Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘La Ronde Bi ahizpa’ de Rouge Eléa, pour en découdre avec les fils tissés de la fraternité

4 décembre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Le 6 décembre à 17h au Colisée de Biarritz, la compagnie Rouge Eléa propose une création où l’intime et la complexité de la relation fraternelle donne lieu à une pièce chorégraphique fascinante, à quelques mètres au-dessus des spectateurs.

La règle de pas mal de spectacles vus depuis cet automne sur la côte basque semble avoir fait d’un fauteuil l’élément de départ de la dramaturgie proposée à son public : symbole de l’ordre paternel pour le collectif Os’o, du lieu des cauchemars du collectif Jabberwock, la compagnie Rouge Eléa a également fait de cet objet le point de départ de sa Ronde – bi ahizpa (« deux sœurs », en basque).

Bi-Ahizpa-4Cette Ronde l’emprunte comme point central des évolutions de la fratrie annoncée, une belle introduction les faisant descendre toutes deux du haut de la salle, depuis un imposant lustre natal, par un exercice de voltige que l’art du cirque sait parfaitement associer à de la chorégraphie aérienne.

De la volonté initiale de questionner le lien fraternel et d’en révéler toute la complexité, naissent des figures dessinées avec grâce par les corps de ses deux interprètes, le fauteuil se transformant en lieu sûr, en cachette, ou en fardeau de vie.

Bi-Ahizpa-3Lumières centrées sur elles, le spectacle de mouvements se voit accompagner par leur comparse à la guitare électrique, frottée et pincée, mais également par des témoignages enregistrés et restitués de gamins évoquant leurs propres visions de cet autre, là, dans leur vie.

Bi-Ahizpa-1Les premiers mouvements de refus prostrés, les altercations, le refus du corps de l’autre : la fraternité est un sport de combat qui n’évite ni les questions sans réponse ni les mises à distance vitales.

Et ce qu’il restera d’eux, d’elles, de nous, avec ce compagnon imposé dont on ne mesure pas toujours qu’il a été et restera un maillon essentiel, et le mot frère et le mot camarade, nous avertissait pourtant le poète Paul Eluard.

D’un coup du sort qui ne sera dévoilé qu’à ses spectateurs, la Ronde peut alors reprendre sa course redevenue aérienne.

Bi-Ahizpa-6Les deux danseuses circassiennes de Rouge Eléa ne demandent finalement que ça, pouvoir en découvre avec les fils tissés de la fraternité, avec la gravité des corps aussi, juchées sur ce lustre à cinq branches, et avec celles des âmes, qui ne valent jamais mieux qu’à être également élevées.

Bi-Ahizpa-2Ce jeudi après-midi, à la faveur d’une séance jeune public leur permettant de vérifier la solidité poétique de leurs hypothèses artistiques, les trois interprètes de cette Ronde emballante ont eu le sentiment d’avancer dans la bonne voie qu’ils s’étaient promis de suivre.

Leurs tableaux chorégraphiques auront permis de faire oublier la dureté de cet art physique et exigeant, ces bleus sur leurs peaux ou les raideurs de leurs membres.

Pour la salle, qui les en a chaleureusement remerciés, ils n’ont seulement dévoilé que la beauté de cette offrande fraternelle.

Bi-Ahizpa-5


rouge-elea-agendaReprésentation tout public ce 6 décembre 2014, à 17h au Colisée de Biarritz,
dans cette version bilingue français-basque traduite en simultané

Tous les renseignements sur le site de Biarritz Culture


rougeLa compagnie Rouge Eléa a été créée en 2003 par Corine Cella, circassienne formée en danse et en cirque aérien à Marseille, Rosny-sous-Bois et Bruxelles. Une première pièce, Calao, jouée sous les arbres l’amène à parcourir les festivals Européens. En 2007, elle rencontre Ander Fernandez, musicien, artiste basque avec qui elle partagera les créations suivantes.

L’engagement et le soutien de certaines tutelles locales les ont amenés à implanter aujourd’hui le siège social à Hendaye (64) où la compagnie travaille depuis trois ans avec la création des spectacles Biutz et Ronde-bi ahizpa, deux spectacles nés de la rencontre avec des artistes basques qui abordent le thème de la frontière et de la fratrie (présentations détaillées dans le dossier ci-joint).

Riche d’un réseau qui se développe depuis l’origine au-delà des frontières, la compagnie Rouge Eléa envisage la rencontre interculturelle comme une dimension nécessaire et naturelle à son développement.

rondewebCette implantation territoriale a été possible grâce à l’accueil des institutionnels et divers professionnels du secteur sur le département 64 :
– avec notamment le soutien du Conseil Général 64 via un conventionnement pour une durée de 3 ans,
– de la Ville d’Hendaye via des accueils de résidence au Mendi Zolan ainsi qu’une programmation au Mai du Théâtre 2014,
– l’Agglomération Sud Pays Basque qui a aidé à la coproduction du spectacle Ronde bi ahizpa et va programmer le spectacle dans sa saison prochaine,
– l’Institut Culturel Basque qui nous soutient à la création et à la diffusion de spectacles,
– etc…

Plus de renseignements sur le site de la Compagnie Rouge Eléa



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.