Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Une’ de Diane Tell, pour de nouvelles confidences depuis le Pays Basque

22 juin 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Sorti en janvier dernier, le 16ème album de Diane Tell, ‘Une’, est une mise à nue mélodieuse et tout en douceur, à l’image de cette terre basque qu’elle a adoptée il y a près de 30 ans et qui est celle de ses créations.

Dans une longue carrière comme la sienne, « les phases sont des houles », explique-t-elle en souriant, une oscillation incontrôlable et régulière, où les navires, des frêles aux plus imposants, acceptent la règle d’être tout en haut de la vague, puis de disparaitre quelque temps dans la discrétion de l’écume.

La métaphore fait sens pour cette auteur, compositrice et interprète de chansons douces, venue de son Québec natal avec une guitare à la main et des mots aux lèvres, son chez elle ayant fixé ses valises sur les rivages basques d’un même Océan, il y a presque 30 ans.

diane-tell-une-5Elle avait à peine 20 ans quand son Si j’étais un homme a averti qu’il faudrait compter avec elle, dans un panorama de la chanson francophone qui s’essayait à l’instrumentation électronique à tout va.

Avant de devenir la source d’inspiration des bidouilleurs de sons, ses premières créations sont plus organiques, plus près de la chair, quand son sourire lui ouvre les portes de grandes fidélités musicales avec Françoise Hardy, Michel Berger, ou Jérôme Savary à Chaillot.

La houle, le haut de la vague : au moment où sort son 16ème album, Une, elle explique avoir ressenti le sentiment un peu gêné d’être confondue, peut-être, avec une simple interprète, quand ses mots à elle forment depuis ses débuts le coeur de ses concerts, pour des invitations/confrontations seule face au public, sa guitare contre elle.

diane-tell-une-7Alors, dans ce Une qu’elle décline avec les grands mots de la tendresse amoureuse, on y entend une revendication murmurée, ce « pour UNE fois » que l’on s’accorde à soi-même, et continuer de l’offrir.

Le risque d’UNE simplicité, sans arrangements savants, « plus près de l’os » dirait-on ici au Pays Basque, quitte à poser l’anagramme d’une Diane Tell NUE.

Nue dans son désir de pousser ce mélange guitare/voix à même d’émouvoir, et de faire renaître en nous un désir commun de simplicité.

Elle l’a fait depuis le Pays Basque, son second pays depuis près de 30 ans. Rien à voir avec une quelconque pause vacances entre deux albums ou deux tournées, « cette terre est celle de sa création », elle ne voudrait pas être mise en doute là-dessus.

diane-tell-une-4Un regard attentif sur le clip de « Une », qu’elle a tourné elle-même dans le désert proche des Bardenas, près de Pampelune, permet effectivement de comprendre cela.

Une route qui file devant soi, dans un incertain qu’elle accompagne de photos de ces proches, bérets sur la tête, et d’objets qui comptent encore et toujours, une guitare à la main.

Et dans le coffre de la voiture qui seule sait sans doute où se trouve le bout du chemin, ce tambourin des Basques qu’elle prend soin de placer dans le coffre.

diane-tell-une-9La nuit étoilée appartient à ceux qui savent en être l’ami(e), « être comme je suis, comme tu me vois », même s’il faut accepter le principe d’une « vie à tout recommencer ».

Après nombre de moments « fracassants » de sa vie, elle aborde donc cette « vague transitoire », avec l’envie intacte de se balancer comme une flamme fragile.

diane-tell-une-3

Voyage en Birmanie – Photo de Diane Tell

A l’écoute de ses nouvelles compositions, on ne voit pas bien pourquoi il faudrait souffler sur cet élan, sauf à le faire, un poil agacé, de voir ses multiples projets « là-bas », quand Diane Tell n’est pas programmée ici aussi.

Et d’imaginer un rendez-vous pour « Faire à nouveau connaissance », par exemple dans l’écrin du Théâtre Quintaou d’Anglet où personne ne lui a pour l’instant proposé de venir nous accompagner, le temps d’une soirée.

Dans ce Pays basque qu’elle a servi sans s’en servir, notamment dans ses nombreux projets humanitaires vers la Birmanie, le Burkina Faso, Diane a mérité UNE place : nous en serions des spectateurs ravis.

diane-tell-une-2


UNE« UNE », de Diane Tell

Douze titres, dont les classiques (Faire à nouveau connaissance, Si j’étais un homme…), des reprises (Qui de Charles Aznavour)

Tous les renseignements nécessaires sur son site www.dianetell.com


Clip de UNE, tournée par Diane Tell


 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.