Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

8 septembre, Teatro Victoria Eugenia, Donostia, « à n(o)us-mêmes étrange(r)s »

4 septembre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Deux voix au-devant de la scène, celles d’Itxaro Borda et David Desouza, l’une côté cour l’autre côté jardin, une lumière tamisée et chaude sur deux pupitres, laissant apparaître deux visages, face à face : deux auteurs, deux écritures et deux langues, le français et le basque qui se croisent et s’emmêlent, une tentative de dire la posture de l’étrange(r).

orchestre_maigre_vieussens2L’Orchestre Maigre un peu dans l’obscurité en demi-cercle sur la scène. Des musiciens talentueux, tous terrains, qui embrassent le texte, chuchotent, se hissent avec force ou se taisent. La musique est belle, subtile, enveloppante.

Au centre de la scène, un miroir debout et un corps, celui de Léa Cornetti, une danseuse formée au butō, un grand rectangle blanc au sol, seul espace attribué à ce corps, se terminant par un carré de terre brune.

titre-a-nous-frtitre-a-nous-euUne parenthèse visuelle et sonore, le bruissement de deux langues, un spectacle envoûtant et nécessaire dans son contenu textuel mais aussi dans sa musique , sa remarquable danse, son habillage de lumière : un moment fort qui nous arrache du quotidien et qui nous marque.

orchestre-maigre_castor-astral_couvPas étonnant d’apprendre que cette création a obtenu le prestigieux Prix 2014 de l’académie Charles Cros dans la catégorie « paroles enregistrées et documents sonores »

Un objet non (suffisamment) identifié pour la scène, à vivre absolument (projet soutenu par l’’Iddac, l’Institut Culturel Basque, le Rocher Palmer et la ville d’Anglet).

Le plaisir se prolonge, par autre bel objet : un livre/disque illustré de dessins, sorti aux éditions du Castor Astral, qui, d’une belle idée de sortie, devient en plus une idée de cadeau pour les amoureux de poésie et de dessin.

ona-livre-cd-orchestre-maigre-2orchestre-maigre_castor-astral1orchestre-maigre_castor-astral2

Date : le 08 septembre, à 20h

Lieu : Teatro Victoria Eugenia, República Argentina, nº2
20004 Donostia – San Sebastián
Entrée libre, sur réservation préalable
Lien : victoriaeugenia programacion

Itxaro Borda :
itxaroItxaro BORDA, auteur majeur de la littérature basque d’aujourd’hui, a une vingtaine d’ouvrages à son actif, , romans, essais, poésie.
On dit qu’Itxaro court le marathon ; elle sait pourtant s’arrêter pour regarder le monde se troubler et s’enfuir.
Née à Bayonne en 1959, mais fidèle à son esprit nomade, elle a vécu
dans différents lieux. Licenciée en histoire et en études agricoles, elle écrit et publie des poèmes depuis l’âge de 14 ans dans diverses revues et nombreux journaux locaux. Ses poésies et romans, parfois extrêmement satiriques, sont le reflet d’un oeil acéré porté sur la société basque.
Elle a obtenu le Prix Euskadi 2002 pour le roman « 100 % basque » depuis lors traduit en français. Nombre de ses poèmes sont repris par des chanteurs basques.

David De Souza :
de souzaNé à Nevers, dans la Nièvre, au milieu de la France, des champs et des siens. Il grandit entre une cité ouvrière cheminote, très proche, et l’océan Atlantique, beaucoup plus lointain. Aussi entre mille activités fougueuses, il s’ennuie parfois, écrit secrètement, puis déchire secrètement ce qu’il écrit.
Un livre/cd sort en 2008, « la Poésie décharnée » (éditions Astel, coll. Le père, le fils et le singe). En 2009, alors qu’il exerce l’improbable métier de batelier-conteur, il contribue à la création du festival « Histoire(s) d’Îles ».
Autour de cet univers estuarien, il répond, en 2011, à une commande des Chantiers Théâtre de Blaye et de l ‘Estuaire, et livre deux petites pièces très remarquées « Mémoire lente en eau vive » et « Terre compromise ».
Il travaille actuellement à un projet de collectage de mémoire(s) d’anciens habitants des îles de l’estuaire de la Gironde, et continue, tant bien que mal, dans l’obscurité et à tâtons, à rechercher « sa propre langue ».

L’Orchestre Maigre

orch 2Collectif pluridisciplinaire travaillant depuis 10 ans à intriquer littérature, musique, danse, graphisme, et à brouiller définitivement les pistes.

Cette proposition mêle quatre musiciens (Olivier Kako Cavalié, Nicolas Sajous, Marc Mouchès et Pierre Thibaud), une danseuse (Léa Cornetti), un graphiste illustrateur (James Gélabert) et une illustratrice (Lise Boissinot).

Adresse : les Productions de l’orchestre Maigre
40410 Moustey

http://lorchestremaigre.free.fr/


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.