Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Festival de Biarritz : Luis Sepulveda, écrire entre l’humour et l’amour

2 octobre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Ce vendredi matin, le Festival de Biarritz a brillamment justifié son ambition d’être le carrefour de toutes les cultures d’Amérique Latine, en recevant l’écrivain chilien Luis Sepulveda.

C’est sa troisième présence au Festival de Biarritz en 24 ans, et le public ne s’y est pas trompé, qui a salué l’écrivain chilien Luis Sepulveda par une présence massive et de très longs applaudissements.

L’auteur du Vieux qui lisait des romans d’amour, de La folie Pinochet, L’ombre de ce que nous avons été entre autres merveilles, venait évoquer son dernier ouvrage, L’Ouzbek muet et autres histoires clandestines (sorti en avril dernier chez Métailié), recueil de nouvelles portant patte de l’auteur, à savoir le récit d’anonymes rencontrés au hasard de ses souvenirs et ses voyages, en hommage à un temps où on pouvait rêver “d’être jeune sans en demander la permission”.

sepulveda-biarritz-4Le public pourtant est reparti avec la certitude que l’auteur ne venait pas faire de la retape commerciale, pas le genre du gars, quand « El Viejo » (« le Vieux »), comme il aime à se présenter aujourd’hui, est surtout revenu sur le sens de son écriture, « entre amour et humour ».

Sans être simple pour quiconque, l’exercice de ce dosage délicat pourrait être encore plus compliqué pour cet homme qui, étudiant, fit partie de l’escorte officielle du président Salvador Allende jusqu’au Coup d’Etat de 1971, avant de subir le rôle brutal que la dictature réserva à ses opposants politiques.

sepulveda-biarritz-2Dans une vie dont il ne fut pas le seul à supporter son côté épouvantable, Sepulveda a acquis oeuvre après oeuvre la stature de celui qui sait raconter, émouvoir, et faire trembler de colère.

« La clé de compréhension est dans le Chili lui-même », expliqua-t-il, en donnant l’exemple de ces fêtes organisées lorsque quelqu’un est abandonné par son(sa) conjoint(e).

« Alors que la personne souffre, tous ses amis débarquent, se moquent de lui, on y rit beaucoup, mais c’est de ces instants où l’humour est plus fort que le désespoir que naît la possibilité de reprendre le fil de sa vie, et de retrouver le goût de l’amour « .

sepulveda-biarritz-1Dans son histoire à lui pourtant, beaucoup de ses amis ne sont plus là, et ce qu’il reste d’eux, dans le meilleur des cas, peut être des bouts d’ossements de quelques centimètres, retrouvés dans le désert d’Atacama ou sur une plage de la longue côte chilienne, depuis que les progrès dans la recherche ADN permettent l’identification des desaparecidos.

« Il ne s’agit pas de produire un mythe sur mon pays », a-t-il complété, « mais de prolonger un état de résistance contre les formes d’atteintes, nombreuses, contre nos sens des valeurs humaines, contre l’environnement naturel ou lorsqu’est niée la réalité de notre monde ».

Poète, écrivain, journaliste également (il publie un billet chaque mois dans Le Monde Diplomatique), Luis Sepulveda a découvert l’oxygène des mots très tôt dans sa vie, les poèmes de Jacques Prévert lui ayant fait définitivement tourné les pages à 16 ans « d’un péché de jeunesse » sur une écriture trop crépusculaire.

sepulveda-biarritz-3Une heure et demie durant, il a prouvé une nouvelle fois son magnifique talent de conteur, tenant son auditoire en haleine pendant 15 minutes sur une histoire succulente de bébé condor, par exemple.

Il ne l’a pas retenu pour son Ouzbek, il nous a donné l’impression d’avoir gardé de meilleurs récits encore, tout le monde s’est ensuite précipité sur le libraire présent à la sortie de la salle pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas prévu assez de stock ce vendredi matin.


Ouzbek-muet-BD-300x460

L’Ouzbek muet et autres histoires clandestines, Luis Sepulveda

Publication : 2 avril 2015
Nombre de pages : 152
Prix : 16 €


 

 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.