Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Cinéma Royal Biarritz : la directrice Stéphanie Jaunay « bientôt » fixée sur son sort (et les scénarios possibles)

28 novembre 2016 > > 8 commentaires

Ce lundi matin, la directrice et programmatrice du cinéma de Biarritz a été confrontée à son employeur associatif Version Originale, tandis que, dehors, ses soutiens continuent de demander des explications sur cette procédure disciplinaire. Les prochains jours pourraient permettre à la municipalité de jouer un rôle de médiation dans ce conflit autant social que culturel.

C’est le visage marqué que Stéphanie Jaunay, directrice du Cinéma Royal de Biarritz, est ressortie de son entretien préalable de licenciement ce lundi 28 novembre vers midi, après avoir souscrit à cette nouvelle étape du processus d’éviction engagée contre elle par l’association Version Originale, gérante du complexe art et essai de 3 salles sous délégation de service publique.

Son « Voilà, c’est fait », prononcé sans véritable soulagement, est un premier éclairage sur la confrontation avec sa présidente Corine Ospital, qui ne l’a pas accompagnée devant le cinéma pour répondre aux questions de la presse et de la vingtaine de spectateurs rassemblés pour cela devant le cinéma.

cinema-royal-biarritz-sthephanie-jaunay-conflit-2Assistée par la déléguée syndicale Teresa Mixelena, elle a écouté les griefs prononcés contre elle, « je les ai contestés » a-t-elle rajouté, la réglementation formaliste de la procédure lui interdisant d’expliciter pour l’heure ce qui lui est exactement reproché.

« J’espère qu’il y aura une issue favorable », a-t-elle toute de même déclaré à la presse présente, « ma volonté de continuer de travailler ici dépendra de ce qui est dans le courrier recommandé que je vais bientôt recevoir », une lettre pouvant surtout apporter la fin de ses responsabilités entamées il y a 10 mois seulement, en février 2016.

cinema-royal-biarritz-sthephanie-jaunay-conflit-4« J’ai des désirs d’ouvertures pour ce cinéma, en termes de projet culturel à proposer à des spectateurs, réellement curieux ici », compléta Stéphanie Jaunay, « je remercie tous ceux et celles qui me soutiennent, c’est bien que le public ait compris que ce cinéma lui appartient, et mon inquiétude ne porte pas sur moi, mais sur ce cinéma, qui le mérite ».

Tant que ce « bientôt » n’est pas achevé (la lettre ne peut être envoyée avant un délai de 48 heures, et son expédition ne peut excéder un délai d’un mois à compter de ce jour), le Cinéma Royal est sans direction.

En attendant, dans l’édito de la Présidente du nouveau programme de décembre, les spectateurs pourront y lire une phrase à double sens  : « Quelque chose se passe, quelque chose change. Quelque chose qui nous trouble…. et dont l’incertitude nous inquiète ».

Des mots que partage, dans un sens très différent, un collectif naissant de spectateurs en colère, qui a décidé de continuer à porter la pétition en ligne  « Sauvons Le Royal et soutenons sa directrice Stéphanie Jaunay » :

déjà signée par plus de 340 personnes en deux jours, on y trouve en particulier celle du réalisateur Safy Nebbou qui en fut l’invité en « enfant du pays » au début de l’été pour son film Dans les forêts de Sibérie.


Les scénarios désormais possibles


cinema-royal-biarritz-sthephanie-jaunay-conflit-3L’association Version Originale, aux manettes depuis 14 ans de ce cinéma para-municipal, dispose de plusieurs options dans ce conflit qui l’oppose à sa directrice et programmatrice, mise à pied à titre conservatoire depuis le 17 novembre, et privée de salaire depuis cette date.

La décision prise pourrait se limiter à un avertissement disciplinaire, qui permettrait à Stéphanie Jaunay de reprendre son activité, après qu’aient été établies et acceptées des dispositions de travail permettant de l’envisager.

La qualification de faute grave ou de faute lourde engagerait la fin de son contrat, une issue que contesterait Stéphanie Jaunay et qui ouvrirait la voie à de nouveaux chapitres, devant la justice des Prud’hommes en particulier, mais également sur des questionnements insistants sur la nature très fermée de l’association.

royal-biarritz-stephanie-jaunay-licenciement-association-version-originaleDans ce contexte délétère, la municipalité de Biarritz pourrait décider de jouer à la fois le rôle de médiateur mais également de puissance politique inquiète d’une possible difficulté de continuité du service publique demandé.

Le retentissement d’une non-résolution acceptable de ce conflit aurait pour conséquence directe de fragiliser le Cinéma dans son rapport aux professionnels, mais également de ne pas constituer une attraction sereine pour la personne intéressée par la place de Stéphanie Jaunay, dans une éventuelle procédure d’appels à candidature pour la remplacer.


 


Commentaires

8 réponses à Cinéma Royal Biarritz : la directrice Stéphanie Jaunay « bientôt » fixée sur son sort (et les scénarios possibles)

  1. Louis dit :

    Courage Madame, nous sommes avec vous !

  2. Nathalie dit :

    Il serait intéressant d’aller à la Sous-Préfecture se procurer les statuts de l’association, et d’étudier ceux-ci par rapport au fonctionnement. On trouve sur Internet les statuts d’une association Version Originale 64 mais ça n’a rien à voir avec le Royal.

  3. Nathalie dit :

    Pour ceux qui qui pensent que ce licenciement va couter fort cher à la Ville non il ne coutera quasiment rien du fait de la faible ancienneté de Stephanie Jaunay, puisque contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, oui on peut licencier comme on veut, et non ça ne coute pas cher surtout quand on n’a pas un an d’ancienneté. C’est l’une des injustices de cette histoire. Voici le barême Macron entré en vigueur le 25 novembre.
    http://www.dalloz-actualite.fr/flash/referentiel-d-indemnites-de-licenciement-entre-en-vigueur#.WD0vXFeIAQF

    • Bonjour, Mathalie,
      et merci pour vos commentaires.
      La question n’est peut être déjà pas posée en questions d’argent, quand la pétition en ligne s’interroge surtout aussi sur les moyens de résoudre ce conflit, avant « le pire », et vérifier que ce cinéma respose sur des bases d’avenir.

      Bonne journée !

  4. Nathalie dit :

    Une des bases d’avenir c’est la confiance des distributeurs. Or, certains ont bu des bouillons récemment à cause de salles qui ont fermé leur laissant de grosses ardoises. Alors si on veut que le Royal continue dans de bonnes conditions il est très important d’envoyer des signes de confiance à la profession, sinon le Royal risque d’avoir de plus en plus de mal à avoir les films de la part des distributeurs. Ca c’est quelque chose qu’il est important d’expliquer à la municipalité.

  5. Seb dit :

    Nous avons donc d’un côté une directrice en place depuis 10 mois, compétente, appréciée de tous, qui fait particulièrement bien son travail et manage avec brio une équipe de 7 salariés, incarnant à elle seule l’espoir de proposer le projet attendu par toute une ville passionnée de cinéma. De l’autre une direction froide, autoritaire, nébuleuse, qui n’a désormais plus aucune compétence ni espoir de mener à bien le projet initié et mené depuis 14 ans déjà.
    Merci Eklektika, merci à vous tous qui manifestez et faites tourner cette pétition, grâce à vous, tout est désormais plus clair! Et sinon, ça vous dit de gérer le problème du réchauffement climatique?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.