Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Artoteka à Bayonne : partager l’art aussi paisiblement qu’un café

15 mai 2015 > > Un commentaire

Cette année encore, les Parcours d’Artistes proposés par Bayonne vous permettront de découvrir le travail de l’association Artoteka, dans la cité Breuer, pour un détour qui vaudra le coup.

C’est d’abord un nom avec un K dedans, Artoteka. Puis une énergie, Harriette Elemburg. D’autres personnes qui suivent. Et la volonté tenace, depuis Bayonne, et depuis plusieurs années, de partager une vision de l’art contemporain et de la culture.

Imaginée, créée et dirigée par Harriette, l’association artothèque met à la disposition des particuliers, des entreprises et des collectivités des oeuvres d’art contemporain.

A la fois galerie et société de location, Artoteka collecte des oeuvres, ensuite proposées à disposition de ceux, particuliers ou entreprises, qui les invitent pour un mois sur leurs murs, leurs entrées, moyennant 15€ par mois.

artoteka-bayonne-8Puisant dans des expériences déjà tentées et éprouvées en Aquitaine, mais essentiellement en Europe du Nord, Artoteka est tout d’abord née il y a quelques années dans un petit local partagé avec Blom Sky dans la rue Ste Catherine.

Depuis l’année dernière, Artoteka – et son cafe Artotekafé – trouve tout doucement sa place au 4 bis avenue Jouandin, dans la cité Breuer, sans tambour ni trompette (de toute façon, l’association n’a pas les moyens de financer un orchestre). Mais le c(h)oeur y est.

artoteka-bayonne-6Hervé – le chargé d’animation –, Marie-Hélène – chargée d’acueil, moteur des conversations en espagnol (et bientôt du futur club de lecture), et les bénévoles, Patrick qui anime l’atelier bricolage, Carola et ses conversations en anglais, Isabelle et ses cours de couture, Eusebia et la langue basque, les autres, les résidents, les amis, et les supporters comme Christophe et Annie.

Des fauteuils, des tables, un espace livres et des jeux, voilà ce qu’on voit si on passe devant Artoteka sans prendre la peine de s’arrêter, trop timide pour entrer ou trop pressé par le temps, par les courses à faire et les enfants à aller chercher.

artoteka-bayonne-4Ceux ci n’auront pas eu – encore – la chance de mettre le pied dans un lieu différent et le nez dans les œuvres d’art disposées.

artoteka-bayonne-10Ici pas de distance respectueuse, une photo de Natacha Sansoz cotoie un bronze de Myriam Rueff posé sur un table à hauteur des yeux d’un enfant.

Pas de cérémonial, pas d’égard ampoulé pour les artistes, nous ne sommes pas dans une galerie chic ou un musée qui impressionne.

Ici, on a un projet  on veut « rendre l’art accessible et favoriser le lien social ». On veut malgré les résistances et les préjugés, offrir du beau, partager une découverte artistique avec tout le monde. Avec tous les mondes.

Parce que, à Bayonne, la cité Breuer est un monde à part.

artoteka-bayonne-3Situé sur les hauts de Bayonne, encore appelé par les plus anciens la grande ZUP, c’est un endroit presque insulaire, presque auto-suffisant, par les circonstances, par la géographie, par ses habitants venus d’ici et d’ailleurs…

Les a priori sont durs à faire tomber, ils demandent une volonté de tous les instants pour ne pas baisser les bras.

Mais l’équipe d’Artoteka n’en manque pas. Qu’importe s »il faut faire l’aller retour jusqu’à Bordeaux pour rencontrer un photographe, braver les éléments et rouler avec un toit de fortune. Les bonnes volontés répondent présent.

artoteka-bayonne-7Un menuisier passera sa matinée de repos à mettre en place les rangements des œuvres, les habitants proposeront des meubles dont ils ne se servent plus, l’un poncera, l’autre passera un coup de peinture. Tout est recyclé, donné, récupéré et  transformé.

Et pas question de se décourager si les subventions sont rares, les volontés politiques pas très volontaires et les préjugés sur l’art contemporain nombreux.
L’association a un projet et n’en démord pas.

Les chiffres sont là pour lui donner raison.

Une collection de 70 œuvres originales (peinture, photographie, sculpture et gravure), un catalogue, une page Facebook, un site internet, 25 dossier sélectionnés pour l’appel à candidature en 2014, 69 œuvres analysées, 21 nouvelles œuvres et 15 artistes.

D’autant que ce projet s’accompagne d’une démarche sociale et culturelle mais aussi éducative. Artoteka mène des actions de sensibilisation à l’art chez les adultes et les enfants.

Quelques initiatives en vrac :

Un regard singulier propose la rencontre d’un artiste et d’un public. Il est le moment où, à travers un conte, un texte, de la musique, une œuvre du fonds de l’artothèque est mise en valeur et  interprétée.

artoteka-bayonne-2Ainsi le 19 Avril dernier, la chanteuse Nathalie Dieuzeide accompagnée par Arnaud Estor à la guitare ont interprété à leur façon l’oeuvre ZINGAROS II de Priscille Deborah à travers la musique de Jeff Buckley, le Brazil d’Antonio Carlos Jobim et d’autres chansons toutes aussi variées.

artoteka-bayonne-5J’invite l’Art dans mon école est l’occasion de faire découvrir aux élèves une œuvre originale et de s’en inspirer pour à leur tour créer.

Enfin sa participation à l’initiative de la Ville de Bayonne, Parcours d’Artistes.

affiche-parcours-artistes-20152014 fut une année difficile. Malgré le beau temps, les bayonnais et les autres curieux cultureux ne sont pas allés plus loin que le quartier St Esprit, oublieux que la ville va au-delà et qu’il existe des havres de culture et de paix un peu plus haut, là haut, si on lève le nez.

Et de manquer ainsi l’occasion de boire un café ou un thé, de papoter avec les gens du coin, de découvrir de jolies personnes, des belles œuvres, des accents, des envies de club de lecture, des désirs de partager des passions et d’apprendre aussi qu’il y a des conversations en espagnol et en anglais.

2015 sera donc l’occasion de corriger cette erreur.

Eklektika s’associe à leur volonté de rendre l’art contemporain accessible et de montrer que le beau est partout, même s’il faut prendre le bus. Cela dit, il ne faut que 30 minutes de marche du centre ville de Bayonne jusqu’à l’avenue Jouandin.

Et de prendre le temps de connaître Bayonne avec ses pieds autant qu’avec son cœur.

Hasard du calendrier, la journée du chocolat est le même week-end. Si par l’odeur du chocolat alléché vous seriez tentés de faire un choix gourmand, le chocolatier Raux proposera également une exposition et dégustation « chocolatesque » chez Artoteka.

Mais doit-on croire au hasard ?

L’art contemporain et le chocolat sont deux fortes personnalités qui ne demandent qu’à se rencontrer.

artoteka-bayonne-11



Commentaires

Une réponse à Artoteka à Bayonne : partager l’art aussi paisiblement qu’un café

  1. sylvie dit :

    Artotekafé: tout de suite j’y vais! Un endroit particulier et libre, convivial et chaleureux, imaginatif et créatif. Un endroit rare, unique dans la ville. La verdure autour… On s’y sent bien, on y papote, on y traîne. L’article raconte joliment bien. Merci à Hariette et Marie-Hélène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.