Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Dario Fo, pour DuoEthik : un théâtre sur le fil, où tout doit être possible

2 juin 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Ce soir, mardi 2 juin à 20h dans la salle Capranie à Ondres, se produisent Didier et Hippolyte, un duo clownesque de la Troupe Ethik, sur fond d’improvisations sur des textes de Dario Fo.

Dans la Capranie à 20h, la performance DuoEthik prendra corps sur la vivacité incisive et riante du Gai savoir de l’acteur de l’auteur et metteur en scène italien Dario Fo, accompagné de sept autres improvisateurs, et rythmée par la musique du groupe Vie Zzaj (Luc Dabbadie, Marc Chayé, Jane Cockell).

Et rythmée par les thèmes puisés dans une essoreuse à salade, comme une promesse de fraicheur, assaisonnée des vérités de l’instant, mais ça, il faut sans doute vous l’expliquer.

fo-duoethik-2Didier, le bougon (Jérémy Belhadj) et Hippolyte, le tête en l’air (Quentin Ostanel), forment un duo burlesque à la complicité aguerrie.

Trois ans après la création de leur compagnie, de nombreux spectacles et un mois passé à Avignon, les deux jeunes compères se concentrent dans ce spectacle sur l’improvisation en plongeant dans la vision de Dario Fo, l’engagé metteur en scène qui prône un théâtre de l’instant où peut s’écrouler sans casse le 4ème mur.

Ce mur, au théâtre, c’est le public. Celui qui écoute sagement dans son fauteuil en attendant que les scènes se passent.

fo-duoethik-4Franchi avec la Commedia dell Arte puis avec l’improvisation, le mur s’efface. Le mot d’ordre : la spontanéité.

Ceux qui sont sur les planches se mettent en danger. Ils ne savent pas ce qu’ils vont dire, faire. Ils connaissent les principes fondamentaux de l’improvisation, ils savent écouter – ce n’est pas un one man show, ils ont une furieuse envie de créer. Alors ils créent.

Leur œuvre s’efface aussitôt comme une peinture sous la pluie. Pourtant, il faut laisser des traces. Mais celles-là, Quentin Ostanel et Jérémy Belhadj savent qu’elles appartiennent aux spectateurs, lorsqu’ils repartent avec ce qu’ils ont retenu de ce moment.

fo-duoethik-5« L’improvisateur n’est pas forcément un humoriste. Ce théâtre est un peu prisonnier de l’image du « stand up » : un type figé qui fait des blagues. L’improvisation c’est avant tout une discipline de coopération, une interaction avec l’imagination des autres. Un sport collectif. Je peux être passionné par une idée mais je dois savoir l’abandonner de suite. On doit toujours regarder les autres jouer car c’est comme cela qu’on acquiert de plus en plus de liberté », explique Jérémy.

Quentin ajoute : « On suit une piste, on se perd, on se retrouve, dix choix se présentent à la seconde. On doit être totalement concentré, à l’écoute de l’autre, des énergies du public et spontané à la fois. C’est un jeu d’imagination comme quand on est enfant, mais structuré. Et notre souhait est de faire voyager les gens avec nous. Il n’y a pas de mauvaises idées. Tout est possible.»

fo-duoethik-3La Troupe Ethique n’a pas choisi son nom pour rien. Enfantée par Ezec le Floch, artiste formateur, circassien, génie du bilboquet, du mime, à la carrière internationale, la compagnie a su repérer ses performers et la vocation en Jérémy Belhadj et Quentin Ostanel.

Jérémy a été poussé tôt dans l’arène des matchs d’impro tandis que Quentin, comédien professionnel, se lance un défi lors des stages donnés par le maître.

Ezec le Floch souhaite créer une méthodologie pour transmettre sa vision de ce théâtre « sur un fil », du clown délicat, où tout est possible, où tout se renouvelle et donne du sens au passage.

« C’est une remise en question permanente », témoigne Quentin Ostanel, « on est sans cesse poussé dans nos retranchements. Un des principes de l’improvisation est de ne jamais dire non. Il vaut autant dans le quotidien d’ailleurs. Si je dis non à quelqu’un qui m’invite, il ne se passera rien. Si je lui dis oui, il se passera un instant de vie. Un peu comme dans le film Yes man, avec Jim Carrey ».

fo-duoethik-7On comprend qu’il s’agit de donner de la valeur à la parole de l’autre, d’aller au bout d’un mouvement sans l’interrompre, de laisser son « cerveau reptilien » décider.

Ainsi Quentin Ostanel et Jérémy Belhadj nous racontent avec passion leur art, leurs personnages burlesques mais pas sans subtilités, bien loin de vouloir être cantonnés à une mission de divertissement.

« Bien sûr que l’on veut faire rire. Utilement. On apprend beaucoup avec l’improvisation éthique. Notre but est aussi de faire redescendre ce mot dans les mains des gens. L’éthique, c’est le respect de ce qui nous entoure, de la nature, de l’animal, de l’autre, c’est à la portée de tous. Nous ne sommes pas des scientifiques. Nous nous documentons énormément pour chaque spectacle », ajoutent les deux comédiens.

C’est un théâtre qui se veut au plus près de son époque, des ses joies, de ses problématiques, prenant parti pris de ses valeurs mais sans se prendre au sérieux.

Dario Fo dit ainsi que, « lorsqu’un enfant naît, ses parents s’empressent de le faire rire, en lui faisant des grimaces. Pourquoi ? Parce que, au moment où il rit, cela signifie que l’intelligence est née. Il a su distinguer le vrai du faux, le réel de l’imaginaire, la grimace de la menace. Il a su voir au-delà du masque. Le rire libère l’homme de la peur. Tout obscurantisme, tout système de dictature est fondé sur la peur. Alors, rions ! ».

fo-duoethik-6Pour ceux qui ne pourront en être ce mardi soir à Ondres, DuoEthik sera ensuite joué à Soustons (le 6 août) et Urt (le 16 août, sous réserve), villes les plus proches d’ici.

La compagnie, implantée à Biarriz, donne également des cours d’improvisation ouverts à partir de 16 ans ainsi que des stages. Elle voit aussi se dessiner à l’horizon une jolie tournée nationale et un nouveau spectacle éthique, Conférence gesticulée.

Mardi 2 juin, 20h00
Salle Capranie, Ondres
Tarifs : 8€ (gratuit -12ans)


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.