Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Continuer Eklektika ou arrêter : notre avenir en suspens jusqu’au 6 juillet 2017

9 juin 2017 > > 8 commentaires

Le mois devant nous doit permettre au portail culturel de terminer un tour de table auprès de collectivités publiques ou d’acteurs économiques privés. Début juillet, le sort de ce projet mené depuis 3 ans sur la côte basque sera scellé, ou une nouvelle configuration de son avenir sera présentée : on vous explique tout, et on vous donne aussi rendez-vous ce jour-là pour un pot de l’amitié à Quintaou Anglet.

C’est un principe de réalité qui ne quitte aucun média, et qui ne s’est pas non plus absenté du côté de notre portail culturel, ouvert à Anglet le 11 septembre 2014 : faute de pouvoir assurer solidement son avenir financier, Eklektika s’est placé dans la perspective de cesser ses publications le 6 juillet 2017.

Avec 1.000 articles écrits en autant de jours sur l’actualité permanente de notre bassin de vie, et avec 1.700 dates d’agenda retenues, l’objectif initial de donner de la visibilité à l’activité culturelle de la côte basque a trouvé sa pleine justification sur ces 3 années.

Théâtre, cinéma, livres, concerts, danse, expositions, multiples festivals et rendez-vous transfrontaliers, relatés selon notre subjectivité rédactionnelle assumée, et avec une rédaction de pigistes  agrandie depuis décembre 2016  : Eklektika, c’est également près de 900.000 pages vues sur cette période, avec 500 lecteurs chaque jour et 4.000 abonnés à notre newsletter du week-end.

(merci à l’Atelier Rouge Rose de Bayonne St Esprit pour son accueil spontané)

Ces chiffres de fréquentation ne s’accompagnent malheureusement pas d’une consolidation économique pour ce projet porté par des indépendants : pour la troisième année de suite, notre budget de financement nécessaire de 50.000 euros reste à la moitié de son objectif.

Notre engagement de médiation culturelle entre « ceux qui font » et « ceux qui y vont » a totalement exclu dès l’origine de rendre payante cette information sur Internet. Le projet économique s’appuie donc sur le rôle joué par Eklektika dans le soutien à la billetterie des organisateurs, et dans le rayonnement des politiques culturelles qui les portent.

Tenant ses ressources de renfort communication des événements des acteurs culturels locaux, ce projet a pu bénéficier de la confiance de nombre d’entre eux, tout en inspirant également une porte fermée par d’autres, dont les moyens financiers sont souvent proportionnels à la méfiance que leur inspire notre indépendance rédactionnelle.

A l’exception de la ville d’Anglet, qui nous a apporté un soutien important dès notre première année, des entrevues se sont multipliées depuis novembre dernier pour solliciter auprès des autres villes de la côte atlantique l’inscription d’Eklektika dans le panel des régies pubs et parmi les médias retenus pour y rendre visibles leurs manifestations.

Toujours en cours, le tour de table s’avère insuffisant pour l’instant. Cette période d’un mois devant nous aura donc pour objectif de statuer sur la réelle possibilité de continuer ce travail de médiation, et sur la décision de rendre concrètes les pistes travaillées, notamment celle de réunir sur l’agenda d’Eklektika la totalité des dates du nouvel EPCI Pays Basque, d’Hendaye à Mauléon.

Si nous excluons de nous appuyer sur un crowdfunding ponctuel, des entrevues de présentation de notre projet se déroulent toutefois auprès d’acteurs économiques privés, qui pourraient permettre à Eklektika de refonder différemment sa structure, et d’envisager un re-démarrage en septembre prochain.

L’été basque se singularisant cette année par une offre culturelle très réduite par rapport à d’autres bassins de vie, cette « vacance » pourrait nous permettre d’en prendre également de notre côté.

Tout en continuant notre travail jusqu’à cette deadline du jeudi 6 juillet 2017, nous vous donnons un double rendez-vous à cette date.

Nous publierons ce jour-là le dernier article d’Eklektika, ou bien nous vous présenterons le nouvel avenir de notre portail culturel.

Et quelle que soit l’issue, nous vous invitons à retrouver l’équipe d’Eklektika, de ses initiateurs historiques à ses multiples contributeurs, autour d’un pot de l’amitié au Théâtre Quintaou d’Anglet, un beau lieu culturel dans lequel nous nous sommes toujours sentis accueillis en famille.


 


Commentaires

8 réponses à Continuer Eklektika ou arrêter : notre avenir en suspens jusqu’au 6 juillet 2017

  1. renaud dit :

    Ici la culture un peu exigeante est le combat de chaque jour face à des »responsables » peu attirés par ce qui pense un peu .

    On vous soutiens ne serais-ce que moralement pour le moment .

    Notre petite patrie a besoins de vous , notre paysage exige la qualité critique .

  2. bruno richer dit :

    En plus de votre approche universelle et critique, vous nous donnez à tou-te-s un accès à des spectacles/manifestations qu’on n’aurait pas dénichés ailleurs.
    La qualité et la pertinence de votre écriture a fait le reste : Eklektika m’est devenu indispensable
    On reste à l’écoute

  3. Xavier dit :

    J’ai bien peur que la subjectivité assumée et la frilosité des acteurs politico-culturels se payent, ou ne payent pas assez en monnaie sonnante et trébuchante!
    Allez chercher du côté du privé ne doit pas être moralement toujours aisé mais cela semble devenir « un mal nécessaire » de notre temps…
    Votre portail culturel comble pourtant un vide bien nécessaire, qu’il serait bien triste de voir disparaitre. Même si le phénix peut toujours rennaître, un peu de stabilité pour l’équipe ne serait sûrement pas un mal.
    La visibilité possible pour le plus grand nombre d’évènements qui sinon échaperaient facilement aux radars constitue à mon sens une pépite à préserver. Mais j’ai bien conscience que cela a un coup qui doit bien être assumé par quelques uns pour le bénéfice de tous.
    Bon démarchage et bon courage!

  4. funel dit :

    quel dommage si vous arrêtez , c est un plaisir et un besoin que d être au courant de cette culture que vs nous proposez sur cette terre basque. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *