Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Fábio Lopez et la compagnie Illicite, le temps de faire danser les autres

17 août 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Très peu de compagnies consacrent une soirée à un de ses danseurs. C’est le cas du Malandain Ballet Biarritz, lors du dernier « Magifique » donné mardi dernier à la Gare du Midi.

Fleurs, émotion, cadeaux, discours ont habillé ce rendez-vous de tendresse pour dire au revoir à un des danseurs les plus charismatiques du ballet, Fábio Lopez. Pour lui, il est l’heure de faire danser les autres et de présenter sa nouvelle compagnie « Illicite ».

fabio-lopez-2

Comme le dit la chanson, ce n’est qu’un au revoir. Pourtant, de la même façon qu’on observe une étoile filante dans sa traversée, il y a de l’émotion à assister à cet instant crucial où un danseur annonce qu’il ne dansera plus.

À 29 ans, souffrant d’une hernie discale, Fábio Lopez décide qu’il ne poursuivra pas les prochaines tournées et créations du Malandain Ballet Biarritz.

« J’ai été gâté dans cette compagnie. Terminer ma carrière de danseur sur la musique de Tchaïkovski représente beaucoup pour moi. Ce sont sur ces musiques que j’ai appris à danser. Le corps aujourd’hui demande d’arrêter. Danser avec le Malandain Ballet Biarritz, cela veut dire plus de 100 représentations par an, sans compter les répétitions, les créations ».

fabio-lopez-cnn

Cela fait un moment déjà que Fábio Lopez s’engage sur les chemins du métier de chorégraphe. Des projets pédagogiques et surtout des créations avancent à grands pas sur les scènes françaises, italiennes ou russes.

Une histoire de talent certes, mais aussi d’humilité, d’attitude, qui se révèlent précieuses dans un système constamment perché sur des pointes éphémères, se balançant sensiblement vers un égo trop affirmé ou au contraire, trop en retrait.

fabio-lopez-enseignant-2

« Thierry Malandain m’a toujours soutenu. Nous avons beaucoup de choses en commun, notamment le respect de l’héritage de la danse classique et la volonté de la préserver, de la faire évoluer à travers des thèmes, des émotions », explique Fábio Lopez.

« Bien sûr, il faut se détacher un peu affectivement après toutes ces années passées au CCN (Centre Chorégraphique National). Tout comme Thierry, il faut que je fasse mes preuves, dans une pure volonté de continuité. Lorsque je suis arrivé dans la compagnie, nous étions en studio et je me suis mis à danser « L’après-midi d’un faune ». C’était osé mais il fallait que je montre ce que je savais faire.  Un danseur doit avoir de l’audace. C’est dur d’en arriver là ».

wt-sonia-santagostino3

Avant-gardiste ? Point du tout et Fábio Lopez s’en fiche pas mal. L’inspiration sautille de nénuphar en nénuphar, d’un thème sensible et cru comme celui du sida au rêve bienveillant de la Belle au Bois dormant.

Dans sa valse, il emporte avec lui d’autres danseurs et les habille de ses visions jusqu’à ce que chacun s’en retrouve sublimé.

les-noces-johan-morin-1

Pour ce faire, il créé la Compagnie Illicite, dont on devrait beaucoup entendre parler puisque celle-ci est implantée à Biarritz et compte déjà de beaux projets suspendus au fil d’un avenir concret.

Dans les pas de Roland Petit, Maurice Bejart ou Thierry Malandain, Fábio Lopez suit les traces de ses maîtres et s’inscrit, avec cette compagnie, dans la génération de ces jeunes chorégraphes soucieux de révéler la splendeur intarissable de la danse classique.

On ne va nulle part en oubliant d’où on vient et ça, l’école de la vie lui a bien appris.

inês-stephane-bellocq-2

C’est ainsi qu’en septembre 2016, lors du festival Le Temps d’Aimer à Biarritz, un premier projet verra le jour, mettant en mouvement et en musique l’œuvre « Poil de carottes ».

C’est le célèbre compositeur français Thierry Escaich, qui s’attèlera à donner ses notes au ballet, tandis que le costumier, Hervé Poeydomange, habillera les danseurs et le plateau selon sa vision de l‘œuvre de Jules Renard. Une pièce pour cinq danseurs sur le thème de l’enfance mal aimée et qui murmurera doucement à qui a besoin que « tout le monde ne peut pas être orphelin ».

En septembre, le jeune chorégraphe s’envolera un peu en Russie pour créer un second ballet après celui des « Larmes d’Eros », pour la Compagnie Tantsteat d’Oleg Petrov à Ekaterinbourg. Fellini, ses femmes, ses univers à traverser, chorégraphiés et mis en scène, illustrés des musiques de Nino Rota ou de Bach.

inês-olivier-houeix

En octobre, c’est le ballet « Inês » ou une des premières chorégraphies de Fábio Lopez, réalisée en 2011 au CCN sur la musique d’Arvo Pärt qui sera donnée à Milan.

Inspiré du destin d’Inês de Castro, cette pièce met en scène deux danseuses, l’égo et son alter égo, la passivité et la domination, pour des pas de deux qui s’en vont effacer toutes possibles frontières entre la poésie et la danse.

En mai 2016, lors des fameux rendez-vous sur les quais de la gare à Biarritz, seront dansées Les Larmes d’Eros, d’après le livre de Georges Bataille. Un ballet créé par Fábio Lopez en Russie et qui a enfin trouvé son passeport pour nos contrées. Sur une musique de Tchaïkovski, l’érotisme et le sacré joueront ensemble jusqu’à rire de la mort.

larmes-eros-2

« La danse fait intégralement partie de ma vie, de moi-même. J’ai tout donné pour ça. Pour faire rêver les gens. La danse c’est de l’amour. Et si on croit en ce qu’on fait, il faut tout faire pour soutenir concrètement sa croyance ».

On pense alors à une phrase de Pina Baush. Si on devait l’adapter à cette histoire là, cela donnerait surement quelque chose comme « Rêvez, rêvez ! Sinon nous sommes perdus ». Un acte presque illicite de nos jours. La compagnie n’a pas choisi son nom par hasard.

http://www.compagnie-illicite.com/

prélude-johan-morin-2


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.