Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Condor (live) » : au coeur de l’Atacama, les mots en feu de Caryl Férey, et le cri de Bertrand Cantat

16 février 2017 > > Soyez le premier à réagir !

Après une première sortie du thriller en terres chiliennes de l’auteur de Zulu ou Haka, Gallimard a sorti en décembre dernier un ensemble livre-cd, où retentit la voix chamanique de l’ancien leader de Noir Désir, accompagnée de Marc Sens et Manu Sound.

Condor, c’est tout d’abord un roman noir de Cayl Ferey, sorti en mars 2016 chez Gallimard, qui, après ses romans primés sur l’Afrique du sud avec Zulu (2008), sur l’Argentine dans Mapuche (2012, ou encore en Nouvelle Zélande avec les Maoris dans Haka, a posé ses valises au Chili pour enquêter sur le retour difficile à la démocratie.

Écriture nerveuse et mots en feu, il foule les routes et l’histoire chiliennes pour s’étendre dans l’aride et étoilé désert d’Atacama, une enquête où palpite le pouls camé des enfants d’un pays asséché par la dictature, de 1970 jusqu’à l’après-Pinochet, pillé par les multinationales.

Ici ne vivaient que des guanacos, des vigognes, quelques renards à la course et leurs rongeurs. Elizardo leur parlait parfois, faute de les approcher. Les gens de l’ayllo disaient qu’il n’y avait rien dans la mine de son père, que des mirages – ceux des chrétiens.

Carlos se fichait de ce qu’on racontait dans son dos, il creusait. Des trous, des galeries, des réduits de roche connus de lui seul. Il lui restait des explosifs, des explorations à faire, sûr que cela allait bientôt barder, de la richesse à pleines mains ramassées à la pelle, il y croyait dur comme fer.
Mais les choses ne se passent jamais comme prévu…

A la vitesse folle d’une voiture déglinguée, le polar empoigne un rêve anti-capitaliste qui choisit l’angle d’un amour naissant entre deux personnages tempétueux et poétiques, Gabriela et Esteban, pour sa catharsis.

Elle est étudiante en cinéma, filme tout ce qu’elle croise, jusqu’au cadavre du quatrième adolescent tué en une semaine dans le quartier prolétaire de Victoria à Santiago.

Les familles sans ressources pour enquêter sur les morts suspectes et vite enterrées des leurs, décident la jeune femme à rencontrer Esteban, avocat richissime décalé, spécialisé dans les causes perdues.

Esteban est un de ces héros sans cheval blanc, hanté  par le souvenir du chanteur Víctor Jara, assassiné, les doigts tranchés, en 1973. Mais surtout, Esteban est en train d’écrire un autre roman, inséré dans celui de l’action des deux personnages principaux.

Désert de l’Atacama, Chili

Et c’est celui-là qui coule dans la gorge du narrateur, et emporte ce qui n’a pas été mais aurait dû l’être, bouleversant le récit d’une nouvelle tonalité entre plaies à vif et peaux mortes, piétinant en son coeur la distance entre le récit et le lecteur.

Celui qui raconte l’histoire du Colosse « aux mains cassées » et de Catalina, dont l’amour « a des ailes en fer », pour un exil intérieur à deux têtes, dans les terres volées du Chili d’aujourd’hui.

L’Infini cassé… Cent ving, cent trente, cent cinquante, le moteur de l’Aston Martin grondait sur l’asphalte mais Gabriela ne l’entendait plus, ni les guitares déchirées de l’autoradio : elle plongea dans une longue, longue apnée..

Ô ciel tondu. On leur avait promis la curée. On leur avait promis des téléviseurs, des softs drinks. Et la gueule du bonheur en prime.
C’était l’heure.

Catalina frémit en grand du haut de la dune. Elle se tourna vers son Colosse.
– Embrasse-moi, dit-elle. Plus fort que ça…

C’est ce roman dans le roman qui accompagne désormais le roman devenu livre-cd depuis décembre dernier, et a fourni depuis avril 2016 l’occasion de lectures musicales publiques de ce texte au cœur du volcan chilien de Caryl Ferey.

Déterminé par le romancier, le choix de ceux appelés à se produire sous cette forme ne doit strictement rien au hasard.

Compagnon de route d’Olivier Mellano et de Serge Teyssot-Gay (ex-Noir Désir) dans la formation protéiforme Zone Libre, la guitare de Marc Sens a eu comme mission de déchirer le ciel décrit et d’étirer la fissure d’où s’échappe une fièvre hystérique.

Les étoiles du désert d’Atacama sont en incandescence dans la toile électrique de Manusound, expert de sons brouillés comme des explorations musicales aux contours lancinants.

Et c’est Bertrand Cantat, ancien leader de Noir Désir, qu’a choisi Caryl Ferey pour avaler ces pages et les recracher comme des rêves aux poumons crevés.

Sa voix rode comme un Indien Mapuche autour du feu musical rock et électrique composé par Marc Sens et Manusound, et jusqu’à l’intensité de son cri se déploie comme poèmes de lave.

La lune affolée tâcha de recoudre ses cratère en toute hâte, rameutant les nuages à tête de cheval qui fuyaient à sa suite, des nuages chevaux de guerre qui, en passant le gué, avaient gelé dans la glace et n’avaient plus que l’écume pour cavalier.

 

Depuis avril 2016 et sous la direction de Caryl Ferey, Bertrand Cantat et les deux musiciens avaient entamé une tournée sur les routes de France pour donner à entendre cette lecture musicale, pour des dates dates éparpillées, que bien peu de lumière a éclairées, pour des rendez-vous souvent aussi discrets que vertigineux, jusqu’au point sacré de rupture avec l’ordinaire.

Rock saturé, transe électrique, chants indiens et tambours chamaniques donnent tour à tour profondeur, vitesse, silence et chair à cette lecture intime, pénétré par l’entrelacement des mots, des peaux suées et des notes. Intrusif, le récit déborde en soi, rejoignant les flots pleins des prières, des lamentations et des orgasmes (littéraires).

Animal
Mécanique
Sur la dalle
Allongé
C’est l’eau rare
De mes cuisses
Sur la pierre anthracite
Qui glisse
Sur tes lèvres
Et tes nerfs
Mécaniques
Qui s’enfuient
Ventre à terre
A ma suite,
S’en sortir vivant
Peut-être,
Vivant.

Le choix de Cantat pour ce texte « poético-destroy » tel que le présente l’auteur, portait l’espoir de le voir transmettre une ferveur apocalyptique levant le voile sur le sort des minorités chiliennes, animée pour cela d’une profonde conscience de résistance par tous les acteurs du projet, capable de porter ces mots jusqu’à leur incandescence.

Dans cette sensibilité de résistant, et avec cette capacité d’habiter les mots ou de leur construire une planète vidée de Jim Morisson ou Léo Ferré, le chanteur a donc repris contact avec cette route déjà empruntée en 2002 pour son long poème Nous n’avons fait que fuir avec Noir Désir.

« Des artistes comme Bertrand, on en a un tous les 40 ans », a justifié Caryl Ferey, « le fait qu’il participe à Condor est une chance incroyable. La musique de Manusound et Marc Sens est géniale, mais avec Bertrand, elle prend une dimension chamanique ».

Avant de compléter dans un grand rire : « Bertrand, c’est une truffe : on le met dans n’importe quel plat et celui-ci est tout de suite meilleur ! ».

Chant cosmique pour une résistance en apnée, que certains auront encore la chance d’écouter en live (voir prochaines dates affichées ci-dessous), la sortie depuis décembre 2016 du cd-livre aux éditions Gallimard souffle de nouveau sur les braises enflammées, qu’il est donc possible d’écouter chez soi, au plus près du sol, sans espoir d’échapper au vertige.

Le vent leur a mis une couverture : de soie blanche elle brillait de pacotille, cosmique, toute d’herbe pliée pour les recouvrir en entier. Sans dessous, Catalina ouvrit ses vannes. Ici, ils seraient en sécurité. Alors ses mains cassées sur ses seins parcourus, le Colosse se laissa mordre par la gelure. Catalina coulait en lui, azote fumant. Catalina coulait en lui, étoile traçante. Encore… Encore…. Catalina disait… Encore…..


Condor Live
Caryl Ferey, avec Bertrand Cantat, Manusound et Marc Sens

Contient 1 volume (Condor de Caryl Férey) et 1 CD audio (durée d’écoute : environ 60 mn)
Collection Série Noire, Hors série, Gallimard
Paru le 5 décembre 2016, prix 25 euros


« CONDOR Live » – Extrait – Maison de la Poésie 07 avril 2016


Quelques dates à venir

Mercredi 31 Mai 2017 20h30
à Saint Estephe (33)

Vendredi 02 Juin 2017 19h00
La Nef à Angoulême dans le cadre du festival MUSIQUES METISSES A ANGOULEME

Samedi 03 Juin 201720h30
À Clermont Ferrand (63), à la Cooperative De Mai

Voir toutes les dates de la tournée


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *