Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

L’autre Mexique invité au Festival de cinéma latino de Biarritz

29 septembre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Le changement notable de la 23ème édition du Festival de Biarritz Amérique Latine, du 29 septembre au 5 octobre, n’est pas à attendre des grandes lignes historiques de ce rendez-vous automnal de la côte basque : mêmes redéfinies par son Délégué Général Marc Bonduel depuis son arrivée il y a 10 ans, le Festival repose toujours sur sa colonne vertébrale cinématographique fournie (compétition de courts et de longs métrages, de documentaires, avec des rétrospectives thématiques).

Les rendez-vous habituels sont présents, entre rencontres littéraires et programmations de concerts dans le Village du Festival (sans oublier le concert exceptionnel d’Agnès Jaoui à la Gare du Midi le 30 septembre).

festival-1

De gauche à droite : Jean-Marie Dupont, Président ; Marc Bonduel, Délégué Général ; Jocelyne Castaignède, Adjointe culture Biarritz

Pas de nouveaux vents contraires non plus du côté de la municipalité, dont la nouvelle donne municipale ne se distinguera pas de la précédente quant à son soutien indéfectible à cette manifestation.

L’adjointe à la Culture de Biarritz, Jocelyne Castaignède, redit en conférence de presse l’attachement fort qui reliait (et reliera encore) la ville à son Festival. Pour un budget de 700.000 euros en subventions et apports techniques, la manifestation connait toujours un spectaculaire engouement, avec 30.000 entrées payantes sur 6 jours, le seul risque immédiat craint étant celui de voir certaines projections attirer encore plus de monde que les 1.400 places de la Gare du Midi certains soirs.

De fait, s’il faut déceler une orientation notable dans cette 23ème édition, c’est ce political statement qui a guidé le choix du Focus cette année, qui portera sur un autre Mexique.

revolucion

Revolucion, Abrazo d’or 2012

Après une édition 2011 où quelques mots de Sarkozy avaient suffit à mettre à bas le programme de l’Année du Mexique (requalifié Année Florence Cassez par le trublion), l’édition 2012 avait tout de même en lumière le film collectif Revolucion, reparti cette année là avec l’Abrazo d’or.

Pour le retour en force de cette programmation pour 2014, les organisateurs (sa programmatrice Lucile Decalan aidée de Nicolas Azalbert) ont tenu à fermement écarter ces noms qui font la réputation du Mexique à l’international, mais font grincer des dents à l’intérieur du pays.

Amores-PerrosExit donc toute rediffusion des films de Carlos Reygadas (Japón, Batalla en el cielo, Post Tenebras Lux) et d’Amat Escalante (Sangre, Los Bastardos, Heli) ou d’Alejandro González Iñárritu, dont seul le tout premier film, Amores Perros, fut diffusé à Biarritz.

« Pour le focus, nous avons privilégié des films différents de ceux que nous pouvons voir en salles, ici, en France, où la violence prédomine, souvent filmée avec complaisance. Pour 2014, c’est le genre de la comédie qui sera mis en avant, parce que la réalité mexicaine n’est pas constituée de ce seul élément », ont-ils déclaré la semaine passée en conférence de presse.

festival-3

Lucile Decalan et Nicolas Azalbert

Et de justifier : « La comédie peut aussi asseoir son propos sur la dénonciation des travers de la société ».

Son délégué général Marc Bonduel l’aura également traduit en termes très explicites : « Quand nous avons dit au Mexique que nous souhaitions nous concentrer sur leurs comédies historiques, sans ce type de cinématographie violente, ils nous ont dit merci ».

Place au Festival, qui s’ouvre lundi 29 septembre à 20h30 à la gare du Midi de Biarritz.

Les films en compétition

busquedas

Las busquedas de José Luis Valle

Dix longs métrages de fiction se disputeront le prix majeur du Festival, l’Abrazo d’Or, et l’on retrouve parmi les sélectionnés (retenus parmi 350 films visionnés) des habitués du Festival. Cette édition 2014 marquera le retour de nombreux cinéastes déjà primés à Biarritz, en particulier pour leurs courts métrages.

Ainsi le film mexicain Las Busquedas fait revenir à Biarritz Jose Luis Valle, le vainqueur de l’édition 2013 (Workers) : cette quête de 4 personnages, filmé en noir et blanc, quasiment sans scénario initial ni budget important, a remporté en 2013 le prix du Meilleur film mexicain au Festival de Monterrey. Il y a un mois, le film obtenait également le Prix majeur du Festival Word Cinema d’Amsterdam.

Face à ce prétendant à l’Abrazo d’Or, on retrouvera le Chilien Cristian Jimenez, dont le court métrage XX avait été primé à Biarritz en 2006, et qui y était revenu en 2009 en sélection avec Ilusiones Opticas. Ce sera un peu le même contexte avec le Colombien Oscar Ruiz Navia, vainqueur en 2013 avec son court métrage Solecito, qui y présentera son second long métrage Los Hongos.

ithaque

Retour à Ithaque, de Laurent Cantet

Après une Palme d’Or qui l’avait consacré en 2008, le Français Laurent Cantet intègre la compétition avec un film coproduit à Cuba, Retour à Ithaque.

Loin d’être un inconnu à Biarritz, l’argentin Diego Lerman revient avec Refugiado, 4 ans après être reparti de Biarritz avec un prix d’interprétation masculine pour son film La Mirada invisible.

Dix courts métrages et douze documentaires complèteront la partie concursive de cette édition.

Un homme de lettres et de cinéma à la Présidence du Jury Longs Métrages

rahimiIl faudrait ne pas avoir à (trop) présenter Tariq Rahimi, romancier afghan auteur de Terre et cendres et autre »Mille maison du rêve et de la terreur », écrit en persan. Pour son premier livre en français, Syngué Sabour en 2008, il obtient directement le prix Goncourt, puis sa propre adaptation au cinéma qui obtiendra également nombre de Prix internationaux.

Son envie d’être à Biarritz sera le ciment de cohésion d’un Jury où le rejoindront l’écrivaine argentine Maria Kodama, le réalisateur franco-espagnol Miguel Courtois, la productrice Catherine Dussart et Joan Alguilar, distributeur en Belgique de de bien des films qui ont marqué la décennie passée.

Hommage à la comédienne mexicaine Maria Felix

MFELIX1Elle a incarné la femme fatale mexicaine au cinéma, la Doña Maria Felix étant le visage lumineux choisi par Buñuel dans « La fièvre monte à El Pao », en compagnie de Gérard Philippe, qui sera proposé durant le Festival.

Trois de ses films, ainsi qu’un documentaire signé Carmen Castillo, accompagneront une exposition de 50 photos de sa carrière, à travers le regard du grand photographe mexicain Hector Garcia.

Hommage à Octavio Paz pour les Rencontres littéraires

octavio-pazLe romancier français Patrick Deville sera invité au festival de Biarritz, au moment où les Editions du Seuil publient sa trilogie équatorienne Sic Transit et son roman mexicain Viva.

La romancière argentine Maria Kodama sera également à l’honneur, pour ses propres livres ainsi que pour le travail de conservation de mémoire de celui qu’elle admire depuis sa première rencontre à 16 ans et qui va marquer sa vie, Jorge Luis Borges.

Mais c’est sans doute le centenaire de la naissance de l’écrivain mexicain Octavio Paz qui attirera tous les regards, avec une rencontre autour de la mémoire de celui qui reçut en 1990 le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.