Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Donostia 2016 : la symbolique chez eux ; un paradoxe ; le symbolique chez nous

15 janvier 2016 > > Soyez le premier à réagir !

C’est à partir de la semaine du 18 janvier que Donostia lance son année de Capitale Culturelle Européenne, décryptage du programme tel que connu à ce jour, encore trop incomplet et insuffisamment relayé du côté du Pays Basque français.

Donostia/San Sebastian mérite son statut de ville des plus agréables qui soit, comme elle l’est souvent décrite en ces termes, et cette année 2016, qui la voit devenir Capitale Culturelle Européenne (avec également la ville polonaise de Wroclaw), amplifiera ce statut.

dss2016-ouverture-4

Spectacle d’ouverture le 23 janvier par l’ancien membre fondateur des Catalans déjantés de La Fura dels Baus, Hansel Cereza

Prévu à partir de la semaine prochaine à l’occasion de sa Tamborrada annuelle, son coup d’envoi est le signal de départ de multiples convocations artistiques et généreuses, floquées du logo DSS2016, qu’un portail spécifique d’Eklektika s’emploiera à présenter et couvrir tout au long de cette année (lancement à partir du 27 février, explications ci-après).

Appréhender son programme global laisse voir un fil rouge, décrit par ses organisateurs comme la « conviviencia », c’est à dire un état d’esprit à partager par tous ses habitants, quartier après quartier, structure culturelle après structure culturelle.

C’est en cela que Donostia entend marquer sa différence, en ayant construit une année hors de l’obligation de constituer un « prêt à consommer » de sa vision culturelle.

dss2016-ouverture-5Le Phare de la Paix, « un chemin sans fin pour promouvoir le respect de la dignité » en est au coeur, qui se déclinera au travers de pièces de théâtre, de conférences et de travaux d’artistes,

Il est possible d’y voir une revendication essentielle pour ce territoire marqué par des années de silence imposé par le franquisme jusqu’en 1976 puis par la revendication, notamment armée (ETA), de sa spécificité identitaire.

La symbolique est là, nourrissant une volonté d’accueil de multiples Conversations entre les peuples, entre les langues, et en confiant aux habitants de Donostia les clés d’une recomposition de leurs liens sociaux et culturels.

dss2016-ouverture-2Mais ici se glisse un paradoxe, celui de ne pouvoir être sûr de convaincre les possesseurs d’un GPS de fixer Donostia comme destination de leurs séjours prioritaires.

Car cette même symbolique peut éloigner ceux qui y cherchent, avec difficulté, ces manifestations qui remplissent les agendas par le mot « à ne rater sous aucun prétexte ».

Le rassemblement de vieilles fontaines à eau dans l’espace public ; une Marche de la Poésie ; une Rencontre européenne du chant improvisé ; des manifestations habituelle enrichies pour l’occasion, et portant logo DSS2016 : quelques exemples de propositions qui feront sens dans une géographie restreinte, mais non-programmatique dans une dimension de tourisme européen.

Un exemple l’éclaire mieux que tout autre, celui de son festival de concerts Stop War Festibala, du 25 au 27 mars 2016.

dss2016-ouverture-1La symbolique est là, mais à quelques semaines de son ouverture, seule l’affiche a été dévoilée pour l’instant, et pas les groupes qui seront présents.

Juste a été annoncée la présence de Bob Geldof, dont le nom et la réputation musicale pourront échapper à beaucoup : chanteur et auteur-compositeur nord-irlandais, il est surtout considéré comme un militant politique ayant créé ce Live Aid pour venir au secours des besoins de l’Afrique, ou soutenir la libération de Nelson Mandela.

Le paradoxe nourri par la symbolique porte de fait un poids qui, à deux mois du festival, est en opposition avec tout ce qui se fait dans le genre pour séduire au plus loin, dans une réelle dimension géographique trans-nationale.

donostia_2016

Jean-René Etchegaray, président de la communauté d’agglomération, et le maire de Donostia (en février 2015) Juan Karlos Izagirre – Photo Mediabask

Dans ce chantier ouvert où se sont donc glissés impatience, confiance mais désarroi, l’attitude de sa voisine du Pays Basque nord, et principalement les grandes villes de Bayonne, Biarritz et Anglet, doit pour l’instant être qualifiée d’occasion ratée.

Les deux événements principaux portés par les décideurs font office de soutien uniquement symbolique.

belle-bete-malandain-31Les représentations de LA BELLE ET LA BETE du Malandain Ballet Biarritz (du 3 au 5 février), soutenues par l’agglo ACBA, ne peuvent cacher que, depuis de nombreuses années, chacune de ces créations a systématiquement été donnée dans les deux jardins du CCN Biarritz.

Et l’exposition d’œuvres de peintres réputés 1516-2016 Traités de Paix, partagée entre Donostia et Bayonne, est une initiative déjà mise en oeuvre par le passé, notamment pour  sans introduire réellement en 2016 une manière d’opérer particulière.

Donostia 2016 va donc s’ouvrir sur l’affirmation de sa symbolique ; dans le paradoxe de ne pas porter avec évidence les repères attendus d’une programmation événementielle ; et dans un paysage transfrontalier où un simple appui symbolique n’a pas porté l’ambition de rendre cette année absolument incontournable.

donostia-2016-ouverture-1

Peigne de vent, à Donostia, du sculpteur basque Chillida

Le 27 février prochain au Théâtre Quintaou d’Anglet, c’est avec le rendez-vous Mugarriak Dantzan que notre portail Eklektika rendra sa copie, à savoir un guide de rendez-vous permettant de profiter au mieux de


Mugarriak Dantzan, le 27 février à Anglet

dantzaz-6En collaboration avec la compagnie chorégraphique Dantzaz Konpainia de Errenteria et le portail culturel Eklektika créent un événement à même de relier les deux communautés de part et d’autre de la frontière, en utilisant la danse et la communication comme éléments fondamentaux d’une expérience co-fraternelle de jeunes publics, de Donostia à Anglet.

Après une double résidence de création menée par Dantzaz Konpainia, des enfants de 10 à 14 ans, novices à cette pratique artistique, offriront au public leur création, Mugarriak Dantzan (« passerelles de la danse »).

dantzaz-9La soirée débutera à 20h30 avec Flash !, le spectacle de danse de Dantzaz Konpainia, qui réunit trois œuvres magistrales de deux chorégraphes de renommée mondiale, l’Israélien Itzik Galili et le Polonais Jacek Pzybylowicz.

A partir de 22h45, Leku Berean sera un final musical et dansé avec les danseurs professionnels et les jeunes danseurs, et avec l’intervention d’un guitariste latino-américain de Donostia et du joueur de oud marocain, Mohammed Boujalal.

mohamed-boujalalOn vous en reparlera très vite.


Se rendre à Donostia : Transfermuga

tranfermuga-aquitaine-8C’est une initiative portée par l’Euro-Région Aquitaine Euskadi : le calculateur d’itinéraires transfrontalier Transfermuga.eu

Lignes privés et publiques de bus, de train et autres solutions coordonnées de Bordeaux à Bilbao, et principalement sur l’échelle de l’Euro-cité Bayonne-Donostia : l’outil indispensable pour y aller, et savoir quand et comment rentrer.


On a reçu ça

DSS2016-elections-5L’association « Les Amis du Lavoir de Louillot » organise un déplacement pour aller découvrir la Tamborrada le 20 janvier prochain, le jour de la fête de Saint Sébastien.

Les personnes intéressées peuvent se renseigner auprès de l’association au 06.76.54.13.80. Un transport en bus pourrait être mis en place si nous sommes 50.

« L’association n’a pas attendu (« les élus de l’agglo », ndlr) pour faire découvrir le riche patrimoine du Pays Basque Sud et organise depuis sa création en 1998 un voyage par an, en bus, à l’attention de ses adhérents et autres personnes en fonction des disponibilités restantes dans le bus.


Inauguration le vendredi 23 janvier

dss2016-ouverture-4Le 23 janvier à 20 h 00 débutera le spectacle Pont pour vivre ensemble, imaginé et mis au point par le créateur artistique Hansel Cereza.

Les habitants seront invités à se rassembler autour du pont de María Cristina pour profiter du spectacle et faire partie de la construction du pont pour vivre ensemble, un pont éphémère de valeurs, intentions et rêves à concrétiser tout au long de l’année.


logo-donostia-capital-europaTout le programme inaugural de DSS2016 sur leur site dédié


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.