Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

La Cie Hecho en Casa, en résidence de création de son Cyrano

27 octobre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Première compagnie de théâtre à être invitée en résidence de création dans la salle Quintaou d’Anglet, la troupe de Hecho en casa y pétrit les formes d’un Cyrano japonisant qui ne plaira pas qu’au Jeune Public, attendu le 8 décembre à Hendaye pour sa première représentation.

Le texte est immédiatement reconnaissable, mais sans doute moins le contexte qui l’enveloppe sur la petite scène du Théâtre d’Anglet. Un arrière plan de tenture japonaise, une rangée de petits pots de fleurs en contre-jour, et devant, trois personnages en habits de kabuki, des masques sur le visage. Penché et dissimulé sous la fenêtre de la belle Roxane, le Cyrano souffle des mots d’amour à son ami Christian de Neuvillette, éperdu d’elle, mais perdu dans les mots de l’autre.

hecho-en-casa-13Au comique de la pièce d’Edmond Rostand est préférée ici une tension physique palpable, accentuée par des jeux de lumière rasante qui dévoilent au spectateur ce que Roxane ne doit pas voir. Et la présence de cette culture nippone inattendue dont est drapé l’acte rajoute à la poésie étonnante d’une mise en scène qui ne cache pas une crainte, d’une détresse, souffles retenus.

Les trois rôles sont endossées par des actrices en kimono, dont les déplacements sont aussi feutrés que la hauteur de leurs intonations. Le sentiment d’un ballet, nourri de théâtre traditionnel japonais, rafraichît chaleureusement la mémoire d’un texte librement inspiré, dont nous reviennent les thèmes qui lui sont chers : l’amour mais aussi la jalousie, le mépris, le courage, et la puissance des sentiments.

Mais le personnage au long nez se rapproche du devant de la scène, soulève son masque, et d’elle, on entend : « Caché dans son buisson de lavande, Cyrano sentait bon la lessive« .

Les lumières se rallument, et brisent pour un instant la magie d’une répétition de l’adaptation de l’oeuvre originale, signée Taï-Marc Le Thanh, qui a donné naissance à la création en cours de la compagnie de théâtre Hecho en Casa, en résidence à la salle Quintaou d’Anglet.

hecho-en-casa-7Les comédiennes reprennent leurs souffles, le metteur en scène Hervé Estebeteguy sourit.

La première représentation est prévue le 8 décembre à Hendaye, il souffle, « ça va arriver super vite« , il retourne consulter ses notes.

blancLa genèse de cette adaptation de Cyrano

hecho-en-casa-3Deux ans se sont déjà écoulés entre la découverte de cette merveille d’album jeunesse, Cyrano, raconté par Taï-Marc Le Thanh  et illustré par Rébecca Dautremer, et les prises de contact avec l’éditeur Gautier-Languereau, puis avec l’auteur.

thanhCe voyage dans une autre culture, mais aussi dans un environnement naturel où les odeurs et les bruits dialoguent avec l’histoire, ont été les deux raisons qui ont poussé Hervé Estebeteguy à choisir cette oeuvre, puis à demander à Taï-Marc Le Thanh d’écrire également son adaptation pour la compagnie.

Après quelques courts séjours de mises en lèvres du texte initial, deux semaines dans la petite salle de Quintaou à Anglet ont été le cadre de résidence de sa création.

hecho-en-casa-6Trouver la justesse d’émotions, tout en recherchant l’équilibre des paroles : l’expérience a nourri un dialogue permanent entre le metteur en scène et l’auteur, quand les répétitions ont montré dans quel sens faire maigrir le texte pensé.

La difficulté est venue de la décision de jouer avec des masques, créés par Annie Onchalo, qui ont obligé les comédiennes à puiser en elle le langage du corps.

hecho-en-casa-10Le danseur Fabien Piquemal a été appelé à la rescousse, pour à la fois restituer du sens pour chacun de leurs mouvements,  et y intégrer une gestuelle du théâtre populaire japonais.

Une expérience inédite pour la jeune compagnie, les répétitions se terminent les mains sur les hanches, mais pour Sophie Kastelnik qui interprète le rôle-titre, « c’est souvent difficile, du fait de l’intensité de l’expressivité corporelle à restituer, mais c’est une respiration dans ma vie. je sens que c’est là, dans mon idée de comédienne ».

blancLa résidence de création dans la salle Quintaou, une première pour Anglet

hecho-en-casa-1Une première présence sur la ville d’Anglet (aux Écuries Baroja), un premier séjour en Dordogne (à Terrasson) : la possibilité d’un séjour long de résidence de création revêt un sens particulier quand elle a pour cadre cette salle de Quintaou, Hecho en casa étant les premiers dans ce théâtre à pouvoir disposer d’un environnement scénique important.

« Cela change fondamentalement les choses », explicite Hervé Estebeteguy, « quand bien même nous ne ferons pas notre première ici ». La mise à disposition d’un lieu, d’une équipe technique qui les accompagne, en sont les principaux avantages.

Et dans ce cas-ci, Hecho en Casa joue à domicile, avec, à 18h, l’obligation de retrouver une vraie vie (de famille), et de « sortir la tête du guidon ».

« Ailleurs, quand nous sommes loin d’ici, l’immersion est très intense, et se poursuit jusque tard la nuit », précise-t-il, sans souhaiter privilégier une formule par rapport à l’autre.

hecho-en-casa-12Une satisfaction, qui n’a rien d’ordinaire, fait tout de même jour : « Grâce au soutien de l’OARA, et aux accords signés à Terrasson et à Anglet, on cherche, on joue, et nous sommes payés pour ce travail essentiel de création ». Les dossiers longs comme des jours sans pain, et la peur de ne pouvoir y parvenir, font oublier à ce moment-là la lourdeur du bâton de pèlerin nécessaire.

Les comédiens qui l’entourent apprécient également ce temps mis en commun où « on peut se dire les choses honnêtement », surtout quand « il y a de la matière, un beau texte, une idée de mise en scène à éprouver ».

Ces résidence successives présentent également un atout, celui de pouvoir recevoir des regards extérieurs sur la création en cours. Une aide à double tranchant, quand « nous sommes à ce moment-là dans une phase de très grande vulnérabilité par rapport à ce projet », confesse Hervé.

blancDéjà 50 dates planifiées

hecho-en-casa-14La compagnie Hecho en Casa mesure sans doute aujourd’hui les strates de confiance accordées après une petite dizaine d’années d’existence, et d’une expérience reconnue du théâtre jeune public avec cette 3ème adaptation d’un album jeunesse.

Mais les choses sont allées très vite, depuis qu’ils ont communiqué sur ce travail en cours. D’Ouest en Est, les Pyrénées Atlantiques ont acheté des dizaines de représentations, un réflexe instinctif suivi par des lieux connus et éprouvés en Gironde, dans les Landes ou dans le Lot-et-Garonne.

La pièce pourtant est loin d’être totalement adaptée, et jusqu’à sa durée finale n’a pas pu être déterminée pour l’heure.

hecho-en-casa-5Il faudra bientôt se confronter aux premiers regards de spectateurs, le 8 décembre à Hendaye pour leur première séance scolaire, puis le 10, pour la première représentation tout public. Et rien ne sera figé, Hervé en a conscience, comme les comédiens : tout autant créatif, le processus de maturation de leur Cyrano est indispensable. « La recherche de la justesse, de l’équilibre », cette obsession ne les quittera pas de sitôt.

Puis viendra la restitution dans ce lieu de Quintaou d’Anglet, en janvier 2015. Ce ne sera plus dans cette petite salle mais sur le grand plateau, ouvrant sur les 800 fauteuils.

Ils fermeront les yeux juste avant d’entendre intérieurement les trois coups les annonçant au public.

hecho-en-casa-2

 Les dates officielles du Cyrano de Hecho en Casa

cyrano-dates

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.