Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Baleapop 6, St Jean de Luz : de l’art, des Djs, et des scies circulaires en langue basque

6 août 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Depuis ce mercredi 5 août et jusqu’au dimanche 9 août, la 6ème édition de Baleapop est une belle et généreuse invitation à s’immerger à St Jean de Luz dans une recette très locale d’art contemporain et de vibrations électroniques.

Le centre ville de St Jean de Luz (Pays Basque) a pris ses atours d’été, entre ses sempiternelles images d’Épinal (peintures du port tout autour du kiosque Louis XIV, terrasses pleines d’estivants) et ses musiques folkoristo-fourre-tout dans la grande rue Gambetta.

A quelques coudées de là, la plage dresse l’habituel drapeau vert de son rivage paisible, mais pas ce drapeau bleu, synonyme ailleurs de qualité des eaux mais rejeté ici sous prétexte de n’être qu’un argument commercial inutile.

Ce drapeau bleu existe pourtant, à l’entrée du parc Ducontenia et son Théâtre de la Nature, portant mention de la lettre B, avec le sentiment que cela suffira à attirer l’attention nécessaire.Un B non pas pour « Baignade », encore que, le festival Baleapop (du mercredi 5 au dimanche 9 août) méritant cette qualification pour sa haute ambition de proposer une chaleureuse immersion dans un univers de musiques électroniques et d’expositions d’art contemporain.

Une 6ème édition, solidement ancrée sur la ville de St Jean de Luz depuis l’an passé, après avoir irrigué les communes autour par le passé. Et un double M, pour désigner le collectif local Moï Moï, aux commandes d’un projet electro-artistiques qui soulève des vagues d’admiration.

Une bande de potes qui s’est jetée à l’eau, à une époque où il y avait encore des poissons bons à manger sur la Nivelle, qu’ils passaient à décortiquer avec moins d’empressement tout de même que ces rythmes scratchés, bidouillés, montés en boucles.

Leur aventure est belle, qui a permis l’éclosion de nombreux talents signés dans la structure de prod (Odei Bat, Van off Mart, Panda Valium, et le tout dernier, Polygorn) et qui s’incarne depuis quelques années donc dans ce temps estival où marquer sa différence avec le fond de commerce local des syndics de location est devenue une forme d’auto-défense mentale.

Parce qu’ici, on invite, large, d’autres bidouilleurs de sons, des groupes qui râclent leurs guitares sur les deux scènes en bois aussi sûrement que les pots d’échappement de leurs mobylettes, il y a quelques années encore, sur la corniche vers Hendaye (dans les virages, à fond de cale).

Et puis ces artistes plasticiens convoqués à l’impérieuse proposition de marquer chaque année de leurs empreintes, et de leurs capacités à surprendre.

baleapop-2015-12Les arbres bleuissent alors, l’improbable surfe sur les perspectives paysagères, se sentir bien est la seule préoccupation des organisateurs, rejoints par une centaine de va-nu-pieds bénévoles qui crèveraient de ne pas en être.

Le public dans tout ça a pris l’habitude de leur accorder une plus grande confiance à eux qu’aux menus de la rue piétonne de la République vantant les mérites d’une « cuisine basque trrrrraditionnelle ».

Le basque ici est visible, Baleapop portant avec insistance le bilinguisme comme l’ingrédient aussi nécessaire que de l’ail frit sur un poisson à la plancha.

baleapop-2015-2L’installation offerte aux regards des visiteurs sent bon le bois, manié depuis des semaines à la scie circulaire par ces fanatiques des disques qui tournent.

Un Global Baleapop Village en est né, et peu de questions sont nécessaires, quand le prix d’entrée des soirées foisonnantes est fixé à 16 € (soit 4 verres de pression sans chips autour de la place Louis XIV, et sans pouvoir y rester toute la soirée).

baleapop-2015-4Même ceux qui y rechigneraient ne trouveront rien à redire, puisque Baleapop se démultiplie le samedi (une première, cette année), sur cette place à portefeuilles à deux pattes, ou dans les bons repaires, comme à l’ombre des arbres du Batela.

A la sortie du Parc Ducontenia, il y aura sans doute aussi un spectacle, plus habituel, sonore et visuel, avec ces voitures cherchant à forniquer autour des ronds points et ses grands axes.

Certains arbres regrettent chaque année de ne pas avoir été plantés au Théâtre de la Nature, plus près de Baleapop.

baleapop-2015-9


baleapop-2015-6Baleapop 6
du 5 au 9 août 2015

Tout le programme sur leur site


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.