Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Opéra Don Giovanni

Mercredi 19 novembre, 20h30
Gare du Midi, Biarritz
Plein tarif : 57€

Direction musicale : Martin Mazik

Durant des lustres, DON GIOVANNI fut, sinon l’opéra le plus populaire, du moins le plus apprécié. Peut être doit-il ce durable succès au mélange quasi unique de comique irrésistible et de sérieux tragique mêlés au rythme d’une action musicale et dramatique hors du commun, et bien sûr, à l’incomparable qualité de la musique. Autre élément décisif de l’extraordinaire et durable engouement pour cette œuvre : la fascinante figure de Don Juan lui-même, libertin et blasphémateur.

Don-giovanni-photo
L’intrigue est finalement le récit des échecs de Don Juan, avec une conclusion tragique et fantastique : la fameuse scène où la statue du Commandeur occis par Don Juan au 1er acte, vient souper avec lui et l’entraîne dans l’abîme. Beaucoup moins philosophique que le Don Juan de Molière (qui s’inspira du même récit), celui de Mozart est le portrait sublimisé d’un impie, d’un “contestataire” avant la lettre, qui ne craint ni Dieu ni diable.

Musicalement, comme presque toujours chez Mozart, ce sont les femmes qui sont ici cernées du trait le plus profond, le plus sensible et le plus juste : la noble et fière Donna Anna, l’acariâtre mais aimante Donna Elvira, et la fraîche Zerlina, de loin la plus sensuelle des trois.
La musique règne en souveraine absolue sur toute l’œuvre, elle suffit à elle seule, dans sa magnificence, à combler l’auditoire, c’est une réelle splendeur. Tout serait à citer dans cette fabuleuse partition : l’air fameux de Leporello “Madamina…” dit air du catalogue, le sublime “Trio des masques”, la scène du cimetière et l’air de l’oratoire, celui du champagne, sans oublier “Vedrai Carino”, “Il mio tesoro”, “Mi tradi”, “Non mi dir “ etc. etc. Et même l’ouverture dont on dit que Mozart l’écrivit en trois heures, après boire entre amis, la veille de la première…

Autant de raisons qui font de DON GIOVANNI l’un des opéras les plus accomplis certes, mais sans aucun doute aussi, l’un des plus géniaux du répertoire.

En très bref : Don Giovanni, escorté de son fidèle valet Leporello, défie Dieu et la morale en séduisant les femmes, toutes les femmes. Il tue en duel le Commandeur père de Donna Anna qu’il tentait de séduire. Puis, il s’enflamme pour Zerlina, jeune paysanne, le jour même de ses noces Elvira, sa femme, est à sa recherche, ainsi que Don Ottavio le fiancé de Donna Anna, qui veut lui demander raison. Don Giovanni a rendez vous avec le Commandeur sorti de sa tombe pour l’inciter à se repentir. Devant son refus, le Commandeur entraîne Don Giovanni aux enfers… Donna Anna, Don Ottavio, Donna Elvira, Masetto et Zerlina revenus, concluent avec Leporello en se réjouissant de la punition du coupable…


Plus d’informations ici.


 

© Eklektika 2019 - contenu diffusé en accord avec l'organisateur, pour plus d'info, contactez-nous