Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Au Black&Basque, l’incandescence d’Art Melody, contre le show de FFF

16 septembre 2014 > > 4 commentaires

Pour le 2ème soir du Black&Basque 2014, ce samedi 13 septembre, le challenger de la grande soirée du come-back de FFF, le trop méconnu Art Melody (deux albums dans son escarcelle) a pourtant choisi d’attaquer la scène comme on rentre sur un ring, un ennemi invisible face à lui mais que le public a pleinement pu ressentir. Épaules rentrées, poing levé et incapable de rester en place, le Burkinabe n’a pas cherché à reprendre son souffle lorsque, par force flows et beats ravageurs, il a entonné les chants de refus de toute reddition, quand personne ne pariait un franc CFA il y a quelques années sur sa carrière de chanteur rap.

Image5Fort de l’amitié et du respect du maître à bord, Christian Borde, l’homme a montré une belle énergie, textes africains vissés à l’âme, une fureur de survivre qu’il a livré comme autant de coups de poings furieusement balancés à ceux qui lui demandent, aujourd’hui encore, de chanter en anglais ou de présenter en souriant un peu ses papiers de negro à la nuque raide.

art melodyPuisant dans l’énergie d’un Fela Kuti dopé à la rage noire de Tricky, rien n’a résisté à Art Melody ce samedi soir.

Ni son appréhension de se retrouver pour la première fois devant un public aussi nombreux, ni cette puissante émotion qui a manqué de le submerger quand la Marraine du B&B, Angélique Kidjo, vint faire vibrer sa carcasse à ses côtés.

black and basque mousticDans l’ombre, Christian Borde peina à rester en place, lui-même envahi de comprendre que « c’est ça », « c’est là », son idée de Festival.

Et personne ne recula d’un pas lorsque vint le moment de lever les bras au ciel, et d’inscrire le nom d’Art Melody dans les meilleurs souvenirs de cette année.

Le format XL un peu flottant sur les épaules de FFF (et de Flox)

Image11Après lui, l’espoir que le « ragga élégant » de l’Anglais Flox (comme l’introduisit Christian Bordes) puisse rivaliser avec ce début de soirée ne dura que quelques instants. L’air très convaincu de son talent, et une trop forte posologie de Tranxène dans ses beats, rappelèrent à un grand nombre de spectateurs que cela faisait bien longtemps qu’ils n’avaient pas répondu à leurs textos, ni repris le chemin vers la tireuse à bière.

Vint ensuite le tour de FFF, la Fédération Française de Fonck étant de retour une scène après bien des années d’absence et de flamboyance remarquée.

fff-slideC’est à porter à leur crédit : Marco Prince (au chant), Yarol Poupaud (guitare) et Nicolas « Niktus » Baby (à la basse et en chemisette de nuit) firent ce qu’ils purent pour combler le retard pris sur bien des groupes français qui ont explosé depuis (de Skip the use à Shaka Ponk dans le même funko-commercial), mais l’ingénieur lumière fut sans doute le meilleur d’entre eux ce soir-là.

Photo : lesdeuxpiedsdanslafosse

Photo : lesdeuxpiedsdanslafosse

Histoire de faire monter un climax bien difficile sans son travail, il n’eut de cesse de balayer la scène de multiples effets stroboscopiques, à même de nous faire oublier que le viscéral annoncé de leur présence sur scène serait moins visible que leur envie d’en être.

Et revint également un aspect oublié de FFF.

Ado, ou à peine plus vieux, c’était toujours sympa de voir leurs shows télévisés, sans que pour autant on ne pique leurs disques à la FNAC la plus proche.

Image13L’incertitude de l’émotion transmise, et le vif rappel que le groupe n’avait jamais réellement réussi à impressionner par leurs textes dans le passé, donna tout de même lieu à un moment de ferveur avec le public, avec ce « c’était sympa » entendu en murmures, répondant à l’énergie constatée sur le plateau.

Mais c’est bien le souvenir de l’incandescence d’Art Melody qui secouait nos carcasses au moment de rentrer chez soi ce soir-là, avec cette insistante envie de se saouler, en pensant à notre propre come back, far from home, far from our tomorrow parties. Le temps n’épargne personne.


Commentaires

4 réponses à Au Black&Basque, l’incandescence d’Art Melody, contre le show de FFF

  1. ELHRINGER dit :

    Bonjour à tous

    La fille de dos en photo c est moi !Une belle photo merci et encore des encouragements pour cette édition ce festival, cette édition une grande reussite !

  2. […] Au Black&Basque, l’incandescence d’Art Melody, contre le show de FFF : Agenda des évènements culturels, dossiers et articles sur la culture au Pays basque  […]

  3. sakande dit :

    Bonjour tout le monde!!! art mélody…Rien à dire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.