Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le cinéma Itsas Mendi d’Urrugne a la lumière de sa renaissance

30 octobre 2014 > > 2 commentaires

Avec le renforcement de l’activité du cinéma Itsas Mendi d’Urrugne, l’agglomération sud Pays basque peut compter désormais sur un opérateur cinématographique amené à compter dans la diversité culturelle de ce territoire.

Pour celui qui traverse Urrugne en semaine à la tombée de la nuit, la lumière qui éclaire la façade d’une maison basque traditionnelle pourrait n’être pas suffisante pour en distinguer la renaissance de l’activité de salle de cinéma, reprise en duo depuis novembre 2012 par l’estrangère Frédérique Royer, et puissamment déployée en solo depuis le début de cette année 2014.

itsas-mendi-5Il faut prendre le parti d’en pousser la porte pour ressentir immédiatement la vie qui s’en dégage, dans ce petit hall peuplé d’affiches de films art et essais qui inspirent un respect immédiat. Quelques tables, des chaises, une patine de chaleur humaine : l’intuition d’un lieu à part vous fait repenser à cette formule célèbre de l’animateur radio Daniel Mermet, « aussi modeste que génial« .

itsas-mendi-3Votre regard peut s’interroger sur des œuvres programmées comme Mange tes morts, Winter Sleep, Mommy, Le Sel de la Terre ou une rétrospective Agnès Varda, en infraction patente avec les caractéristiques imaginées pour cette commune rurale de 6.000 habitants, à une portée de bobines du Cinéma Le Sélect de St Jean de Luz (et ses 4 salles généralistes) et du Cinéma des Variétés à Hendaye.

Des bruits de pas, une porte qui s’ouvre, et un sourire vous salue, celui de Frédérique Royer, l’ordonnatrice de la programmation, mais aussi de l’accueil et de la projection, six jours sur sept (fermeture le lundi… sauf quand elle ouvre quand même).

A l’activité initiale de ciné-club, proposée à raison de deux séances chaque jeudi sous le nom de La Corderie, de novembre 2012 à janvier 2014, cette vieille maison de cinéma est passée au numérique en janvier 2014, amplifiant un champ des possibles dans lequel Frédérique fait office de semeuse de petites graines.

itsas-mendi-frederique-2

Une tâche consciencieuse, traduisez : en pleine conscience.

Un accès à la séance à 5 euros dans une belle salle traditionnelle de 200 fauteuils, c’est intégrer à la fois la nature de l’exploitation (associative, reliée à la paroisse du village), et l’idée de faciliter le pas nécessaire vers ces films qui réclament votre bras pour traverser les boulevards encombrés des sorties du mercredi.

Frédérique est une jeune « ancienne » du réseau Utopia, elle savait la difficulté de défendre ses choix de programmation auprès de distributeurs nationaux qui peuvent placer Urrugne dans le nord-est de l’Autriche, « mais certains nous font confiance ».

Ce « nous », elle le répète avec constance, quand elle considère que les spectateurs qui poussent la porte intègrent un projet commun, partagé sans mot superflu : ne pas laisser ce lieu uniquement ouvert l’été pour des projections sporadiques comme il le fut par le passé. Ou être obligé(e) de prendre l’autoroute pour aller chercher à Bayonne ou Biarritz les films qui lui manquent.

Et elle le répète : « On nous trouve assez rock’n’roll ».

itsas-mendi-frederiqueFrédérique ne s’étend pas ni sur les heures passées ici ni sur le diktat commercial du nombre de séances à garantir au distributeur pour avoir un film, sans tricher sur ce qu’elle représente arithmétiquement. Six mille entrées prévues pour cette 1ère année (contre 150.000 au Sélect à 10 km d’Itsas Mendi), « sans doute 10.000 l’année prochaine, et après 200.000, et puis encore après un million », elle s’esclaffe, sa bonne humeur est une composante de l’énergie phénoménale nécessaire ici (comme ailleurs).

Car l’essentiel lui semble facile à résumer : « Ceux qui viennent ici, en particulier lors des séances du jeudi soir, ont vu des choses extraordinaires ». Elle choisit de ne pas en faire une tartine, quand elle a pourtant fidélisé de nombreux spectateurs sur cette séance hebdomadaire du ciné-repas, où elle prépare spécialement un repas thématique pour 20 d’entre eux (ce jeudi soir 30 octobre, pour la diffusion du film Mommy du réalisateur canadien Xavier Dolan, elle annonce un repas de cette même nationalité).

Un instinct, une façon de faire vivre le lieu et ses convictions. Alors, comme pour les films qu’elle projette, elle sous-titre sa version originale de l’exploitation : « un grand moment de partage », « les gens ont beaucoup de bienveillance », « il faut être patient ».

itsas-mendi-programme2Elle reprend son souffle, et pose sa voix pour une réflexion politique qui n’a pas besoin de son visage sur une affiche électorale : « Il est hyper important de faire des propositions responsables dans un territoire comme le nôtre, où existent des attentes et des pratiques culturelles qu’il appartient à tous de soutenir, et d’amplifier ».

Mais la discussion s’interrompt, des spectateurs sortent de la séance de 18h30.

« Formidable, ce film », elle s’excuse pourtant, « on n’a pas encore allumé le chauffage, ça allait quand même ? », leurs mots la remercient et la réchauffent. Des notes de Tom Waits résonnent dans l’accueil, « c’est la musique de fin du film Un homme très recherché d’Anton Corbijn ».

Elle vous explique qu’elle ne rallumera jamais la lumière avant la toute dernière ligne du générique, son jeune âge a intégré les conseils des anciens, en particulier sur le temps nécessaire d’exposition d’un film dans la durée, « des fois, on pourrait s’arrêter à une avant-première qui réunit 70 personnes, mais nous gardons le plus souvent le film pendant 3 semaines, c’est un peu militant, ici, quand même… ».

Elle interpelle le spectateur qui arrive pour la séance suivante, « cela ne vous dérange pas de surveiller ma caisse ? J’en ai pour une minute, il faut que j’aille changer le film en cabine », elle disparait après avoir perçu le sourire de la spectatrice ravie.

fredérique-royer


Le vendredi 5 décembre à 20h, c’est à Urrugne, dans ce cinéma, que nous avons choisi de vous y retrouver pour une soirée Eklektika autour de la programmation exceptionnelle du nouveau film de Pierre Carles, Opération Correa, épisode 1 : les ânes ont soif, en sa présence.

annonce-eklektikapierre-carles-uneLa défense d’une programmation volontaire portée par Frédérique Royer, et l’exigence de Pierre Carles d’une plus grande diversité pour nos nourritures intellectuelles, dans le domaine de la presse : un bel endroit pour une belle rencontre.

On vous en reparlera : signalez votre envie de participer à cette soirée via la page évènement Facebook dédiée, on a quelques idées pour agrémenter ce rendez-vous qui nous tient à cœur.


Cinéma Itsas Mendi
29 rue Bernard de Coral – 64122 Urrugne.
Tel. 05 59 24 37 45
cinemalacorderie@gmail.com

Plus de renseignements sur le Site Internet et la page Facebook du Cinéma Itsas Mendi


 


Commentaires

2 réponses à Le cinéma Itsas Mendi d’Urrugne a la lumière de sa renaissance

  1. […] Avec le renforcement de l’activité du cinéma Itsas Mendi d’Urrugne, l’agglomération sud Pays basque peut compter désormais sur un opérateur cinématographique amené à compter dans la diversité culturelle de ce territoire.  […]

  2. […] Le cinéma Itsas Mendi d’Urrugne a la lumière de sa renaissance : Agenda des évènements culturels, dossiers et articles sur la culture au Pays basque  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.