Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Pourquoi Eklektika ferme le portail internet dédié à Donostia 2016 Capitale Culturelle Européenne

27 juin 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Quinze mois après sa conception, le portail culturel Eklektika dédié aux propositions de Donostia 2016 sera fermé le 1er juillet, un choix sans joie, obligé par un retrait des institutions qui l’ont soutenu l’an passé, et dans la difficulté d’y percevoir un rayonnement culturel réellement européen.

Nous l’avions imaginé en avril 2015, puis ouvert le 27 février 2016, depuis notre ancrage d’Anglet au cours de la soirée Mugarriak Dantzan. Mais ce 1er juillet 2016 sera fermé le portail culturel spécifique Eklektika DSS2016, dédié aux principales propositions de Donostia 2016, Capitale Culturelle Européenne.

Au milieu de cette année DSS2016, l’arrêt du portail dédié Eklektika DSS2016 parle tout d’abord de notre difficulté à en relayer le rayonnement, que nous ne parvenons pas à cerner de façon concrète.

donostia-2016-fin-1Chaque semaine, par de très nombreuses conférences de presse à San Sebastian, la philosophie générale de cette année culturelle, telle que dévoilée en octobre dernier, a eu beau s’enrichir de compléments d’informations sur les manifestations, de plus de précisions sur les dates, sur les lieux… la distance entre l’attente de ses spectateurs potentiels et les propositions des organisateurs nous semble constante, et irréductible.

La question que nous avons eu à trancher de notre côté n’est pas tant ce que nous inspire le contenu de DSS2016, élaboré par ses organisateurs autour du Directeur Pablo Berastegui, que sa capacité à être attractif et incontournable à une échelle européenne.

Nous l’avions écrit le 15 janvier dernier : la symbolique de la Paix, omniprésente dans ses programmations, mais parfois bien mal-traitée dans le Stop War Festibala et circonscrite aux conflits franco-espagnols des siècles passés, s’est révélée culturellement insuffisante au-delà des frontières du Pays Basque, en dépit de sa résonance fondamentalement européenne.

Le dialogue permanent des « Conversations », « Phares » et autres « Vagues », imaginé principalement autour de peuples à rassembler et de langues minoritaires à valoriser, dévoile à notre sens l’impossibilité de faire de San Sebastian/Donostia une destination plus attirante cette année que par le passé, au-delà des atouts habituels de la belle capitale du Guipuzkoa.

Sur les 6 premiers mois, le saut qualitatif ne semble pas bien spectaculaire entres les nouvelles propositions estampillées DSS2016 et le rayonnement culturel historique, acquis par une longue tradition d’accueil des arts vivants, de la musique, du théâtre, ou des festivals habituels.

Il nous semble même en percevoir parfois un affaiblissement, quand la danse, la musique classique ou les grands créateurs locaux (comme le sculpteur Eduardo Chillida) sont finalement assez peu présents à ce rendez-vous.

Avec le choix d’une communication progressive « au fil de l’eau » et des semaines, il est également toujours aussi difficile de pouvoir concrètement anticiper ou planifier un séjour culturel pour l’occasion : l’absence de promotion de la part des acteurs économiques privés participe du même renoncement incrédule.

dss2016-ouverture-2Et l’absence surprenante de la moindre signalétique DSS2016 à l’entrée de la ville de Donostia n’incite pas non plus à considérer que le message d’incitation touristique soit une priorité des organisateurs.

A ce sentiment progressif d’un événement qui peine à convaincre au-delà de ses seuls intérêts, la semaine passée a ajouté une considération de taille, avec la non-reconduction d’un appui du fonds Aquitaine Euskadi pour la période juin-décembre 2016.

Aux 20.000 euros initiaux perçus en tout et pour tout depuis 15 mois pour concevoir, développer et alimenter le portail dédié, cette décision politique pointe un sentiment assez identique au nôtre, « l’institution n’a pas assez clairement le sentiment d’être face à un réel événement de dimension européenne », nous a confié le conseiller régional Mathieu Bergé.

eklektika-dss2016-8

De gauche à droite : Luis Javier Perez, du site About Basque Country ; Mikel Antton, gouvernement basque ; Mathieu Bergé, Région Aquitaine (en septembre 2015)

Ce n’est donc pas sans regret que nous devons arrêter là ce désir initial qui fut le nôtre, il y a plus d’un an, nourri de l’accueil chaleureux pour ce projet de portail spécifique par les organisateurs de Donostia 2016.

Nous avions également trouvé, dans cet élan, une fraternité plus encore qu’un partenariat transfrontalier avec le site About Basque Country de Bilbao, qui a relayé sans relâche ce portail Eklektika DSS2016, son directeur Luis Javier Perez étant en particulier la source de quelques articles gourmands sur « Le monde et les Basques ».

Cette expérience nous a permis de grandir, avec notamment l’intégration du multilinguisme dans l’architecture de notre portail, ou la conception d’échos, devenue par la suite les Brèves de Culture d’aujourd’hui.

Nous continuerons à relayer l’actualité du Pays Basque sud comme nous le faisons depuis notre ouverture en septembre 2014. Et nous garderons un regard bienveillant sur ces quelques manifestations prévues dans le calendrier DSS2016, comme cette exposition Traité de Paix 1516-2016 au Museo San Telmo, ouverte depuis le 17 juin dernier, qui y regroupe des œuvres d’artistes reconnus tels que Goya, Rubens, Murillo et Ribera, en plus de celles de Picasso, Le Corbusier ou Maruja Mallo, vaisseau amiral de celle présentée actuellement au Musée Basque de Bayonne.

Ou bien encore la représentation théâtrale « grandeur nature » du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare au Parc Cristina Enea,qui consiste à inviter les spectateurs à « vivre » le banquet nuptial : des représentations uniquement en basque ou en espagnol et à un prix de 40 euros l’entrée seront d’évidence des obstacles plus décisifs que les éventuels superlatifs que nous serions amenés à choisir pour en parler.

Ce lundi, après 6 mois d’une année de Capitale Culturelle Européenne qui ne nous semble pas avoir culminé beaucoup, il ne nous pas été possible de nous rallier à la première phrase de sa présentation : « L’apogée de Saint-Sébastien 2016 arrive avec le début de l’été ».

Merci à tous ceux qui nous ont soutenus, lus et commentés.

Donostia-2016-inauguration7


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.