Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Entre classique, musique des Balkans et de Tarantino, un Concert du Nouvel An à Bayonne pour ouvrir larges les perspectives

6 janvier 2017 Soyez le premier à réagir !

Pour la première fois, le concert du nouvel an de l’Orchestre régional Bayonne Côte basque aura lieu à la salle Lauga, aménagée pour l’occasion : petit tour en coulisses à l’occasion de la première répétition avant le grand soir.

Ce mercredi soir, pas de bruit de ballons, ni de cri de supporters dans la salle Lauga, à Bayonne. Il y a dans l’air quelques notes de musique, un refrain qui s’élance, enfle et finit par emplir tout l’espace.

Pour la première répétition de l’Orchestre Régional Bayonne Côte basque, avant le Concert du Nouvel An qui aura lieu ce week-end, l’ambiance est studieuse. Peut-être légèrement fébrile, également.

Le bien aimé Benjamin Levy étant malade, les musiciens ont face à eux un tout nouveau chef d’orchestre, Victorien Vanoosten, actuellement en poste à l’Opéra de Marseille.

« C’est un peu stressant, évidemment », explique David Rachet, trompettiste et coordinateur pédagogique de l’orchestre, « mais c’est un homme très bienveillant, et cela aide à établir la confiance ».

Nouveau maestro donc, et surtout, nouvelle salle, puisque le récital se tiendra pour la première fois à Lauga : un choix fortement symbolique, qui marque la volonté de la municipalité d’en faire son « mini-Zénith ».

« On ne savait pas à quoi s’attendre en arrivant », continue le musicien, « c’est très grand, et au début, presque par réflexe, on a joué un peu trop fort. Mais, petit à petit, on a apprivoisé le lieu ».

Pendillons noirs, plateau surmonté de multiples rampes de projecteurs : la mairie a déroulé le tapis rouge. Si ce n’étaient les rangées de sièges en plastique qui meublent les tribunes, on en oublierait presque que le lieu est d’abord une salle omnisport.

« La municipalité s’est vraiment donné les moyens de ses ambitions, et par la même occasion, elle nous a permis de faire les choses bien », explique David Rachet.

« C’est agréable de sentir que les élus bayonnais sont avec nous. On a tout simplement le sentiment d’exister. Nous faire jouer dans une salle aussi grande, c’est une preuve de confiance. C’est très gratifiant », conclut-il sur cette salle.

Pour ce qui est du répertoire qui sera ce week-end, il y aura de la valse bien sûr, mais aussi du klezmer – musique traditionnelle des Balkans -, quelques chants basques avec Beñat Achiary, et un arrangement aussi inattendu que réussi de Misirlou, célèbre morceau de la bande originale du film Pulp Fiction de Tarantino.

« C’est très accessible mais pas pour autant alambiqué », note l’artiste, et rajoute : « Cette année, il s’agit aussi de conquérir de nouveaux publics, et pour cela, il faut se diversifier, montrer qu’un orchestre symphonique, ce n’est pas que du Beethoven ».

Plus de 1.000 places ont déjà été vendues pour le concert de ce samedi 7 janvier 2017 à 20h30, et autant pour celui de dimanche 8 à 17h : pour ce début de nouvelle année, un premier signe encourageant pour tous les acteurs de la vie culturelle bayonnaise.


Au programme (avec entracte) :

Balkan Hora, Autostrada, Granada d’Augustin Lara, Improvisation de Beñat Achiary, Let’s Be Happy, Pizzicato Polka de Strauss, Valse triste de Vecsey, Danse macabre de Saint-Saens, Adios Nonino et Libertango de Piazzola, Txoria txori, Rigoletto Cortigiani vil razza de Verdi, Toreador Carmen, Intermezzo N° 3, Ouverture du baron tzigane de Strauss, Arrangement Pulp fiction, Melodica Tanz, Marche de Radetzki.

Billetterie au Théâtre de Bayonne (05 59 59 07 27), au théâtre Quintaou (05 59 58 73 00) et sur scenenationale.fr

Entrée générale : 25 euros. Gratuit pour les moins de 22 ans.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *