Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Eresoinkaren Itzalak » : Dantzaz donne une nouvelle fois rendez-vous avec le sublime

21 octobre 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Retrouvant le cri de liberté de cette formation de danseurs et de chanteurs du peuple basque face à l’avancée franquiste de 1936, Dantzaz offrira ce samedi soir une nouvelle preuve de son talent et de sa patte, retour sur l’émotion ressentie et partagée après la répétition publique de ce jour, à la veille de cet événement.

La répétition publique du nouveau spectacle de Dantzaz, Eresoinkaren Itzalak, vient tout juste de s’achever, ce vendredi après-midi au Théâtre Quintaou, et les nombreuses personnes qui y ont assisté restent longuement, à évoquer l’esprit de ce cri culturel basque contre l’oppression franquiste de 1937.

eresoinkaren-itzalak-dantzaz-anglet-theatre-quintaou-donostia-2016-1De la terre sur le plateau de danse, et un écran projetant des rais de lumière en arrière scène, ou sur les danseurs, tandis que, en fond sonore, ces chants polyphoniques de l’’ensemble vocal KEA associé à cette proposition de retrouver l’esprit, « les ombres » de cette initiative pour la liberté.

Menée doublement par Adriana Pous, la directrice artistique de Dantzaz, et par le chorégraphe uruguayen Martin Inthamoussú, la création prend chair par les figures des danseurs dans ce conflit intérieur de terres, élément chorégraphique pilier, celle que l’on laisse derrière soi et celle qui vous accueille.

eresoinkaren-itzalak-dantzaz-anglet-theatre-quintaou-donostia-2016-4Il y a comme du Te Deum d’Arvo Part dans l’air, même chanté en basque, au moment où les pas se libèrent, où les corps se souviennent des gestes anciens, ou bien portent lentement le poids de l’exil, traduit ici par le corps d’un autre danseur porté sur les épaules.

Et puis ce moment, où l’air se charge des douces larmes muettes de Dinah Washington, magnifiées par la musique de Richter, où aucun danseur ne bouge, bouleversés tous autant qu’ils sont, quand est exprimée à ce moment là le fait de rappeler à eux tout ce qu’il leur manque dans les terres délaissées (la plupart d’entre eux viennent de pays d’Europe quittés le temps de leur formation dans cette plateforme de danse).

eresoinkaren-itzalak-dantzaz-anglet-theatre-quintaou-donostia-2016-3Eresoinkaren Itzalak porte à l’évidence la patte Dantzaz, perceptible dans toutes leurs créations, langage chorégraphique contemporain qui devrait s’excuser de l’être s’il ne portait pas cet ordinaire du sublime, proposé cette fois encore.

On y est bien, dans cette répétition qui a d’abord dévoilé l’entrée du ballet des 13 danseurs, puis le tableau où s’exprime le conflit intérieur de ne pouvoir avoir la certitude que la nouvelle terre sera la vôtre, et vous acceptera complètement.

eresoinkaren-itzalak-dantzaz-anglet-theatre-quintaou-donostia-2016-2On y est bien, mais c’est trop court, à l’évidence, Adriana l’admet, qui donne rendez-vous ce samedi à 20h30 au Théâtre Quintaou pour le voir là et nulle part ailleurs : impulsée par Donostia 2016 et soutenue par la Ville d’Anglet, Eresoinkaren Itzalak sera une première, mais également une dernière.

Le directeur de Dantzaz, Fernando Saenz de Ugarte, le confirme, « le spectacle ne partira pas en tournée, comme les autres, nous sommes ici pour proposer ce cri culturel une fois, une fois seulement, c’est un cri, non ? ».

eresoinkaren-itzalak-dantzaz-anglet-theatre-quintaou-donostia-2016-5Il vous regarde en se demandant s’il va être pris pour un dingue, il voit dans votre étonnement que le spectacle a toutes les chances d’être un événement puissamment applaudi, de fait.

Il sourit, soulagé.

IMG_9634EK_web


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.