Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Dantza Izpiak’ de Gabrielle Duplantier : la puissance photographiée du rite des danses basques

1 septembre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Du jeudi 3 au vendredi 25 septembre à la médiathèque de Biarritz, Gabrielle Duplantier offre à voir ces beaux portraits en noir et blanc de danseurs rencontrés dans des villages basques, Izpiak, dans le cadre de l’expo Soka de l’Institut Culturel Basque.

Les premiers clichés datent d’avant cette commande de l’Institut Culturel Basque (Eke), telle que proposée dans le cadre de cette grande exposition transmedia sur la danse basque, Soka, qui ouvrira le 11 septembre prochain à la crypte Ste Eugénie de Biarritz (on vous en parle en détail la semaine prochaine).

gabrielle-duplantier-7Pour ce Dantza Izpiak (« les éclats de danse », en basque), le désir formulé était que la photographe bayonnaise Gabrielle Duplantier puisse restituer un panorama intime et subjectif des rendez-vous fixés au printemps sur les frontons et places de villages du Pays Basque, des deux côtés des Pyrénées.

Elle avait déjà fixé son appareil argentique sur ces visages concentrés, rencontrés à partir de 2001 dans ces rendez-vous où les danses sur les places ne faisaient pas spectacle, mais rite.

gabrielle-duplantier-6« Vierge » de tout repère technique ou historique, son regard à elle avait décidé de relever ce défi d’alchimiste : figer le moment quand s’exprime le mouvement, sans savoir encore si elle commençait une collection ou pas.

La demande de Eke l’a retrouvée là, des années après, et elle a repris la route de ces lieux d’une pratique ancestrale, qu’elle a restituée comme sans âge, dans ce que cette pratique sociale peut avoir d’immuable.

gabrielle-duplantier-2Les femmes, les vieux, les enfants, et ces grands gars, cerceaux entre les bras puissants, lui ont permis de saisir « l’archétype, ce truc qui reste, qui fait racine, à l’évidence, cette chose que je cherche, en général ».

Les 30 clichés qu’elle exposera à partir de ce jeudi 3 septembre à la Médiathèque de Biarritz portent ce rythme, cette attention des danseurs entre eux, ces envols et cette communauté de l’instant partagé.

gabrielle-duplantier-3Dans la veine de son précédent recueil photographique Volta, il y a beaucoup de femmes, et des lieux identifiables sans être nécessairement reconnaissables, « tout ce que j’aime », résume-t-elle, et elle complète du mot « beauté ».

Le carnaval de Bardos, les sorcières de Mundaka, la compagnie Maritzuli en déambulation à Biarritz, un rassemblement près d’Arnegi, tout ce qu’elle a pu capter qui faisait danse, à son sens à elle, dans son intention, et dans une détermination qui impressionne.

gabrielle-duplantier-4Dans l’idéal, confesse-t-elle, elle aurait aimé recueillir une palette plus large, et se démultiplier quand les rendez-vous du week-ends des printemps se chevauchaient en même temps dans les sept provinces du Pays Basque.

Parfois, là où elle s’était invitée discrètement aux cortèges, sa pellicule argentique n’a pas retenu l’instant recherché, et d’autres fois, elle put constater au développement des images que l’émerveillement ressenti avait fixé sur le celluloïd les corps et les âmes au-delà de ses espérances.

Les épreuves papier entre les mains, elle a été la première à constater combien la danse était ancrée dans les corps, entre ses interprètes et le public, attentif, presque recueilli aussi, parfois..

gabrielle-duplantier-5Elle voudrait que « cela parle aux gens », qu’il ressente « ce qui fait danse », dans l’intention et dans la résolution des regards.

Elle a de fait réussi à fixer la joie d’en être, la complicité de ces belles personnes. Et elle avoue avoir « adoré ça ».

Ce jeudi, à 18h, elle attendra les premières réactions de ceux qui lui offriront leurs émotions devant cette belle exposition : sans doute lui demanderont-ils de prolonger son travail, et de nous offrir un nouveau recueil de ces instants sublimés.


gabrielle-duplantier-8Exposition Dantza Izpiak (« Éclat de danses ») de Gabrielle Duplantier

Du 3 au 25 septembre 2015 – Médiathèque de Biarritz – Entrée libre –
Heures d’ouverture : Mardi, mercredi, vendredi et samedi de 10h à 18h. Le jeudi de 14h à 20h.

Production : Institut Culturel Basque Partenaire : Ville de Biarritz (Médiathèque)

Vernissage le jeudi 3 septembre à partir de 18h30


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.