Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Big Festival 2016 à Biarritz : « Ça a été un peu maladroitement construit, mais on pense que ça va marcher cette année »

10 juin 2016 > > Soyez le premier à réagir !

A un mois du prochain BIG Festival de Biarritz, au-delà des limites de l’exercice, une conférence de presse a surtout permis de constater des renforts de qualité dans l’esprit de la manifestation, pour un changement de mentalité salutaire, et salué, ici, dans Eklektika.

« Le BIG à Biarritz, ça a été un peu maladroitement construit, peut-être par la connaissance insuffisante de ce qu’est un Festival, qui doit dépasser la simple notion d’événement ».

Sans détours, le résumé reste dans la confidence sincère, aucunement motivée par l’envie de détruire les fondations vacillantes des 7 précédentes éditions de la plus grosse manifestation estivale de la côte basque.

Nous l’avions exprimé différemment l’an passé dans ce média, mais cet avis convergent est de ceux, essentiels, qui pourraient permettre au BIG de repartir sur de nouvelles bases, quand prononcé par Christian Allex, une personnalité incontestable de la scène française, un renfort pour l’encadrement du rendez-vous du 9 au 17 juillet prochain.

Programmateur et co-directeur artistique depuis trois ans de la salle Paloma de Nîmes, le bonhomme a clairement modifié les repères géographiques d’un bassin de vie qui ne regardait pour ses envies de concerts que vers Montpellier.

Et il est surtout aujourd’hui encore le programmateur des Eurockéennes de Belfort, qui a survécu à la montée en puissance de Rock en Seine et gardé sa place dans l’agenda des lieux incontournables de l’été comme Garorock, les Vieilles Charrues ou les Francopholies.

A Belfort, s’y produiront Louise Attaque, Air, Beck, Nekfeu, The Kills, mais également tout un tas de groupes en devenir, sur des registres aussi diversifiés que du rap underground de Baltimore, du planant canadien ou de l’electro de Bamako.

Et chez lui, à Nîmes , ou encore du côté du festival cabaret Vert de Charleville Mezières, il savoure avoir programmé Thurston Moore de feu-Sonic Youth, les Swans, Alt-J, ou accueilli les jeunes grunge de Bass Drum Of Death, « des kids new-yorkais de 17-18 ans, vraiment excellents ces gars là, avec la fraicheur de Nirvana dans l’attitude et dans le son ».

Big-2016-Biarritz-2Jusqu’à l’an passé, le retour à la réalité de la prog du BIG oscillait sévèrement entre le désir réel de voir cette manifestation nous éviter des centaines de kilomètres vers ces têtes d’affiches-là, et, avec l’injustice que tout un chacun peut se permettre, le sentiment que ce Festival dérivait jusqu’à la définition probable du pire de ce que l’on peut en attendre.

Il nous faut revenir une ultime fois sur l’intenable BIG 2015.

Rassembler pour les djeunes un plateau cohérent de Djs furieux dans la BIG Boite (avec un The Aveners provoquant de mémorables problèmes de sécurité), tout en trainant les ancêtres vers la BIG Scène pour y croiser la route (entre deux Zenith) de la caravane des Chedid et des santiags à 250.000 dollars la soirée de Johnny Hallyday : l’incohérence relevait d’un suicide qui aurait pu mettre à bas toute considération polie sur le travail effectué par son directeur Seb Farran depuis 7 ans.

A force de vouloir faire des « coups », l’homme n’a pas échappé à ceux qui lui ont été destinés, en commettant par ailleurs le péché ultime de confesser sa lassitude de ne pas être accepté ici au Pays basque.

Manager de Johnny Hallyday et de Joey Starr, il devrait le savoir mieux que tout autre : dans ce milieu, soit on avance triomphant soit on crève sans que personne n’en pleure très longtemps, mais se plaindre n’est pas une option possible.

Les Chemical Brothers, le samedi 16 juillet

En avril dernier, le line-up du BIG avait révélé une toute autre consistance, désormais éclairée par la double présence à ses côtés de Christian Allex et de la société de production Miala d’Antoine Kraft Caudron.

Les Prodigy, les Chemicals Brothers, Pharell Williams, les Libertines de Pete Doherty mais aussi les Kills, Synapson, les Casseurs Flowters ou Feu!Chatterton ont passé au Karcher les doutes sur l’attraction du rendez-vous, une évidence que partage Christian, « l’affiche d’un festival, c’est comme celle d’un film, tu as besoin de comprendre tout de suite qu’il y a les bons noms dessus, et que tu ne dois pas louper ça ».

big-festival-2016-5

Prodigy, le vendredi 15 juillet

« L’accent est désormais porté sur des groupes aux prestations scéniques fortes », complète-t-il, Christian se balade dans tous les plus gros festivals européens, et peut aussi se retrouver dès les premières répétitions live de groupes de sa « tribu », comme les Français de The Shoes.

La scène a donc repris une vraie place dans la programmation, avec également le renforcement plus visible du BIG Village, sur la Côte des basques, sorte de BIG-off gratuit pour lequel on a vraiment envie de penser que la même cohérence a guidé les choix des groupes, comme les Espagnols déchainés de The Parrots, Flavien Berger, Petit Biscuit, Kepa, Dual Split, etc.

Le coup de baguette magique n’a pas à être résumé à un gros chèque sur la table, « le budget artistique a été augmenté de 20% environ, mais c’est surtout permis par la synergie avec d’autres festivals sur la même période, comme le BBK ou Benicassim, et parfois la chance d’avoir été un peu malins », confesse Christian.

big-festival-2016-une

Pharell Williams, le vendredi 15 juillet

Pharell Williams le vendredi aux Vieilles Charrues et le dimanche à Carcassonne ? « On a averti son tourneur que son trajet passerait par ici, de toute façon, pour son jour off, et qu’il pouvait envisager de venir nous rejoindre sur la prog, par la même occasion ».

Le contrat a été signé, à un coût moindre qu’un « coup », et la promesse est faite de « prendre une grosse claque » : « je suis allé le voir à Nîmes l’an passé, je ne m’attendais pas à grand chose, et pourtant, sur scène, faut admettre que c’est fantastique d’énergie ».

2016 est donc construit comme un pari sur l’attraction d’un Festival qui s’attend à voir plus augmenter ses entrées que ses impayés, et également des nouveaux rails pour la conviction que « nous sommes repartis pour une prochaine décennie ».

La déclaration vint de Michel Veunac, le Maire de la ville, qui, lors de la conférence de presse, chercha à faire sourire en complétant d’un « j’en serai à mon 3ème mandat ».

Big-2016-Biarritz-3La remarque vaut aimable boutade, mais cet affichage du soutien politique volontariste au BIG n’était pas à ce jour la principale inconnue de la manifestation.

Hérissant le poil des commerçants locaux, souvent arrogant avec les manifestations et les opérateurs de ce bassin de vie, le BIG semble avoir trouvé la solution à son angle « hors-sol » : la création d’une association BIG Festival Biarritz, encore en gestation, sera chargée d’encadrer avec respect et chaleur humaine les bénévoles et les énergies complémentaires qui s’en rapprocheront, et feront la différence, au final.

Au milieu de la table de la conférence de presse, Seb Farran a souri, comme l’an passé, mais pas que.

Big-2016-Biarritz-7En 2015, il était possible de percevoir une méthode Coué face aux doutes et ressentiments qu’il tenait dissimulés : cette année, sa satisfaction évidente des renforts à ses côtés s’est accompagnée d’une humilité inattendue, « aujourd’hui, je suis d’accord, c’est réellement un Festival, et plus un simple événement avec une seule tête d’affiche comme auparavant ».

Il a même trouvé suffisamment de joie en lui pour ne pas démonter le râtelier du journaliste en face de lui qui demandait s’il avait prévu, le 10 juillet prochain, d’aménager la possibilité de voir la finale de l’Euro de foot en même temps que le programme de concerts gratuits du jour.


 


Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.