Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Au FIPA Biarritz, le doc autrichien « Free lunch Society » accrédite le revenu universel de Benoit Hamon

25 janvier 2017 > > Soyez le premier à réagir !

« Free Lunch Society » de Christian Rod, un documentaire autrichien particulièrement réussi en faveur du revenu universel de base, a ouvert la première journée du 30ème édition du FIPA Biarritz : y est porté un plaidoyer en faveur de sa réalité, programmé le jour du débat final entre Benoit Hamon et Manuel Valls.

Et si nous n’étions plus obligés de travailler pour vivre ?

A quelques heures du débat d’entre deux tours des primaires de la gauche, opposant Emmanuel Valls et Benoît Hamon, le 30ème FIPA  (Festival International de Programmes Audiovisuels, Biarritz, du 24 au 29 janvier 2017) proposait ce mercredi matin Free Lunch Society de Christian Tod dans la catégorie « Grand reportage et investigation ».

Ce plaidoyer en faveur du revenu universel risque de déplaire aux tenants de l’ordre établi, tout en achevant de convaincre les indécis.

Depuis longtemps, la question d’un revenu universel de base divise économistes, politiciens, et citoyens.

En France, Benoît Hamon, candidat aux Primaires de la gauche, a remis le sujet sur le tapis, il y a quelques semaines. Son adversaire socialiste final, Manuel Valls, n’a pas tardé à dénoncer un suicide financier pour la dette publique du pays, mais ces deux adversaires politiques ne sont pas les seuls à avoir planché sur le sujet.

Dans Free Lunch Society, sorte de road movie aussi jubilatoire qu’éducatif, Christian Tod tente de comprendre les tenants et les aboutissants de ce nouveau modèle de société, où revenu et travail seraient dissociés.

En mélangeant images d’archives et interviews d’experts, le réalisateur autrichien, parvient non sans humour, à mettre un terme aux idées reçues.

Non, un revenu universel de base ne donnerait pas naissance à des légions de fainéants, et c’est peut-être Götz Werner, entrepreneur et milliardaire allemand, qui résume le mieux la situation : « la liberté ce n’est pas faire tout ce que l’on veut. C’est faire ce que l’on doit, sans y être forcé ».

De fait, plusieurs études déployées dans le documentaire s’attachent à démontrer qu’une telle réforme n’aurait pas de conséquence négative sur le travail fourni.

Bien au contraire, il semble qu’en donnant ainsi à chacun un sentiment de sécurité, les individus sont plus enclins à réussir, et à aider leurs prochains par une attitude particulièrement altruiste.

Utopie ? Pas si sûr. Christian Tod expose avec intelligence les questions qui se posent, dont les réponses apportées dans le documentaire démontre par A+B que nous aurions tous à y gagner.

Et sa mise en place, déjà effective en Namibie depuis 2015 et en Alaska depuis 1976, nourrit l’envie du réalisateur de parcourir d’autres États américains ou ou de croiser en Allemagne des penseurs, des économistes ou de simples citoyens appuyant eux aussi sa faisabilité.

Si on ne peut empêcher les plus conservateurs de grincer des dents à la vue de ce documentaire, il faut se rappeler que le revenu universel est d’abord une question de rapport entre pouvoir et vouloir, avant d’être un problème de finances publiques.


Free Lunch Society de Christian Tod (Autriche-Allemagne)

Que feriez-vous si vous n’aviez plus à vous préoccuper de gagner votre vie ? Il y a encore quelques années, l’idée d’un revenu universel de base n’était qu’un rêve, mais aujourd’hui, cette utopie semble réalisable : l’opportunité de sa mise en œuvre est l’objet de débats intenses entre économistes et politiques de tous bords. Un éclairage pour mieux comprendre les raisons de cette proposition et les modalités de son application éventuelle.

Tous les renseignements sur le site du FIPA Biarritz

Encore programmé le vendredi 27 janvier 2017 à 13h au Colisée Biarritz


 


Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.