Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Cassius : « Capter l’énergie et faire monter la sauce, c’est la seule règle qui compte » [Big Fest Biarritz 2016]

15 juillet 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Jeudi soir au Big Village Biarritz, l’un des duos fondateurs de la French Touch techno n’a marqué aucun essoufflement dans un concert impeccable, à quelques semaines de la sortie de son nouvel album Ibifornia. Rencontre avec Philippe et Hubert, pour évoquer un monde qui a changé mais ne devrait pas pouvoir faire sans eux.

Pour annoncer leur nouvel album Ibifornia (prévu le 26 aout prochainn avec Cat Power, Pharell Williams, Mike D..), le duo Cassius (Philippe Cerboneschi et Hubert Blanc-Francard) a fait fort en redonnant les clés du camion au collectif de réalisateurs We are from LA, pour leur premier clip The Missing .

Il serait arrivé « à ce moment de l’histoire du monde », mais surtout 6 ans après leur dernier clip, I love you, qui avait déjà scotché toute la planète Internet ‘devenu depuis une appli pour Iphone).

Dans celui-ci, et en temps réel, l’internaute a la possibilité de changer les protagonistes des longues courses amoureuses dans un décor de ville tropicale.

cassius-ibifornia-missingLes baisers échangés se font de gars à gars, de fille à fille ou en mode mixte, ça se décide au clic et sans fin, c’est totalement hallucinant, et le mélange s’attaque ensuite à mixer peaux blanches, black ou maghrébines, jusqu’à composer sa propre vision de l’amour.

« C’est un projet un peu fou techniquement, entrepris il y a plus d’un an », commente Philippe plus rapidement que son acolyte Hubert, « ça raconte aussi l’impossibilité de laisser l’obscurantisme foutre en l’air, qu’il soit religieux ou racial ».

A l’oreille, rien n’a été abandonné de la délicatesse punchy de ces deux paternels de la French Touch, désignés il y a 20 ans de cela avec Air et Daft Punk comme des fondateurs d’une renaissance musicale française que les dance floors anglosaxons ont adorée.

Le temps est passé, qui permet du recul pour analyser ce qui, à l’époque, pouvait être désigné comme « normal ».

« Aujourd’hui, c’est complètement dingue, la consommation de musiques qui se partagent et se zappent semble impossible à canaliser, que cela soit par les artistes ou les maisons de disques », relance Hubert.

Les chiffres dont ils ont entendu parler leur écarquillent les yeux : il y aurait 400 millions de gens de plus qu’il y a 20 ans qui écoutent de la musique grâce à Internet, par les téléchargements ou via les plateformes, où seraient encodés 100.000 nouveaux morceaux chaque semaine.

cassius-ibifornia-big-biarritz-2016-4C’est un phénomène qu’il faut accepter pour survivre, pour Hubert, et « le disque long play reste à notre sens le meilleur médium que l’on ait inventé pour porter une énergie créatrice ».

Le leur a été pas mal de fois repoussé, Ibifonia sortira fin août, Philippe grommelle « c’est pourtant un disque d’été », mais il sait que la question n’est plus tout à fait là, c’est ce marché parallèle et pirate qui décidera probablement de son adoption ou de son indifférence.

Cette semaine, pour exemple, le groupe Justice a dévoilé son nouveau titre, Safe and Sound, le mardi 23 juillet à 21h en téléchargement gratuit, et trois jours plus tard, il n’est pas loin de dépasser les 500.000 vues sur Youtube.

Dans un univers où « la vente, c’est un peu fini », y trouver sa place exige de savoir quelle place le duo cherche à conserver, et au prix de quelle éventuelle remise en question.

Philippe et Hubert balaie cette hypothèse d’un revers de la main, le marché, même illicite du net, ne devrait pas prétendre avoir raison tout seul.

« On a travaillé comme on l’a toujours fait », explique Philippe, « je trouve un beat à la maison, Hubert l’entend chez lui et me renvoie une grosse ligne de basse. Et puis on pense à une voix pour accompagner, un coup de fil ou un mail, et on se retrouve à bosser avec l’envie de tout défoncer, que le morceau nous cartonne en premier avant de s’avancer les autres » (sourires partagés).

cassius-ibifornia-big-biarritz-2016-5La même anti-recette court depuis 20 ans, « on n’a pas envie de rester enfermés dans notre musique, mais c’est pas non plus notre truc de faire les malins, qui saisissent les sensations du moment pour les répéter à notre tour ».

« Capter l’énergie et faire monter la sauce, c’est la seule règle qui compte », les voit d’accord une nouvelle fois, « le plus agréable à écouter, c’est le truc sincère et vrai, la différence s’entend tout de suite ».

Sur le bord de la plage du Big Village qu’ils avaient investi pour cette nouvelle soirée du Big Festival de Biarritz, les deux Frenchy Touchistes se sont évertués à appliquer la leçon, « se méfier de vouloir plaire à tout le monde, c’est trop compliqué, et puis Dieu s’emmerderait et quitterait la cuisine, pour reprendre une formule de Quincy Jones » (et grosses rigolades).

Sur les deux premières heures de leur set archi-vitaminé, le partage s’est fait, absolument pas équitable, entre ceux qui se sont massivement pressés devant l’estrade et les autres, trop loin sans doute, qui ont confondu leurs explosions de basses avec une musique d’ambiance pas captivante.

cassius-ibifornia-big-biarritz-2016-9A 23h, tout le monde leur a tourné le dos malgré tout pour assister au feu d’artifice, apparu dans le ciel au-dessus du Big Village (14 juillet oblige).

Au milieu des 2.000 personnes présentes, on a clairement entendu un « Bonne année ! » rigolard.

Pour ceux qui en étaient hier, le voeu de bonheur devrait pouvoir s’appliquer au retour de Cassius sur le devant de la scène internationale.

Plus localement, ce « bonne année » semble aussi pouvoir résumer cette édition 2016 du BIG.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.