Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le dessein de « l’autre Atalante » encore un peu plus dévoilé

17 décembre 2013 > > 2 commentaires

La façade virtuelle (sous forme de bâche illustrée) du futur ensemble cinématographique de Bayonne a été dévoilée ce mardi 17 décembre 2013 sur l’immeuble mitoyen de L’Autre Cinéma, afin de renforcer la visibilité en cet endroit du regroupement en tête de pont St Esprit des trois écrans Art et Essai de son quartier « communard », la salle historique de L’ATALANTE cédant l’année de son centenaire le rôle central qui fut le sien dans les déambulations des cinéphiles du Pays Basque.

Le consensus politique qui y est rattaché, déjà visible lors du Conseil Municipal du 12 décembre dernier qui a entériné un début de travaux en avril 2014 (pour livraison fin 2015), trouva les visages souriants de circonstance chez des adversaires traditionnels. De l’actuel maire Jean Grenet à ceux qui prennent les mesures de son fauteuil, Henri Etcheto et Jean René Etchegaray, tous avaient rangé leurs différents pour y préférer un dénominateur commun : lancer le départ d’une « opération culturelle structurante pour le quartier », à même de stabiliser le projet économique de l’association Cinémas et Cultures, maitresse d’œuvre actuelle d’une aventure commencée en 1991.

« Un effort financier incontestable, comme l’avant-signe de la transformation des friches de cette rive de l’Adour », a résumé Jean Grenet lors de sa prise de paroles, l’édile prenant soin de rappeler à un public averti que « de nombreux aléas sont certes possibles » dans un quartier où chaque mètre creusé l’est sous le niveau du fleuve, une épée de Damoclès initialement estimée à 1,8 millions d’euros, puis réactualisée ces jours-ci à 3,5 millions d’euros « d’argent public ».

« Je suis heureux de terminer ainsi vingt ans de suivi d’un projet culturel aussi consensuel qu’attachant », a-t-il présenté, « une satisfaction à partager avec tous les Bayonnais qui pensent comme moi que la culture tire notre société vers le haut », rien que ne puisse bouder son Adjoint à la Culture, Jean-René Etchegaray, dont l’engagement historique dans ce dossier ne connut aucune relâche.

autre ATALANTE BAYONNEComme tout bon aficionado qu’il est (et restera), Jean Grenet ne se priva pas d’une ultime estocade al revuelo vers les voisins du Royal de Biarritz, « ceux qui revendiquent de faire de l’Art et Essai quand leur programmation est clairement mixte, leurs films grand public assurant leurs niveaux de fréquentation », un coup qui passa nettement au dessus des oreilles des sus-nommés.

L’ambition déclarée se situait à un autre niveau, ce « gain de productivité » attendu que l’architecte du projet, Farid Azib du Cabinet Randja, explicita en termes moins guerriers, en confiant en préalable « son émotion de voir cette façade à l’échelle 1, résultat d’un dossier malgré tout très compliqué ».

De son intervention l’on put retenir que la reconstitution de la Taverne de l’ATALANTE dans le nouveau lieu reposerait sur la conglomération de son actuel plancher en bois, ouvrant ainsi (mine de rien) la question du devenir du lieu historique.

autre ATALANTE BAYONNE« Cette question est entre les mains des politiques », y répondit en aparté Jean Pierre St Picq, Président de l’association Cinémas et Cultures, « nous souhaiterions juste qu’il puisse s’agir d’une structure culturelle avec des enjeux identiques, avec laquelle nous pourrions nous rapprocher et travailler de concert ».

Une impressionnante bâche représentative du projet final, baptisé « L’AUTRE ATALANTE : une maison du cinéma » sur un Power Point impeccable, un projet culturel situé à 115.000 entrées « pour la 1ère année pleine », et un projet économique qui s’appuiera sur « 9 emplois en CDI » (contre 12 aujourd’hui), tels auront donc été les enseignements de la journée, qui fut associée en termes protocolaires à la notion de « trompe l’œil ».

Deux ans sont donc désormais devant nous pour repenser à cet échange, en 1988, entre le Président François Mitterrand, et son adversaire politique aux Présidentielles, Jacques Chirac, qui lui demandait comment il trouvait sa campagne d’affichage : « Je vous trouve très bien, mais maintenant, le plus difficile est devant vous : continuer à ressembler à cette image ».

autre ATALANTE BAYONNE


Commentaires

2 réponses à Le dessein de « l’autre Atalante » encore un peu plus dévoilé

  1. Vincent B dit :

    Super article, merci pour ces infos.

  2. oui dit :

    Dixit monsieur le maire « Je suis heureux de terminer ainsi vingt ans de suivi d’un projet culturel aussi consensuel qu’attachant », c’est savoureux dans le bouche d’un édile contre et avec lequel il fallut tant batailler à une époque pas si lointaine (10ans) ou il voulait mordicus faire entrer le projet « Atalante-cinéma & culture »dans un multiplexe et pas ailleurs . Il suffit et c’est le plus drôle suivre cette actualité dans sud-ouest de l’époque et mieux dans le « Bayonne magasine » du temps .

    Une personne bon connaisseur de Bayonne dit un jour de notre génial premier magistrat  » c’est l’homme des vérités successives  »

    Peut-on mieux définir ce types d’homme politique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.