Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Alice Munro, ses mots pour éclairer les tragédies inévitables

16 octobre 2014 > > 2 commentaires

Prix Nobel de Littérature l’an passé et nouvelliste, Alice Munro continue, hélas, à avoir besoin d’être présentée au grand public.

Je dis ceci sans aucun snobisme mais le genre de la nouvelle attire plus de lecteurs dans les pays anglo-saxons qu’en France.

Or écrire en quelques pages une histoire, mettre en place des personnages, un sujet, un thème et une fin tient parfois du miracle. Il y a Yann Moix et son roman-parpaing Naissance et, de l’autre coté du spectre de la littérature, il y a Alice Munro et ses bijoux taillés pour les âmes délicates.

Alice-Munro-1970Comprenant quatorze histoire, Rien que la vie (Dear Life en V.O) est le dernier recueil de nouvelles d’une écrivaine qui publie depuis les années 70. Alice Munro est née en 1931 au Canada. Elle a eu une mère belle, ambitieuse et insatisfaite, et un père avec qui les relations étaient plus aimantes mais aussi plus violentes, ce qu’elle considère « une sanction peu rare à l’époque ».

Pour la première fois, elle parle de sa vie, de son Ontario natal, et d’un voisin dont elle ne connaît que le nom, Roly Grain.

« Il n’a aucune importance dans ce que j’écris, parce que ce n’est pas une histoire, rien que la vie« .

dear-life-coverCe n’est que la vie. Ou l’implication que la fiction peut et est beaucoup plus que ça.

Roly Grain nous rappelle comment les nouvelles de Munro fonctionnent. Elle a le don pour nous présenter des personnages qui sont de passage mais qui dirigent et changent la narration.

Tout au long de cet ouvrage, Munro évoque l’enfance, la sienne et celle des autres.

La première histoire, Jusqu’au Japon, photographie l’innocence de l’enfance dans le contexte des relations entre adultes, pour exposer leur faiblesse et vulnérabilité quand leurs relations commencent puis se terminent.

L’histoire n’est pas racontée du point de vue de la petite fille, Katy, mais de sa mère, Greta, dont les enfantillages traversent le récit.

L’errance enfantine et le sentiment d’abandon semblent émaner de Greta, plutôt que Katy, et le thème dominant est sans doute la vulnérabilité et la naïveté de la mère dans ses rencontres amoureuses, plutôt que l’innocence et la puérilité de sa fille.

Dans La Gravière, elle continue ce thème en nous présentant la tragédie d’une famille à travers les yeux d’un enfant et sur ce qu’il devient de la mémoire quand on atteint l’âge adulte.

Tout ceci est vraiment crédible, et l’utilisation de la première personne est remarquablement adaptée à la nature réfléchissante d’un adulte regardant en arrière avec la mémoire obscurcie par un incident.

« Je me souviens à peine de cette vie. C’est à dire que je me souviens de certaines parties clairement, mais sans les liens dont vous avez besoin pour former une image correcte« .

Alice-MunroAvec une note très claire de catharsis, elle parle du divorce, des crises des adultes (et de leur incapacité à les gérer), de la perte, des actes manqués et le point culminant profondément triste et choquant.

D’autres histoires et d’autres moments de la vie, d’autres drames et rencontres. Comme dans Train où un soldat saute inopinément du train qui le ramène chez lui pour aller se réfugier dans une ferme et y rencontrer par hasard une femme.

Dans Havre, l’enfant (narratrice à nouveau) vit avec sa tante et son oncle. Elle observe la vie quotidienne de sa tante, compagne frustrée et disciplinée de son mari. L’histoire se termine par une situation comique et embarrassante pour l’oncle qui montre son ineptie et sa petitesse – miroir parfait de son comportement.

Enfin dans la dernière histoire Rien que la vie, une femme, qui ne s’est pas beaucoup occupé de sa mère malade, ne va pas à son enterrement :

De certaines choses on dit qu’elles sont impardonnables, ou qu’on ne se les pardonnera jamais. Mais c’est ce qu’on fait – on le fait tout le temps.

Alice-Munro-3Je voudrais vous raconter toutes ces histoires de la vie, parce que c’est là-même, la simplicité même de son écriture. Comment assortir les sujets de tous les jours avec les événements qu’elle choisit d’examiner.

Cette collection de nouvelles est une preuve supplémentaire, si cette preuve était nécessaire, de sa capacité à écrire pour nous éclairer, pour nous offrir des observations soignées à la fois sur l’ordinaire et l’extraordinaire.

Parce que les rebondissements dans l’histoire sont présentés avec élégance, mais ont une trajectoire presque inévitable – tragédies prévisibles.

Comme dans la vie. Chère vie.


editions olivier munroDate de parution : 02 octobre 2014
Éditions de l’Olivier
22€ (320 pages)

Disponible à la librairie Elkar de Bayonne,

ou par commande sur le site de l’éditeur



Commentaires

2 réponses à Alice Munro, ses mots pour éclairer les tragédies inévitables

  1. liseron dit :

    C’est une bataille ou pas d’ailleurs de défendre et réhabiliter la nouvelle comme genre d’excellence en France. J’ai parfois l’impression que seul le bon vieux gros roman trouve grâce aux yeux et aux âmes des lecteurs. Parlons-en, montrons-les ces recueils de nouvelles, peut-être au moins ne tomberont-ils pas dans l’oubli !

  2. […] Se souvenir des belles choses et Loin d’elle (tirés d’un roman de Alice Munro) avaient déjà traité avec beaucoup de talent de la maladie Alzheimer. Mais là ou ces films […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.