Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Festival des Inrocks à Toulouse : Des Ohhh et des Bahhh, dans les dessous de la prochaine édition

29 octobre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Cela fait une vingtaine d’années que les Inrock(uptible)s délocalisent leur festival en Province, et à Toulouse, petit aperçu des groupes proposés cette année du 16 au 17 novembre prochain.

Passées les premières années d’euphorie et de reconnaissance, nous, provinciaux, sommes sans doute devenus plus exigeants quant à la programmation des 2 soirées provinciales annuelles.

Car sous la tête d’affiche (rarement plus d’une par soirée), on nous promet de jolis pépites à découvrir/en devenir (finalement jamais ni tout à fait découvertes ni complétement devenues).

Un exemple au hasard : que retenir de ce feu d’artifice du 25eme anniversaire (cuvée 2012), avec Electric Guest, Poliça, Phantogram, Wild Belle et Michael Kiwanuka ? Rien. Enfin, si, en arrivant tôt, à l’heure, on a pu se prendre The Bots dans la figure, et ça, c’était plutôt bath (ça sonne mieux à l’oral qu’à l’écrit, mais tant pis).

inrock-toulouse-the-bots

The Bots

Et des années fastes (Parquets Courts/The Acid/Baxter Dury  en 2014, La Femme/James Blake/Cults en 2011, Gossip, Go Team!, Lift to experience, etc,..). ont tout de même peiné à faire pardonner Florence & the Machines (2009).

Passage en revue des forces en présence, en commençant par la soirée du lundi 16 Novembre @ Le Bikini.


FAT WHITE FAMILY : joie, allégresse, excitation

inrock-toulouse-fatwhitefamC’est le genre de groupe dont on sait qu’on ne le verra jamais à Toulouse. Et c’est là que ce produit le petit miracle du festival des Inrocks. A écouter d’urgence (la photo de Une, c’est eux, avec ce cliché signé Derrick Santini).

C’est du rock sale et débraillé (redondance qui mérite néanmoins d’être rappelée en 2015), à ranger pas loin des Black Lips pour l’attitude (Black Lips, qui sont, pour rappel, champions du monde en attitude Rock depuis plus de 5 ans).

Au niveau des chansons, la nonchalance du chant et de la musique peut un poil rebuter à la premier écoute (pour donner une idée, Fat White Family fait passer un Slanted and Enchanted de Pavement pour une production Stock Aiken Waterman), mais à partir de la 3eme écoute, si on a fait l’effort de chercher la poignée de la porte, on ne peut plus s’en passer (regardez Baby’ all right).


BO NINGEN : quatuor acid punk japonais (ou inversement)

inrock-toulouse-bo-ningen…, soit donc ici l’étiquette officielle (i.e. celle qui ressort en majorité sur la 1ere page de résultat Google. C’est dire que c’est officiel !) qui est collée au groupe.

Jamais entendu parlé d’eux, jusqu’à l’année dernière, où ils se sont associés à l’excellent groupe Savages (groupe de l’année en 2013, et très probablement en 2016, avec leur nouvel album) pour sortir un objet audio comportant une seule piste de plus de 30mn, pas facile à écouter au réveil (pas plus qu’au coucher, d’ailleurs).

Peut-être une agréable surprise sur scène.


THE DISTRICTS

inrock-toulouse-districtsCe sont les Inrocks eux même qui en parlent le mieux (en 2014) : “Probables révélations de 2015, les jeunes Américains de The Districts séduisent déjà avec une tripotée de rock-songs exaltées”.

Je ne connaissais pas. J’ai écouté. Et je sais maintenant pourquoi je ne connaissais pas.
Quant à être la révélation 2015, ça va être chaud, là. Peut être grâce aux festival des Inrocks (joke) ?

Petit aperçu ici, pour les aventureux.


WOLF ALICE

inrock-toulouse-wolf-aliceOui, ok pour qu’ils jouent sur la scène du parking des 24h du Mans, vers 14h15. Mais pas de ça chez nous. Merci.


Sans transition, après le lundi, on passe au mardi, avec :


SON LUX

inrock-toulouse-son-luxGroupe solo découvert en 2009 via le label Anticon (label basé à Los Angeles, Californie, qui, au milieu des années 2000, a eu son heure de gloire en inventant l’alternative hip hop avec Why?, Sole, Dosh, Odd Nosdam…). Et ce n’est malheureusement pas lui qui aura marqué l’histoire du label.

Pour la jouer scalpel : un groupe pour chirurgien qui aurait creusé un peu pour épater leurs collègues qui écoutaient tous Bjork. C’est plus clair comme ça ? Non ?

Reformulé : au mieux, ça s’écoute, distraitement, pendant un apéro avec des copains. Au pire, c’est chiant.


FLAVIEN BERGER

inrock-toulouse-flavienC’est le label Pan European Recording (foyer pour rois de la gaudriole genre Koudlam et Poni Hoax) qui a sorti au printemps son 1er album (Leviathan).

Côté légende, il se dit partout que le jeune Flavien a appris à composer de la musique électronique sur sa Playstation. C’est rigolo.

Côté musique, c’est à ranger dans la catégorie “du neuf avec du vieux” : des vieux son de vieux synthés pour créer des chansons modernes, entre pop et krautrock.

Ce n’est pas « désagréable ».

Mais lorsque le disque est mis sur la platine (note pour les plus jeunes : avant, on utilisait des équipements spécialisés pour écouter les disques, du genre platine + ampli + enceinte. C’était moins portable que votre téléphone, mais le son était “différent”), on a rapidement tendance à faire autre chose qu’écouter le disque.

Mais il y a quand même quelques  morceaux qui déclenche une écoute attentive (La Fête Noire, Vendredi, Bleu sous marin, Rue De La Victoire), en partie grâce au chant, qui ajoute le truc en plus.

La question est : comment faire du live avec ça ? A voir…


GHOST CULTURE

inrock-toulouse-ghost-cultuConnais pas => Clavier => Clic clic clic => Internet => “Ghost Culture assure, en alternance avec Flavien Berger, la 1ere partie de Christine & The Queens sur sa tournée des Zenith”. De quoi déclencher une subite envie de clore ce paragraphe.

Prendre sur soi, continuer les recherches. Le garçon : James Greenwood, 24 ans. Le label : Phantasy. Créé par Erol Alkan (garçon très recommandable de la club culture anglaise), où il héberge notamment les très recommandables Connan Mockassin et Daniel Avery.

Le son : chansons pop pour le dancefloor, dans l’esprit Caribou, mais dans une ambiance plus cold wave.

Plutôt agréable à écouter. Peut être une (autre) bonne surprise.


FORMATION

inrock-toulouse-formationLes organisateurs nous promettent que “[Formation] sonnent comme leurs illustres aînés new-yorkais de LCD Soundsystem”.

Après écoute (de 3 morceaux), ils sonnent effectivement parfois comme leurs aînés, mais sans en avoir les idées. Au début, on tape du pied (“Back Then”). Puis rapidement, on s’ennuie (“All The Rest Is Noise”, “Young Ones”).

Mais pas très longtemps, à priori, car ils sortent juste leur premier ep (en 30mn max, ça devrait être plié : juste le temps de saluer autour d’une bière les gens que l’on n’avait pas revu depuis l’édition 2014).

Rendez-vous dans quelques semaines pour le debrief.


logo-festival-lesinrocks-philipsLes infos pratiques : http://www.lesinrocks.com/musique/yntht/festival-inrocks-philips/

Lieu : Bikini, Toulouse : http://www.lebikini.com/

Prix par soirée : 25 euros sans les bières


Lundi 16 novembre
Fat White Family
The Districts
Wolf Alice
Bo Ningen

mardi 17 novembre
Son Lux
Ghost Culture
Flavien Berger
Formation


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.