Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Portraits d’artistes’ de Denise Colomb : les plus grands devant la femme photographe

24 juillet 2015 > > Un commentaire

Jusqu’au 29 août, la ville d’Anglet propose une exposition exceptionnelle de portraits des plus grands artistes des années 50 et 60, par la photographe Denise Colomb.

Ils sont dans leurs ateliers et fixent Denise Colomb, son appareil photo à la main. Pablo Picasso assis sur les marches, regard fixé vers la fenêtre. Alexandre Calder hilare devant ses créations (1950). Ou Giacommeti (1954), qui prend la pause devant ses sculptures emballées, prêtes à être célébrées dans le monde entier.

Et puis il y a ce portrait d’Antonin Artaud, celui avec qui tout a commencé, en 1947.

denise-colomb-anglet-7Soeur des galeristes Edouard et Pierre Loeb à Paris, Denise était une femme qui avait tiré un trait sur une carrière musicale, vaincue par le trac de se mettre sur le devant de la scène, et qui avait jusqu’alors répondu à quelques commandes photos de revues de l’époque.

Le grand poète sombre l’a poussée, lui a montré que les sentiments peuvent s’exprimer en silence, et que les hommes, fussent-ils les plus prestigieux de l’époque, peuvent offrir, le temps d’un cliché, ce qu’ils ont de chaleureux et de très humain en eux.

denise-colomb-anglet-2La soixantaine de photos exposés à la ville Beatrix Enea d’Anglet a figé cela, ces failles et ces forces, ces beautés parfois tragiques de ceux qui ont accepté le risque, dans leurs ateliers, de révéler ce qu’ils sont, entre 1947 et 1968.

Max Ernst et sa mèche inquiète sur les yeux (1954) ; Pierre Soulages en pose d’ouvrier (1964) ; Roberto Matta (1957) perdu devant ses toiles : pour chacun d’entre eux, l’impression du visiteur sera de n’avoir jamais vu ces artistes sous cet angle.

On y perçoit le visage du quotidien, le portrait de l’effort, et l’inépuisable amour de l’humain pour l’art. On y voit aussi comment la mise en scène de Denise Colomb sert parfaitement l’univers de l’artiste.

denise-colomb-anglet-3Aux côtés de l’exposition actuelle de Jean-Marie Périer et ces années 60 toutes de paillettes, Anglet a donc eu la bonne idée, en partenariat avec la galerie du Jeu de Paume de Paris, de proposer un contre-champ, celui de l’ombre et des voyages immobiles avant l’acte de révélation.

Le nom de Denise Colomb, sans doute inconnu du grand public, acquiert dès lors la dimension d’un scandale de n’avoir jamais vu son travail plus justement célébré.

denise-colomb-anglet-5Dans un coin de l’entrée de l’exposition angloye, est disposé en retrait un auto-portrait de cette grande dame, en train de se révéler dans un bain photographique, un grand sourire sur le visage.

On peut y lire son credo : « pour moi, une photo réussie, c’est une photo bien cadrée, avec des noirs, des gris, des blancs bien répartis, mais avec une émotion à l’intérieur ».

Ceux qui pousseront la porte de Beatrix Enea en ressortiront en la remerciant de nous l’avoir offerte.

banniere-anglet-colomb-620px

Villa Beatrix Enea, Anglet
entrée libre jusqu’au 29 août 2015
du mardi au samedi de 10h à 12h
et de 15h à 19h


 


Commentaires

Une réponse à ‘Portraits d’artistes’ de Denise Colomb : les plus grands devant la femme photographe

  1. Denise Colomb… je ne connais pas.
    Ces sujets photographiés… quasiment tous.
    Ton article nous oblige un détour sur la Villa… avec grande hâte… et certainement plaisir.
    A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.