Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Ainhoa Arteta a ébloui Bilbao et Pampelune (et bientôt Donostia)

2 octobre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Après Bilbao et Pampelune, où elle a donné le coup d’envoi de la nouvelle saison de la Fondation Baluarte samedi dernier, la soprano basque Ainhoa Arteta sera à l’affiche le mardi 28 octobre au Kursaal de Donostia-San Sebastian.

Fêtant son 50e anniversaire devant le public qui l’a vu naître et mûrir, Ainhoa Arteta a confirmé la solide renommée dont elle jouit à travers le monde et a ébloui le public du Palacio Euskalduna de Bilbao avec son Gala d’Opéra le mardi 23 septembre.

Organisé par Iberkonzert et l’Orchestre Symphonique de Bilbao (BOS) sous la direction du chef d’orchestre français Emmanuel Joel-Hornak, le Gala d’Opéra d’Ainhoa Arteta a ainsi donné le coup d’envoi à la saison musicale de la capitale biscayenne. Au programme, un récital lyrique d’airs d’opéras véristes italiens, notamment les airs les plus emblématiques de son répertoire lyrique des derniers mois.

Ainhoa-Arteta-tweet-2A la veille du concert, lors de la répétition générale, la soprano avait confié à Eklektika qu’il s’agissait d’un concert “difficile”, d’un véritable “défi”.

C’était la première fois qu’elle allait faire un récital avec un répertoire aussi dense. Le normal aurait été d’endosser les rôles de deux ou trois héroïnes, mais pas de six, a-t-elle expliqué. Or, la force basque coulant dans ses veines, elle a voulu relever le défi, en choisissant Bilbao vu que « c’est la scène qui l’a vue naître comme cantatrice et une de celles qui l’a vue évoluer le plus« , a-t-elle souligné.

La cantatrice de Tolosa a réussi cet exploit avec brio.

En deux heures de concert, sa voix magique, saisissante et riche, en pleine maturité, a régalé le public avec une revue des airs qui ont marqué la brillante carrière qu’elle mène depuis 1990 sur les grandes scènes du monde.

Au total, elle a interprété des airs de huit héroïnes : les six airs prévus dans la programmation et deux bis, notamment les airs de Liù (Turandot, Giacomo Puccini), Mimi (La Bohème, G. Puccini), Manon Lescaut (G. Puccini), La Wally (Alfredo Catalani), Tosca (G. Puccini), Adriana Lecouvreur (Franceso Cilea) et, comme bis, l’air de Lauretta “O mio babbino caro” (Gianni Schicchi, G. Puccini) et l’air de la Musetta (La Bohème, G. Puccini).

Ainhoa-Arteta-tweet-1Se mettre dans la peau de tant de personnages n’est pas seulement un défi pour la chanteuse, mais aussi pour le public, surtout pour ceux qui sont moins familiarisés avec les histoires représentées par chacune de ces héroïnes.

Chaque air plonge l’auditeur dans un univers différent, au milieu d’une action en cours, sans fournir le contexte. C’est au mélomane de se souvenir de l’histoire, ou de se l’imaginer. Un récital d’airs d’opéra est comme un recueil de morceaux choisis d’œuvres littéraires: on nous invite à déguster un moment fort sans avoir parcouru le long chemin qui y mène. Il s’agit surtout de célébrer la voix de la cantatrice plutôt que les opéras.

Les instrumentistes du BOS, enflammés par la direction aussi vivante que claire et détaillée d’Emmanuel Joel-Harnak, et Ainhoa Arteta avec sa belle voix de soprano grand lyrique, l’intensité dramatique de ses interprétations, l’élégance de sa silhouette et sa sensibilité à fleur de peau ont séduit le public.

Ainhoa-Arteta-tweet-3Devant la ferveur, la soprano a consenti un premier bis, le poignant “O mio babbino caro”, dédié avec émotion à Juan Carlos Sancho (https://twitter.com/JcsSancho), représentant de l’artiste et originaire de Bilbao. Puis, un second rappel, l’air de la Musetta, dont l’interprétation a été précédée par un “joyeux anniversaire” surprise chanté par toute la salle (plus de 1400 spectateurs), a été dédié au public.

Au-delà de célébrer la voix exceptionnelle d’Ainhoa Arteta et son 50e anniversaire, le gala aura servi aussi d’apéritif pour apaiser un peu la soif des amateurs d’art lyrique de Bilbao.

En effet, suite aux conséquences de la crise, voire la baisse de subventions, l’Association des Amis de l’Opéra de Bilbao (ABAO-OLBE) s’est vue contrainte de réduire sa programmation de sept à cinq opéras, dont le premier aura lieu fin novembre au lieu de fin septembre.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.