n’en a pas fini avec ses démons.

La rencontre s’est muée en poignées de main confiantes. En socle. Puis « en révélation de ce que nous sommes, nous acteurs et lui dramaturge ».

Et une semaine ensemble au Pays basque a cimenté les inévitables questionnements : « Doit-on tout dire ? peut-on tout dire ? ». Et puis, très vite, « qu’est-ce qui fait de nous un père, une mère ? ».

« 9 » s’est alors transformé dans cet exercice d’accouchement que permet le théâtre, quand il accepte de ne pas avoir froid aux yeux. Et de renverser les tables trop bien disposées.

« La pièce interroge notre rapport à la part manquante de nos enfances, entre la parole et les non-dits de nos parents. Entre la transparence et le silence. Et ce que en quoi tout cela peut avoir fondé nos existences », conclut Manex Fuchs.

Mais, non, il se reprend, et complète : « On avait envie de voir les spectateurs ressortir de 9 avec une furieuse envie de vivre… »

9-petit-theatre-de-pain-2Rendez-vous donc est fixé aux quatre séances publiques de « 9 » à Anglet (déjà prises d’assaut), ou dans l’une des 40 dates déjà inscrites dans toute la France jusqu’à l’été 2015.

A voir la bande-annonce de leur création, nourri du son du film magnifique de Nicolas Winding Refn, Only God forgives, on comprend instinctivement que les frissons ne parcourent pas que notre seule peau.


Irulegi-beige3Samedi 29 novembre à 15h, invitation à une répétition publique de 9, à l’occasion de leur sortie de résidence de création.
Entrée libre, mais réservation obligatoire.

Tous les renseignements sur le site de la Scène nationale Sud Aquitain, qui a coproduit « 9 »,
ou sur le site du Petit Théâtre de Pain

 


Commentaires

2 réponses à « 9 », du Petit Théâtre de Pain, convoquera les non-dits à la barre

  1. Vincenç dit :

    C’est complet depuis des semaines. Pour voir s’ils passent près de chez vous, cliquez ici : http://www.lepetittheatredepain.com/wp-content/uploads/2014/11/LPversoweb-e1417021861897.jpg

  2. […] Quintaou d’Anglet, nombre des spectateurs présents n’avaient sans doute pas mesuré la remarque gourmande de Manex Fuchs, metteur en scène de « 9 » du Petit Théâtre de Pain (PTDP), […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.