Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Etxe nami », un nouveau repère culturel où le Pays Basque rencontre le Japon, entre saveurs et résidences d’artistes

25 novembre 2016 > > Soyez le premier à réagir !

A Saint-Jean-de-Luz, Léna Balacco et Gloria Reiko Pedemonte ont ouvert « Etxe Nami », un lieu protéiforme où se côtoient les cultures basques et japonaises. L’endroit regroupe un restaurant, un magasin et une salle d’exposition, et proposera dès décembre des ateliers et des résidences d’artiste, inauguration ce samedi 27 novembre.

En ce milieu d’après-midi, dans les rues de Saint-Jean-de-Luz, les passants hâtent le pas et remontent leurs cols. Il pleut à verse, le ciel est gris. A quelques pas du centre-ville, chez Etxe Nami, Léna Balacco et Gloria Reiko Pedemonte prennent enfin le temps de souffler.

Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

Depuis l’heure du déjeuner, la brasserie n’a pas désempli. A l’intérieur, l’odeur de bois qui se dégage des meubles et la lumière chaude, font oublier le mauvais temps et l’hiver qui s’annonce.

« Nous avons d’abord voulu créer un lieu culturel, et comme au Japon la gastronomie est une composante à part entière de la culture, y ajouter un restaurant allait de soi » explique Gloria. Cet espace, c’est donc Etxe Nami, « la maison sur la vague », un nom où résonnent l’irrintzina (cri des bergers basques) et le fracas du Pacifique.

etxe-nami-20

Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

etxe-nami-saint-jean-de-luz-lena-balacco-gloria-reiko-pedemonte-22

Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

Un endroit à la croisée des mondes, entre gorgée de bière locale et verre de saké. « Ma grand-mère vient de Kamakura, une ville japonaise au bord de l’océan » continue la jeune femme, « je trouve que l’Iparralde ressemble beaucoup à cet endroit ».

Le jeu de miroir ne s’arrête pas là. Il existe plus d’un point commun entre le Pays du Soleil levant et la terre qui inspira Pierre Loti. « Notre projet n’aurait pas pu voir le jour ailleurs » renchérit Léna.

Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

« Les artisanats des deux contrées se ressemblent, notamment la céramique. Il y a aussi cette même volonté farouche de protéger son patrimoine et son identité. Non, décidément, cela ne pouvait être qu’ici » conclut-elle sans hésitation.

« Mêmes les deux langues ont des similitudes » explique à son tour Gloria, qui avoue être en train de lire un ouvrage sur l’origine de l’euskara, « il y a beaucoup de sonorités similaires, et la syntaxe des deux idiomes obéit à la même logique ».

etxe-nami-saint-jean-de-luz-lena-balacco-gloria-reiko-pedemonte27

Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

Cela fait trois ans que les deux amies travaillent sur le projet. La culture, c’est un monde que Gloria connaît bien. La quadragénaire a longtemps été à la tête d’un label musical indépendant, avant de poser ces valises à Guéthary.

Léna, quant à elle, a toujours travaillé dans la restauration. Propriétaire de trois établissements parisiens, elle a décidé de vendre son affaire, pour se lancer dans l’aventure.

etxe-nami-saint-jean-de-luz-lena-balacco-gloria-reiko-pedemonte-26

Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

De leur rencontre est donc né un lieu hybride, à la fois restaurant, lieu d’exposition et concept store. Deux fois par an, Etxe Nami se transforme aussi en résidence d’artiste. La première invitée, est Natsuko Uchino.

Cette créatrice touche-à-tout, dont le travail allie sculpture, dessin, danse et musique au travers de performances, réfléchit actuellement à une œuvre qu’elle réaliserait en collaboration avec un artisan local. Au programme également, des ateliers tous les mois, des projections de films et des repas à quatre mains, où chefs japonais et locaux conjuguent leurs talents.

Ce genre d’initiative où la pâte miso se parfume au piment d’Espelette, peut surprendre, mais elle n’est pas unique en son genre.En ces temps troublés, beaucoup tentent de rapprocher les peuples, pour démontrer que ce qui nous paraît si loin, est souvent étonnamment proche.

« C’est en découvrant la culture de l’autre que l’on peut espérer le comprendre et l’accepter » reconnaît Léna. « Mais en même temps, je ne cherche pas à convaincre les gens de quoi que ce soit. Je veux juste qu’ils entrent et regardent. Je veux juste leur donner envie. Si en sortant d’ici ils ont passé un bon moment, et ont l’impression d’avoir découvert quelque chose, alors nous aurons réussi ».

etxe-nami-saint-jean-de-luz-lena-balacco-gloria-reiko-pedemonte-24

Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

Ouvert depuis cette semaine, l’inauguration d’Etxe Nami aura lieu le 26 novembre à partir de 19h, et le 27 à l’heure du déjeuner où le menu « Nokori Mono » concocté par Megumi Yanase sera proposé (uniquement sur réservation).


Crédit photo : Mélanie Bordas Aubies

Etxe Nami
site internet

11 Avenue Jaureguiberry
64500 Saint-Jean-de-Luz
05 59 85 51 47

Restaurant ouvert du mardi au dimanche

Espace culturel :
mardi-mercredi-vendredi : 10h-19h
samedi : 11h-19h
dimanche : 12h-17h
E-mail : culture@etxenami.com – 05 59 85 51 58


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.