Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Donostia 2016 : lancement de son année culturelle par un samedi (presque) ordinaire

25 janvier 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Donostia 2016 est devenue une réalité après le coup d’envoi samedi de son statut de Capitale Culturelle Européenne, cette journée ayant plus permis de sentir son potentiel que de constater un engouement immédiat.

De capitale de la province basque du Guipuzkoa, Donostia/San Sebastian est devenue le samedi 23 janvier 2016 celle d’une capitalité plus prestigieuse, avec le lancement d’une année au statut de Capitale Culturelle Européenne.

Cet événement fera l’objet d’une couverture rédactionnelle spécifique par Eklektika, mais samedi dernier à 20h sur le pont Maria Cristina, le coup d’envoi a pu permettre de mesurer l’adéquation entre le désir de ses habitants et le programme aussi fourni que très fouillis.

Donostia-2016-inauguration6Cinquante mille personnes dénombrées officiellement se sont pressées sur les rives du fleuve Urumea pour découvrir le spectacle conçu par un ancien membre de la Furas dels Baus, le scénographe Hansel Cereza.

Pour une prestation estimée dans une fourchette entre 660.000 et un million d’euros, le résultat de ce Pont pour vivre ensemble n’a pas eu un impact réellement féérique.

Une grosse demie-heure de diverses illuminations de rangées de leds suspendues aux rambardes du pont, et des panneaux dressés servant écrans à des projections graphiques, puis un spectacle d’ombres chinoises colorées : dès le dimanche matin, le maire de Donostia Eneko Goia a admis en conférence de presse que le résultat n’avait pas « servi les expectatives existantes ou qui avaient été suscitées ».

Une musique assez pompier et des jets de lumière finalement très convenus ont été complétés par des saynettes quasiment invisibles (de bûcherons de part et d’autre du pont aux danses réalisées sur des petites nacelles, insignifiantes) : sans avoir fait le tour du monde, de meilleurs spectacles (moins coûteux) ont pu être mieux appréciés par ses spectateurs.

Donostia-2016-inauguration5Si l’ensemble n’a guère été applaudi, des sifflets s’étant fait entendre, il reste malgré tout l’impression partagée par les Donostiars que la date fait événement, comme recueilli dans le public ce soir-là.

La fin de la retransmission en direct de la cérémonie par par la télévision nationale espagnole alimenta une discussion autant atterrée que ravie, finalement, sur une terre qui considère Madrid comme une puissance coloniale du Pays Basque.

Donostia-2016-inauguratio10Le premierr concerné, Hansel Cereza, responsable de cet acte inaugural, s’est senti « désarçonné » par les critiques, qui abondent sur les réseaux sociaux.

Malgré le fait que jusqu’au premier adjoint de Donostia, Ernesto Gasco, se soit excusé via Twitter pour un spectacle qu’il jugeait raté, Cereza s’est estimé « super orgueilleux » du résultat, et a reçu comme « une insulte » cet appel au pardon, né selon lui de tiraillements politiques internes.

Dans l’après midi, sans dress code particulier ni étendards répandus dans la ville, Donostia n’avait pas non plus donné une image très impatiente de signifier au monde l’existence d’un samedi absolument particulier.

Donostia-2016-inauguratio11De ses ruelles débordants de consommateurs autour de ses pintxos aux places où s’occuper d’enfants qui veulent jouer au foot continue d’être le sport national, le visiteur extérieur pouvait avoir le sentiment d’un non-événement local.

Pas grand monde n’avait fait le déplacement jusqu’à la Tabakalera, point central de son programme d’art contemporain, seule la soirée voyant un peu plus de visiteurs pour l’exposition « Histoires partagées : le XXème siècle dans la collection Kutxa ».

Donostia-2016-inauguration2De ce qui a été dévoilé au moins dans son potentiel, Eklektika reviendra rapidement sur la belle exposition actuelle du musée San Telmo, 1966 | Gaur konstelazioak | 2016, complétée par la très belle installation scénographique Ikimilikiliklik, proposée jusqu’au 14 février prochain.

Conçue comme un hommage au poète Mikel Laboa, et, partant de là, à un remarquable choix d’autres poésies basques, la disposition de quatre écrans muraux et d’un cinquième au plafond propose une plongée dans des univers autant sonores que sensitifs, portée par une émotion omniprésente.

Donostia-2016-inauguration3Des poufs au sol permettant de s’allonger renforcent un bien être extrêmement nourri, dont les textes, traduits en français, espagnol et anglais, forment de belles virgules à une mise en espace fort réussie.

Proposée par le musée San Telmo en collaboration avec Donostia 2016, soutenue par l’Institut Culturel Basque d’Ustaritz, cette installation sera accueillie à la médiathèque de Biarritz du 5 mars au 2 avril prochain : elle est incontournable.

donostia-dss2016-1


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.