Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Dantza Hirian : de Bayonne à Donostia, danser dans la rue « en état d’urgence »

25 septembre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Cela fait dix ans cette année que, à chaque mois de septembre, Dantza Hirian s’empare de l’Euro-cité, entre Bayonne et Donostia, spectacles à découvrir jusqu’à ce dimanche 27 septembre.

Dix ans à transformer les places, les rues et les plages en scènes consacrées à la danse, pour une aventure itinérante sur toute la côte basque, de Bayonne à Donostia/San Sebastian, alliant des propositions de compagnies et de chorégraphes professionnels reconnus dans le monde de la danse contemporaine à l’échelle locale et internationale.

danza-hirian-2015-3La semaine passée, en conférence de presse, la directrice de cette initiative, Myriam Arkaia est venu présenter l’objectif recherché, celui d’explorer et rapprocher des citoyens cet art comme outil de cohésion sociale, dans les 9 villes qui l’accueillent depuis le 18 septembre (ouverture à Hendaye et Irun le samedi, le dimanche 19 septembre à Hondarribia et Donostia).

danza-hirian-2015-4

A gauche, Myriam Arkaia, Directrice de Dantza Hirian ; à droite, Pantxoa Etchegoin, Directeur de l’Institut Culturel Basque

Soutenu par le POCTEFA ( un programme au service du territoire transfrontalier géré par la Communauté de travail des Pyrénées), ce festival de danse contemporaine en espaces non conventionnels, qui concernera 14 compagnies de danse prêtes à en découdre avec les aléas de la rue, a « un programme très riche et essentiel », a tenu à souligner Pantxoa Etchegoin, Directeur de l’Institut Culturel Basque, qui en est le partenaire depuis sa création.

danza-hirian-2015-2Les formes courtes proposées s’enchainent de place en place pour donner un spectacle d’environ deux heures, totalement gratuit mais enrichissant, où l’espoir de notre curiosité précède leur plaisir d’en être.

Par exemple, ce samedi à Bayonne, les Halles accueilleront à partir de 16h30 trois compagnies (Dantza eta Marrazkitaillerra, puis Hazte un Camionacieloabierto, plus le cri Irrintzi d’Organik Dantza de Getxo), avant que ne lui succèdent à 18h sur la place Montaut Daniel Ebreu, de Tenerife, pour Vertebral, et le très attendu Bleu de la compagnie Rouge Elea, à 18h15 sur la place Lacarre (il sera tout d’abord donné à St Jean de Luz ce samedi 26 septembre à 12h à la place Louis XIV).

danza-hirian-2015-8L’univers de cette troupe, désormais établie à Hendaye, vient plutôt des arts du cirque, même très chorégraphiés, a présenté sa directrice Corinne Cella, mais la préparation de longue haleine de leur nouveau spectacle, « Ceci est la couleur de mes rêves », a permis d’inscrire une forme courte avec Bleu comme un extrait ou une bande-annonce du travail en cours, qui succède au très beau Bi Ahizpa.

danza-hirian-2015-7

A droite, Corinne Cella, directrice de la compagnie Rouge Elea

Ce travail sur la mémoire, en particulier celle des corps qui se souviennent mais ne peuvent plus autant, donnera lieu à une intervention artistique pour deux musiciens, deux danseurs, « une grande veste, une hache et des bûches », prévient-elle avec un grand sourire.

Que décidera le temps, au-dessus de ses danseurs ? « La rue crée une urgence et des conditions non maitrisables », commente Laurent de la compagnie Organik, mais pour avoir trainé leurs valises dans les festivals des plus importants du genre, il en exprime tout le plaisir.

danza-hirian-2015-6

A gauche, Laurent de la compagnie Organik

« On ressent profondément le fait d’être vivant au milieu des éléments, cela crée une poésie qui nous plait, et qui peut utiliser les incidents, des ruptures, on ressent comme un état d’urgence », savoure-t-il.

L’improvisation n’étant pas le moteur de ces spectacles préparés depuis de longues semaines, le partenariat Aterpean qui les réunit tous leur a valu deux semaines de résidence dans les studios de répétition du Ballat Biarritz Malandain, durant cet été, « nous sommes ravis d’accompagner cette création contemporaine », a exprimé  Carine Aguirregomezcorta, chargée des missions transfrontalières du CCN Biarritz.

danza-hirian-2015-5

Au centre, Carine Aguirregomezcorta, du Ballet Biarritz Malandain

Il reste donc à opter pour une visite sur le site de Dantza Hirian et identifier l’endroit et l’heure des manifestations prévues (samedi à Bayonne, dimanche à Pasaia et Errenteria).

Ou bien se faire à l’idée que ces danseurs, là, devant soi, ont convoqué le plaisir à l’impromptu de leurs créations urbaines, pour un plaisir à partager ensemble.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.