Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Du régal pour les vautours » de Claude Régy : un livre-film au service d’un théâtre « où on entend toujours un appel, sans savoir d’où »

5 décembre 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Au moment où l’homme de théâtre donne ce qu’il a nommé son dernier spectacle, « Rêve et folie » de Georg Trakl, critique de son dernier ouvrage, où Claude Régy rend palpable le mystère du théâtre et de la parole avec précision et délicatesse.

Je ressens, je crois, avec beaucoup de force, le désir d’un théâtre qui n’en serait plus un, en ce qu’il serait le lieu de toutes les présences, le lieu des choses elles-mêmes. Faire de ces espaces clos, illimités, qui par chance nous restent encore : les théâtres, des lieux du laisser-être, renonçant à toute forme de hiérarchie entre pensée, corps, objet, texte, voix. (…) Certains ont eu des lieux de méditation, des rituels, des mythes, comme formes et espaces de recueillement. Nous pouvons peut-être avoir des lieux de théâtre. Des lieux où même si les quêtes aujourd’hui paraissent absurdes, vides, parce qu’on a perdu l’origine des mondes, on entend toujours un appel, sans savoir d’où.

Livre de Claude Régy, « Espaces Perdus », 1998.

claude-regy-6

Ode maritime de Fernando Pessoa, mise en scène de Claude Régy

Claude Régy a 93 ans, ce chiffre rythmant une vie tout entière dévouée au théâtre. Cet automne, il a créé ce qu’il dit être son dernier spectacle, Rêve et folie de Georg Trakl, donné à l’automne au Théâtre des Amandiers, désormais en tournée actuellement.

Un fléchage au sol guide les spectateurs dans l’obscurité de la grande salle vers un petit gradin aménagé derrière le rideau. Et la pièce ne commence que lorsque le silence se fait.

Au même moment sont parus Du régal pour les vautours et la réédition en un volume de ses Écrits de 1991 à 2011 aux éditions Les Solitaires Intempestifs.

claude-regy-2Atteindre l’inatteignable, ce sera maintenant le sujet principal de mes préoccupations dans le travail

Du régal pour les vautours, Claude Régy, 2016

Dans ses écrits comme dans ses mises en scène, allant de plus en plus vers l’essentiel, le cœur de toute parole, pensée, présence, Claude Régy traduit dans son dernier livre sa recherche théâtrale et métaphysique en réflexions limpides et profondes.

claude-regy-5

Huis clos, de Jean Paul Sartre, mis en scène par Claude Régy (1990)

S’appuyant sur des extraits de textes d’auteurs contemporains qu’il a mis en scène comme Tarjei Vesaas, Jon Fosse, Georg Trakl, Maeterlinck, Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, ou encore de Jean Genet ou Henri Meschonnic, Claude Régy approche le mystère de l’humain.

Le livre commence par évoquer Tarjei Vesaas, écrivain norvégien avec qui le metteur en scène partage le désir de transmettre, par les textes, la force de ce qui n’est pas dit.

claude-regy-3

Rêve et folie de Georg Trackl, mis en scène par Claude Régy

Claude Régy demande ainsi aux acteurs de « rechercher la passivité, ce que les taoïstes appellent le « non-agir », d’essayer de s’imaginer que la langue n’a pas encore été inventée, que la langue n’existe pas. Donc d’inventer comment commencer à parler ». Il écrivait déjà dans Espaces perdus : « Je crois que l’acteur devrait se sentir dans l’état de celui qui écrit, avant que la phrase soit écrite. »

La fragilité dans laquelle le metteur en scène met l’acteur et le spectateur est précisément ce qui fait que le miracle arrive ou non, selon les représentations.

Le silence, l’énonciation lente du texte, l’économie (peu de mouvements, peu de lumière), peuvent entraîner le même spectateur dans un voyage inoubliable un jour et dans un no man’s land hermétique le lendemain.

C’est comme s’il fallait quitter le monde pour, dans un état de grande disponibilité, revenir à sa source. Le spectateur doit être actif, concentré, dans l’instant présent, formant une unité avec l’acteur et le texte.

claude-regy-1Du régal pour les vautours – dont le titre énigmatique est éclairé ci-dessous – contient également un DVD avec le film éponyme de son collaborateur Alexandre Barry.

On y suit Claude Régy au Japon, en Norvège, avec ses pensées en voix off. C’est une autre manière, sensible, de s’approcher de son regard.

Plus qu’un ouvrage sur le théâtre, Du régal pour les vautours est un carnet de notes à lire et relire, qui offre des fragments de pensées, des fulgurances, où est réussi cet exploit d’énoncer simplement, de manière très claire, des questionnements profonds.

Claude Régy rend palpable le mystère avec précision et délicatesse.

claude-regy-7


A voir : une interview exceptionnelle, CLAUDE REGY Par Les Abîmes d’Alexandre Barry (2003) accessible en ligne
https://www.youtube.com/watch?v=TaXV9eN6VVo
http://www.alexandrebarryfilms.com/filmabimes.html

Ouvrages paru aux éditions Les Solitaires Intempestifs


Le sens du titre selon l’auteur


Ce qui est intéressant chez le vautour c’est qu’il est dit très précisément qu’il commence par l’œil, qu’il trouve délicieux. Et ayant fini ce premier hors-d’œuvre qui est un régal, il nettoie complètement l’orbite à coups de bec et c’est par ce trou parfait qu’il atteint le cerveau qui est un autre plat qu’il apprécie particulièrement.

Et, ayant nettoyé la boîte crânienne, il commence à s’attaquer à toutes les parties du corps et c’est seulement quand il ne reste que les os qu’il a l’idée de les emporter très haut dans son vol et de les fracasser sur les rochers, là en bas, pour pouvoir délivrer la moelle et se nourrir de la moelle qui est encore une fois un mets délicieux.

Et c’est une grande leçon pour les hommes d’être considérés comme de la nourriture propre à satisfaire les papilles des vautours (y en a-t-il dans les becs ?).

C’est tout à fait délicieux de penser qu’on peut être un régal pour les vautours.


Deux livres de Claude Régy (édition Les Solitaires intempestifs)


ecrits-1991-2011Écrits (1991-2011)

Date de parution : 31 août 2016
Nombre de pages : 544 pages
Prix de vente : 23 euros


du-regal-pour-les-vautoursDu régal pour les vautours

Date de parution : 29 août 2016
Nombre de pages : 96 pages
Prix de vente : 19 euros


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.