Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Chemins de la photographie d’Ascain, les Festives#4 prennent la route sans quitter le village

15 mai 2017 > > Un commentaire

Du 17 juin au 12 août 2017, le village basque se revêt du travail de 39 photographes pour une exposition à ciel ouvert dans toutes ses rues sur le thème de « Sur la route », une initiative aussi libre que l’esprit qui la travaille, et qui ne carbure qu’au partage et à la curiosité.

Chaque édition des fragiles Festives, Chemins de la photographie d’Ascain, est une victoire murmurée contre la désertification des idées belles et simples de nos quotidiens, avec en 2017 un quatrième rendez-vous de ce festival à ciel ouvert dans tout le village.

Avec un coeur plus rempli que leurs comptes en banque, les chevilles ouvrières de l’association Zilargia ont donc renouvelé le petit exploit de rassembler le budget et les énergies nécessaires pour faire que, cet été encore, traverser ce village basque soit une expérience unique dans les routes empruntées;

Des murs de la communale au fronton de l’église, de ses ruelles à ses lieux traditionnels d’expo (mairie, marché, office de tourisme, etc), la toile blanche d’une exposition pas comme les autres a été offerte aux candidats sur le thème de « Sur la route », décliné au final par 39 photographes, rassemblés en six séries dans la rue, 16 grands formats dans les recoins du village, et autant d’expos.

Crédit photo : Rodolphe Rousseaux, Festives 2017

« Sur quelle route ? Dans quel(s) but(s) ? Deux simples questions, une multitude de réponses. », s’est ainsi demandé Philippe Calvo, auteur de la photo de notre Une.

Alors que le site des Festives vient d’être réactualisé ce dimanche 14 mai, ce qui sera offert aux regards prend le temps de confidences sur la thématique, où l’ailleurs côtoie l’intime.

Ainsi, Alexia Aranzueque-Regerat, qui aura l’honneur d’une de ses photos en très grand format sur l’église, complétée par une exposition à l’Hôtel de la Rhune, confie avoir croisé « des gens en marche lors de mes différents voyages, sur des routes plus ou moins difficiles ».

Crédit photos : Alexia Aranzueque-Regerat, Festives 2017

Maxime Crozet (exposition au restaurant Larralde) partage son affection pour une route qui « offre ses secrets et étanche ma soif de liberté qui me mène à la rencontre du monde, des autres et de moi-même ».

Crédit photo : Maxime Crozet, Festives 2017

Parce que les grands voyages n’ont pas forcément besoin de grands espaces à atteindre, hors et loin de soi, une partie importante des Festives #4 a également sélectionné des regards plus intimes, comme celui de Servane Etchegaray (exposition à l’Office de Tourisme), focalisée sur « le besoin de savoir qui l’on est et où l’on va. Ce qui a été accompli, ce qui reste à faire. De l’enfance à l’âge adulte et à la porte du déclin, j’ai ressenti le besoin de faire le point, de savoir qui je suis ».

Crédit photo : Servane Etchegaray, Festives 2017

Carine Ferrière (grand format sous la halle du marché) y a vu la possibilité de se soustraire aux contraintes du quotidien, « une évasion comme un échappatoire en guettant une part de mystère sur nos routes et la distraction l’amusement dans les mises en scène de mes voitures miniatures qui prennent la route avec un air de vacances de légèreté de pause et de détente »

Crédit photo : Carine Ferrière, Festives 2017

Cette route, Laetitia Rousseau (expo au Restaurant Trinquet Trinketeko) l’a « simplement » trouvée « sous la pluie ou dans le vent, au hasard des rencontres entre montagnes et océan, offrant aux spectateurs le meilleur de l’oeil de ceux qui empruntent nos mêmes chemins avec un regard différent.

Crédit photo : Laetitia Rousseau, Festives 2017

Ce regard distancié et totalement concerné, Daniel Velez l’a exercé comme photo-reporter à l’heure des heures sombres et ensanglantées du Pays basque, sans se détourner de tout ce qui pouvait faire sens pour lui.

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre « Une photo, une histoire », les Festives ont eu la bonne idée de faire du natif de ce village l’invité d’honneur de cette 4ème édition, avec une rétrospective de son oeuvre.

Crédit photo : Daniel Velez

Crédit photo : Daniel Velez


 


Commentaires

Une réponse à Chemins de la photographie d’Ascain, les Festives#4 prennent la route sans quitter le village

  1. Gildard Eric dit :

    Formidable ! Il faut encourager… C’est à la fois une forme grandiose d’amour et de résistance…. Les petits villages ont le droit aussi de vivre, de s’exprimer, de rêver et de produire des événements… BRAVO !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *