Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le cinéma basque en quête de ses images

9 octobre 2014 > > 2 commentaires

La devise socratique « Connais-toi toi même » a depuis longtemps nourri la persévérance de ces réalisateurs(trices) qui, au Pays basque, l’ont adjointe au précepte selon lequel « un peuple sans images est un peuple sans histoire ».

Vendredi au Royal de Biarritz, avec le projet de documentaire d’Audrey Hoc sur la nouvelle diaspora basque, et mardi à l’Atalante de Bayonne, avec la diffusion de Génération autonomistes basques de Sylvie Garat, les spectateurs seront nombreux à se presser devant les écrans, dans une attente identitaire consciente du chemin restant à parcourir.


diaspora berria

Le vendredi 10 octobre au cinéma le Royal à Biarritz seront dévoilés deux sujets du projet Diaspora Berria-Nouvelle Diaspora soutenu par la société d’études basques Eusko Ikaskuntza. Audrey Hoc, la réalisatrice à l’initiative de cette collection documentaire, admet un geste volontaire et déterminé au moment où elle a souhaité développer, mais également entretenir des relations réciproques, tant au niveau culturel qu’économique entre le Pays Basque et sa diaspora « active ».

Réalisés dans des conditions économiques extrêmement réduites, les deux premiers sujets qui seront projetés portent sur l’expérience de jeunes Basques partis tenter leur chance au Québec et à Buenos Aires (d’autres suivront, tournés en Asie ou aux États-Unis)

audrey-shotPourquoi aujourd’hui des basques partent tenter leurs chances ailleurs ? Que cherchent-ils ? Parlent-ils basque dans leur nouveau pays ? Quelles relations gardent-ils avec le Pays basque ? La réponse apportée vendredi à ces questions ne sera pas tant une fin en soi que la confrontation avec ceux, ici, que l’idée a pu traverser, ou qui s’interrogent sur la persistance à l’étranger d’une culture minorisée.

Voir plus de renseignement sur le site du Royal de Biarritz


Mardi 14 octobre, à l’Atalante de Bayonne, aura lieu la projection en public du documentaire télé Génération autonomistes basques, de Sylvie Garat (diffusé sur France 3 Région le même jour à 15h20)

iparretarrak 2Parce qu’une salle de cinéma est à considérer comme l’un des ultimes lieux d’agora publique des émotions, des souvenirs ou des contradictions, y sera donc partagé ce retour sur les années 1970-1990, quand des militants basques tenteront au sein de l’organisation armée Iparretarrak de mettre l’Etat français et les responsables politiques locaux devant leur constat d’un Pays basque au pied du mur.

iparretarrak 3Exode des jeunes, au chômage, abandon de la langue basque, spéculation immobilière : des centaines de plastiquages seront menés en même temps que, sur un mode comparable à l’organisation ETA de l’autre côté des Pyrénées, sera livré un projet politique pour la reconnaissance du pays basque nord basé sur l’autonomie.

IK livreSigné Eneko Bidegain, un livre s’approcha de ces années IK, mais devant la caméra de celle qui assista Arthur McCaig dans son explosif Euskadi hors d’Etat (1984), des militants de cette organisation témoignent à visage découvert et racontent cette aventure collective, confrontée aux témoignages de ceux qui les ont combattus.

Plus de renseignements sur le site de l’Atalante de Bayonne


Commentaires

2 réponses à Le cinéma basque en quête de ses images

  1. Simon dit :

    Bonjour Ramuntxo,

    la séance de l’Atalante a lieu mardi 14 à 21h en présence de Sylvie Garat (et non pas samedi 11).

    Bien cordialement

    Simon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.