Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Deux Soeurs » au bord de la crise de nerfs, du théâtre colombien à la sauce Almodovar [par les Chimères]

4 février 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Actuellement en représentations au Théâtre Quintaou d’Anglet, la pièce Deux Soeurs de Fabio Rubiano mise en scène par les Chimères est une découverte jubilatoire, portée par deux comédiennes de très grand talent, à découvrir au plus vite près de chez vous.

A peine sortie de sa dernière semaine de sortie de résidence au Théâtre Quintaou d’Anglet, la pièce Deux Soeurs du dramaturge colombien Fabio Rubiano, mise en scène par Jean Marie Broucaret du Théâtre des Chimères, est promis à un bel avenir.

La première raison en revient à la férocité hilare de la confrontation de ces deux soeurs, Oliva et Alis, la première étant placée devant la trahison conjugale de son mari par la seconde, trois ans après que les faits aient été pressentis, éclatants du trouble de la trahison impensable, tant ces deux-là pouvaient s’imaginer fusionnelles.

deux-soeurs-chimeres-9Une valise sur la scène décrite comme renfermant les 23 morceaux de feu-l’impudent précise d’emblée le contexte très latino-américain de la pièce : chaque drame doit pouvoir été disséqué à l’identique par la hache du rire, une revendication forte d’auto-défense mentale de l’auteur qui n’est pas à son trépas d’essai.

La seconde raison est portée par la truculence du duo d’actrices, Catherine Mouriec (Alis) et Sophie Bancon (Oliva), confirmant l’excellence déjà à l’oeuvre sur l’excellent Elles s’appelaient Phèdre, cette relecture énergique de la pièce de Racine ayant été saluée comme la révélation de la saison théâtrale en Aquitaine l’an passé.

deux-soeurs-chimeres-3Pour cette plongée dans les non-dits et les cris cathartiques, les deux comédiennes dépassent le carcan d’une simple comédie à la Feydeau pour plonger gueule la première (et culotte entre les dents, parfois) dans un monde de nerfs en pelote à la Almodovar, où le théâtre physique exigé doit laisser une place au surreal de l’auteur colombien.

Cette expression n’a pas exactement la même signification là-bas qu’ici, ce surréalisme ne se déscotche pas complètement de la réalité mais s’y superpose sans cesse, se confond avec lui, et introduit un doute qui ne permet plus de faire la différence entre le désir intime (tuer la soeur, découper le mari) et la réalité, deux niveaux d’actions joués en permanence à la même hauteur.

Les dialogues remplis de quiproquos assassins alternent avec les scènes de flash backs où sont convoqués tous les autres personnages de cette tragédie ordinaire, et c’est sans doute là que Catherine Mouriec et Sophie Bancon excellent toutes deux à rendre visibles les fantômes dans les placards, les secouer et les renvoyer ad patres un couteau plongé entre leurs omoplates.

Hier soir, les rires entendus à la représentation n’étaient pas que des réactions amusées, l’admiration a régulièrement pointé son nez devant le chemin de croix sur lequel ces deux soeurs sont engagées, l’une et l’autre réunies par la peur de perdre leurs complicités fraternelles.

Car, avec beaucoup de subtilité, Fabio Rubiano ne s’intéresse pas plus que cela au sort du mari trucidé, ou aux ressorts de sa félonie, laissés enfermés dans la valise du départ.

Dans un pays où le cocufiage est le second sport national après le foot, et le meurtre à tout va en est le deuxième métier le plus exercé, sa pièce pointe l’envie de réunir la victime et son bourreau, la trompée et la légère.

Laisser supposer que le sort qui les frappe est peut-être dû tout simplement aux manigances qui les a opposées pour un intérêt qui les dépasse, et les a mises au sol toutes les deux : dans un pays terrible comme la Colombie, en mariage de raison avec les Etats Unis, il y a là une lecture politique totalement indécente et jubilatoire de son présent, et un avertissement pour son avenir.

Alis et Sofia ont expérimenté à leurs corps défendants la vanité funeste de l’amour physique, l’homme couché contre elle n’ayant finalement révélé que peu de choses sur ses véritables intentions.

deux-soeurs-chimeres-10Passée cette semaine de représentations au Théâtre Quintaou d’Anglet pour la saison de la Scène national Sud Aquitain qui a coproduit la pièce, Deux Soeurs de Fabio Rubiano par le Théâtre des Chimères sera donné au Glob Théâtre de Bordeaux du 9 au 17 février prochain.

deux-soeurs-chimeres-11


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *