Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le pari de Donostia 2016, par les « Français de Baiona » du Carburateur

4 janvier 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Depuis un mois, les deux artistes Claude « 537718 » et Xavier « XRAY » ont quitté Bayonne pour implanter leur Carburateur en plein San Sebastian, le hasard s’étant accoquiné avec la certitude d’un bouillonnement culturel à venir sur l’année Donostia 2016 à venir.

La calle San Francisco du quartier Gros de Donostia/San Sebastian est une charmante ruelle de la capitale du Gipuzkoa, rythmée de cafés et chalands nonchalants, à quelques foulées de la grande place Catalunya : depuis le 9 décembre dernier, c’est au N°2 que s’est ouvert Le Carburateur, anciennement implanté à Bayonne, dans le quartier de la Floride.

Les travaux des artistes Claude « 537718 » et Xavier « XRAY », ainsi que leurs créations communes, ont trouvé place dans une petite boutique lumineuse, « on sent que cela va bouger ici, avec l’imminence de Donostia Capitale Culturelle européenne » en bonne place sur leur gouvernail, et le mot « fulgurance » dans leurs voiles.

Leurs détournements sérigraphiés se sont inscrits dans ce bouillonnement où des OVNIs comme eux trouveront leurs places, des passerelles graphiques et des projets avec des collectifs locaux, notamment du coté du centre d’art contemporain de la Tabakalera, ont déjà nourri de solides poignées de mains.

La satisfaction intellectuelle de lendemains qui chanteront est tout de même passée par une première série de circonstances souriantes, et l’obligation de se confronter à un ordinaire où la simplicité est un objectif à travailler.

Le pincement au coeur pour déménagement de Bayonne vers le Pays basque sud pas encore tout à fait relégué au titre de souvenir, leur implantation a donc dû affronter des normes sociales différentes à maitriser rapidement, et des trajets quotidiens en mode Bla Blar Car.

carburateur-donostia-2Mais rien ne serait réussi si l’amalgame n’avait pas pris en termes humains, en particulier pour la langue d’approche, avec un espagnol de CV enrichi de ces quelques mots en basque qui font la différence avec des touristes yeux en l’air.

« Le propriétaire des lieux était ravi d’accueillir des Français de Baiona, et ici, dans le quartier, les gens nous aident beaucoup, au quotidien », l’effort de ceux qui les croisent est fait d’un petit mot en français, ça marche, les « barkatu » (« pardon ») et « eskerrik asko » (merci ») ont valu passeports inutiles.

Le rythme de travail, et sa fermeture usuelle du 13h-16h, a introduit dans l’arrière-boutique la nécessité d’aménagement d’un petit coin de sieste, mais pour l’heure, il faut être présent derrière la porte ouverte, « le temps des pinceaux et des mains dans le cambouis nous manque un peu ».

carburateur-donostia-4Le 29 décembre dernier, le Diario Vasco a déjà salué d’une pleine page leur arrivée, prévenant les locaux de la présence de ces deux artistes, leurs reproductions « carteles » à 30 euros pièce en petits cailloux blancs de leur route vers la viabilité financière de cette entreprise, et leurs « pourquoi pas ? » répétés comme des ponctuations.

Leur label de création eL bøs a déjà séduit, qui ne demande désormais qu’à porter ce grand projet de faire voir le Pays basque par le travail de multiples créateurs européens, 20 sérigraphies en commande pour chacun d’eux, un travail imaginé à Bayonne pour son exposition à Donostia, le hasard a finalement décidé d’accélérer le mouvement.

carburateur-donostia-1537718 et XRAY ont pris leurs places dans leur Super Barrio désiré, DSS2016 est à la fois leur pari et leur San Francisco, ils referment la porte derrière eux pour le déjeuner.

Quand ils rentreront dans leur « cantine » toute proche, ils seront salués par le sourire de ceux qui ont vite compris que ces « Français de Baiona » transforment par la culture des montagnes transfrontalières en collines fraternelles.

carburateur-donostia-5


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *