Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Abysses : la Cité de l’Océan a (peut-être) trouvé son « ange gardien »

24 octobre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Abysses, le mystères des profondeurs, sera l’évènement phare des onze prochains mois (du 20 octobre 2014 au 13 septembre 2015)à la Cité de l’Océan de Biarritz, à même de ravir les esprits scientifiques et les visiteurs en quête d’imaginaires surréalistes.

C’est un paradoxe apparent que les Biarrots vont observer de très près : l’impressionnante exposition Abysses sera peut-être le moyen attendu pour sortir la Cité de l’Océan des abimes dans lequel est plongé ce musée de Biarritz depuis sa naissance difficile le 25 juin 2011.

Aux affres des désillusions financières liés à son montage financier ou à sa fréquentation très en-deçà de ses prévisions, c’est donc en plongeant dans Le Mystères des profondeurs que le lieu s’enrichit d’une attraction à même de replacer le lieu dans les itinéraires des déambulations conséquentes.

La ressource est venue de Claire Nouvian, journaliste et réalisatrice, élue « ange gardien de la planète » par le magazine Géo en novembre 2007, dans un numéro spécial consacré aux héritiers du commandant Cousteau, après la publication d’un livre dont l’exposition est le prolongement.

abysses-claire-nouvion-1Ses découvertes extraordinaires dans les abysses, depuis 2001, lui ont fait acquérir une collection unique au monde de clichés impressionnants sur le continent des profondeurs.

L’exposition dévoilée au public depuis ce jeudi 23 octobre met en lumière une petite partie de 7.000 photographies provenant des plus grands laboratoires marins de la planète. Organisée comme une plongée progressive vers les fonds les plus enfouis, de 150 mètres jusqu’à 6.000 mètres, Abysses propose un voyage sidérant qui excitera autant l’intérêt des scientifiques que l’imagination des visiteurs.

Mais ce qui distingue cette exposition des placards explicatifs attendus de clichés extra-ordinaires, c’est sa collection d’animaux des ultra-fonds que la muséographie de la Cité de l’Océan a brillamment mise en valeur.

Taxidermisées, les bestioles improbables sont présentées dans leur milieu aqueux, suspendues grâce à des fils invisibles pris dans les parois des aquariums. Et le résultat est tel que l’invisible s’incarne devant le visiteur, quitte à produire un effet assez surréaliste de visions de dragons et autres poissons-ogres, extirpés d’un milieu dont l’hostilité et les pénombres sont aisément perceptibles.

Pour sa présentation, le nouvel ange gardien de la Cité de l’Océan aura cherché à trouver les mots justes pour résumer le sens (ou la morale) de l’exposition Abysses. Elle s’est enflammée, devant ce sentiment de merveilleux qui ne l’a pas quittée. Ou essayé d’appuyer un message sur l’irresponsabilité criminelle de la France qui continue à défendre la pêche en eaux profondes malgré les dégâts irréversibles crées dans ce monde de la lenteur et de la fragilité.

abysses-nouvian-3En la suivant et en l’écoutant, pouvait passer un sentiment rejoignant son engagement : la planète peut et doit continuer à faire rêver.

Et Abysses donne sans aucun doute l’envie de se battre pour ce qui vit encore sur terre.

Michel Veunac : « Se battre pour faire réussir ce projet de Cité de l’Océan »

abysses-nouvian-veunacLe nouveau maire de Biarritz Michel Veunac a fait d’une « seconde naissance » de la Cité de l’Océan un enjeu municipal tout autant que personnel.

Inaugurant ce jeudi 23 octobre l’exposition Abysses, il aura confié à Eklektika « sa certitude » que ce coup de projecteur sur le lieu détermine que « Biarritz est fortement positionné sur l’économie de la mer, sur sa protection mais aussi sur sa magnificence« .

« Une aventure ambitieuse« , qui doit permettre de faire décoller le nombre de visiteurs actuellement bloqués à 60.000 par an pour ce lieu (quand le Musée de la Mer en accueille environ 280.000).

« Avec 340.000 visiteurs sur l’ensemble, seul le petit Train de la Rhune attire plus de monde en Aquitaine« , confie-t-il, en donnant le signal de départ d’une exposition qui a déjà été vue par 2 millions de visiteurs dans le monde entier selon ses organisateurs.

Mais cela ne suffira pas, admet-il également. Cette exposition traduite en anglais mais pas en espagnol devrait subir de légères modifications, quand l’ensemble de la Muséographie, jugé par ses visiteurs trop scientifique et austère, sera revu pour plus d’intuitivité et de chaleur, « ce sera une mission que je poursuivrai jusqu’au bout de mon mandat« , conclut-il.


abysses-afficheTous les renseignements nécessaires sur le site de la Cité de l’Océan


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.