Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Polémiques sur l’affiche des Fêtes de Bayonne ? « On peut tout vous expliquer »

24 février 2015 > > 8 commentaires

Le bon peuple Bayonnais a jusqu’au 1er mars prochain pour influencer le concours de l’affiche officielle de ses Fêtes, le kitsch, le machiste ou le douteux semblant de nature à pouvoir freiner l’élan, décryptage proposé par Eklektika.

Il y avait urgence, et la commission extra-municipales des Fêtes de Bayonne l’avait bien compris, qui ne voulait pas que se reproduise le drame de l’affiche 2014, choisie par ses seuls membres qualifiés.

affiche-bayonne-2014A l’incompréhension populaire était venue s’ajouter le maigre enthousiasme des communicants chargés d’adapter l’affiche officielle aux produits dérivés : seule la société Spanghero semblait en mesure de la préempter pour une marque de raviolis au ruminant local certifié.

Pour cette année 2015, décision a donc été prise de désigner 5 graphistes locaux.

Le mot se conjuguant à l’identique au masculin et au féminin explique probablement que seuls des messieurs ont été retenus cette année (pour les années prochaines, un concours ouvert à 4 dessinateurs et 1 dessinatrice permettrait de ré-équilibrer la donne).

Mais l’esprit de clocher propre au peuple gaulois nourrit des polémiques gourmandes quant aux projets sur lesquels s’exerceront pour moitié chacun le vote du public et celui de la commission.

Kitsch ? Douteux ? Ou carrément machiste ?

Dans cette période troublée de toutes parts, Eklektika a souhaité apporter un éclairage assurément futile au moment où se profile la date du 1er mars, et la fin du vote, au moment de discuter ensemble de cette image de leurs Fêtes que les Bayonnais s’apprêtent à offrir aux 200.000 bestazale quotidiens qui les rejoindront, du 29 juillet au 2 août prochains


Projet d’affiche N°1, par Aski

affiche-bayonne-2015-1

(cliquer pour agrandir l’affiche)

Certes…

De mauvais esprits se sont saisis de l’aspect un peu répétitif du faciès kitsch du bon gros villageois rougeaud à béret pour s’estimer peu convaincus par ce projet, qui remet également au gout du jour le bleu-blanc-rouge du titre dont Bayonne avait fini par se débarrasser depuis 1989.

Un faux procès bien entendu, quand l’auteur rend un hommage implicite à ces vertus collectives que d’autres peuples, asiatiques en particulier, ont su transmettre dans leurs affiches.

affiche-vietnamL’idée de la joie riante dans la similitude des traits de visages n’a jamais choqué personne au Vietnam ou en Corée du Nord, ni même ces mains dressées que l’on retrouve en commun sur les deux affiches, dans un grand mouvement de communion des peuples qu’il serait bien malheureux de blâmer.


Projet d’affiche N°2, par Jean-Marc Barnèche

affiche-bayonne-2015-2

(cliquer pour agrandir l’affiche)

A ce jour, elle serait la moins populaire du concours, son sens échappant au commun, dans un habillage graphique ne semblant parler qu’aux Raéliens les plus convaincus.

Mauvais procès serait fait de ne correspondre en rien à l’ambition de Fêtes de Bayonne dont elle ne porterait aucun trait de son esprit.

Une hérésie, quand l’explication est bien plus ambitieuse, porteuse de volonté de rencontre avec celui-là, ni basque ni gascon, ce 3ème type venu depuis la gare ou l’autoroute, que la cité labourdine peut honorer sans le traiter de menace.affiche-truffautC’est en effet l’image la plus connue du chef d’oeuvre de Steven Spielberg, Rencontres du troisième type (1977, avec François Truffaut, et ses deux Oscars pour la Photo et le Son) qui a fourni l’inspiration accueillante d’une humanité blanc et rouge, propre à rappeler aux nouveaux venus son attachement pour le cinéma dans une ville qui compte pas moins de 10 écrans (tous fermés à cette période, après menaces des personnels chargés de l’entretien de ces lieux).


Projet d’affiche N°3, par Erwin Dazelle

affiche-bayonne-2015-3

(cliquer pour agrandir l’affiche)

La femme tenant l’enfant parce qu’il en serait de sa responsabilité naturelle, l’image archaïque la renvoyant durement à sa condition de mère inégale ?

La vérité est bien plus simple, et l’auteur l’affirme ici avec force.

Oui, ce pays est profondément machiste et conservateur, et, non, il n’a pas l’intention de le dissimuler, surtout après avoir accordé la possibilité aux gonzesses de venir voir l’équipe locale de rugby une fois tous les 15 jours au stade Jean Dauger.

defolyBien des compagnes de communication présentes sur notre territoire ne s’en cachent plus, que cela soit celles des bimbos affriolantes choisies par l’agence immobilière Defoly, ou le visuel ci-dessus d’une nouvelle société de nettoyage à domicile au nom implicite, Alcasa Bayonne, qui n’a pas non plus l’intention de tromper son monde avec sa communication.

repassage-bayonne


Projet d’affiche N°4, par André Lascoumes

affiche-bayonne-2015-4

(cliquer pour agrandir l’affiche)

Le rappel des affiches historiques d’Arnaud Saez aura été moins commenté que cette figure de maman au berceau, décidément très en vogue cette année, l’homme étant probablement occupé à d’autres activités plus ludiques.

Nouvelle preuve de l’impossibilité accordée aux femmes dans ce Pays basque d’être autre chose qu’une mère surveillant sa progéniture de petits fêtards en herbe ? Ou clin d’oeil glissé sur l’ouverture d’un Ikea à Bayonne ?

Ici, l’inspiration est portée clairement sur le danger que représentent les deux cours d’eaux qui traversent Bayonne.

flute-hamelinC’est en effet à la figure du joueur de flûte de Hamelin que fait référence ce projet, revisité par un esprit soucieux de rappeler l’histoire pour ne pas être obligé de la revivre, un coup de chapeau s’imposerait donc, quand tant d’abrutis ont fait de la Nive et de l’Adour la dernière idiotie de leurs existences.


Projet d’affiche N°5, par Mathieu Prat

affiche-bayonne-2015-5

(cliquer pour agrandir l’affiche)

L’absence des signifiants habituels des Fêtes de Bayonne (breuvages divers, vachettes souriantes, et gros jambons) a instinctivement porté au pilori ce projet de Mathieu Prat, d’aucuns lui demandant de renouveler sa candidature pour une prochaine Fête de la Musique.

Et de supprimer cette image subliminale reconnaissable de Bernard Laporte, entraineur sulfureux finalement renvoyé du côté de Toulon après avoir vexé  l’intelligentsia rugbystique locale en 2011.

Une grossière erreur, quand la source d’inspiration de ce jeune dessinateur n’a que très peu à voir avec ce fatras.

anti-personelC’est en effet dans le souci de se méfier des effets destructeurs sur les jambes (façon mines anti-personnelles) des verres et autres bouteilles de la même matière, qu’aura été subtilement intégré un appel à privilégier le baso berri, gobelet jetable en matière plastique bien moins dangereux pour les abreuvés, que les urgences aimeraient voir en moindre nombre chaque année.


 


Commentaires

8 réponses à Polémiques sur l’affiche des Fêtes de Bayonne ? « On peut tout vous expliquer »

  1. […] Le bon peuple Bayonnais a jusqu’au 1er mars prochain pour influencer le concours de l’affiche officielle de ses Fêtes, le kitsch, le machiste ou le douteux semblant de nature à pouvoir freiner l’élan, décryptage proposé par Eklektika.  […]

  2. Benoit dit :

    C’est un billet d’humeur très amusant mais plutot que machiste je pense que les affiches sont sexistes. Ou en effet les femmes ne seraient vues que comme mères. Finalement la moins pire serait la dernière.

  3. VéroniqueF dit :

    Mon Dieu !! (ou Allah…ou je ne sais qui…)
    J’avalise tous vos commentaires. Avec un petit rajout sur l’analyse de la troisième : d’habitude, j’aime bien le trait de Dazelle, mais là !!…si son affiche se veut « traditionnelle » (dans les habits, les postures), depuis quand les Basques sont-elles originellement blondes ?…. Élèvons-nous contre ces propositions ultra- « orientées » qui n’auront ,au final, comme seul mérite, de nous faire aimer l’affiche de l’an dernier !
    Ikus arte, 😉

  4. buzz dit :

    Brillante analyse d’arts pour Eklektika. Mais je m’élève en défenseur de ces artistes, sélectionnés par le service Com de Bayonne pour leur “talent“.
    Ils n’ont fait que suivre le brief de la mairie qui encore une fois nous démontre son niveau… Ces affiches n’en sont que le résultat. Soyez forts camarades artistes, mais par pitié arrêtez de participer à de telles mascarades. Buzz

  5. Murielle dit :

    Tout comme Benoit, je pense que certaines des affiches sont plutôt sexistes en attribuant aux femmes des rôles, et devoirs distincts.
    Enfin, Bayonne est une indécise. Il semblerait que Bayonne ne sache toujours pas ce qu’elle veut.
    Tel Jean-Claude Van Damme pour la pub Volvo, elle repousse les limites du grand écart « artistique » entre une affiche-photo en 2013 qui mécontentait les festayres et une volonté d’affiche 2015 traditionnelle-rétrograde.
    Attention! Elle risque de souffrir à l’entrejambe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.