Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Pour ce truc en nous, quand on monte sur la scène », Baden Baden, avant Pop Terrasse#2

29 août 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Le samedi 3 septembre, le groupe donnera à Anglet le tout dernier concert de la tournée de leur album « Mille Éclairs », et ni le succès critique ni l’accueil enthousiaste du public depuis 2010 ne leur ôtera cette émotion aux creux de leurs ventres en début de concert.

Les Baden Baden viennent d’achever une série de concerts au Proche Orient, en Egypte, au Liban, en Turquie (« fantastique », pour les résumer), et la date du 3 septembre à Anglet pour notre Pop Terrasse#2 sera donc la dernière date de leur tournée de Mille Eclairs, leur second album sorti en février 2015 chez Naïve Records.

« Et on aura ce petit truc, ce trac, qui est toujours là quand on monte sur la scène », nous a confié Julien Lardé (au centre), le guitare de ce groupe pop localisé officiellement « entre Paris et la Normandie ».

L’histoire de ces 3 gars, avec Eric Javelle au chant et à la guitare et Gabriel Vigne à la batterie, est passée par les étonnements intérieurs de la chrysalidation d’une envie de chanter ensemble bien après les années lycée, puis de celle de s’enfermer dans un studio pour l’enregistrement d’un premier Coline en 2010, avant de voir le public en bord de fosse des concerts se dresser devant eux avec chaleur.

Baden Baden présente donc ces deux naissances complémentaires, « ce n’est pas imaginable l’un sans l’autre ».

La première porte sur le plaisir d’écoute de leurs nouvelles compositions, balades poétiques délaissant le superflu et le tape au tympan pour lui préférer des mélodies précises.

Leurs délicats méli-mélos d’histoires comme Mille éclairs (leur second album, encensé par la critique) se frayent instantanément un chemin dans vos oreilles mais aussi dans vos palpitants intimes.

Et la seconde réputation repose sur leurs rapports à la scène, qui les voit avancer leurs refus d’être ailleurs que devant vous.

« On ne sera jamais des showmen, on n’est pas des grandes gueules, non plus. Notre moyen d’être bien à ce moment-là, c’est de jouer notre musique à fond, sans envisager un seul instant d’être dans le métier, dans un truc répétitif qu’on reproduirait soir après soir ».

Julien s’interrompt, hésite, mais le confie, « ça peut donner une émotion partagée très forte ou bien ne pas fonctionner complètement, la seule chose, c’est qu’on ne souhaite pas tricher avec ça », et le mot d’ordre est devenu serment avec ceux qui, comme Jérôme à la basse et Arnaud aux claviers et à la trompette, les accompagnent en tournée.

L’histoire de ces trentenaires qui n’ont toujours pas tout sacrifié de leurs vies antérieures explique en partie cela.

« Quand on est face aux gens et que cela se passe bien, il y a toujours cette émotion qui te porte, malgré l’appréhension », et ça ne devrait pas changer, confie-t-il, les regards échangés entre eux à la fin de leurs concerts l’ont largement confirmé.

baden-baden-pop-terrasse-6Les Baden Baden continuent alors de tracer leurs routes avec la difficulté des autres de les faire rentrer dans des cases, leur pop mélancolique en français s’appuyant sur des guitares étirées, à mi-chemin entre les vols planants des grands frères de Sigur Ros, et l’élégance entraînante de Kalexico.

« Juste envie de jouer notre truc », répète Julien, tandis que, du côté de la production et surtout de leur tourneur, le propos se fait plus direct : « Baden Baden est un groupe important, extrêmement chaleureux, il faut prendre le temps de les accompagner », et de leur permettre de jouer dans des configurations intimes, où sera partagée leur sincérité.

Au vu des images du 1er Pop Terrasse, l’idée d’aller « là-haut » sur la Pop Terrasse du Théâtre Quintaou leur a fourni la certitude que, au moment de monter sur la scène, ils auront ce « truc » en eux, dans le ventre, à poser sur la scène devant nous, en disant « Nous sommes Baden Baden et nous sommes ravis d’être là ».

baden-baden-pop-terrasse-anglet-2


Last Song & City Walls – Baden Baden – Live au Café De La Danse, Paris,  octobre 2013


affiche-a3-pop-terrasse-2-coup-de-projecteurRenseignements, billetterie et trailer sur le site de Pop Terrasse#2

Prix d’entrée : 19 € // 17 € en prévente
15 € : demandeurs d’emploi, étudiants ayant eu le Bac au repêchage, speakerine d’ARTE, gardiens de phare


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.