Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Des films sur l’écran, et les mêmes crocodiles par l’entrée des artistes

6 octobre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

La 1ère édition du Festival International du Film (FIF) de St Jean de Luz ouvre ses portes ce lundi 6 octobre (jusqu’au 11), avec une nouvelle formule de compétition cinéma à laquelle de nombreux spectateurs de la côte basque ne devraient pas se faire prier pour s’y rendre en masse. Après 18 éditions sous l’appellation « Festival des jeunes Réalisateurs », le maire de la ville, Peyuco Duhart, a exprimé dans le journal Sud-Ouest que « ce rendez-vous a atteint la majorité. À cet âge, on devient indépendant ». Oui. Mais passé 18 ans, c’est aussi l’âge où la justice peut s’intéresser à vous de très près.

Quoi que très populaire, la formule initiale était potentiellement discutable, dans ce qu’elle proposait à l’automne de placer en têtes de gondoles un certain nombre de films en avant-premières, et de couvrir le tout d’un sceau « Festival » pour attirer les regards.

Depuis juin 2013, ces strass ont également attiré ceux des juges du Parquet de Nanterre : après six mois d’enquête préliminaire, une information judiciaire fut ainsi ouverte pour « abus de confiance au préjudice de plusieurs associations locales« .

En cause, le jeu troublé entre l’organisateur du Festival, Bernard Marie (le père de Michèle Alliot-Marie, à ce moment-là Maire de St Jean de Luz), et des subventions allouées à l’établissement de luxe Hôtel de Chantaco, dirigé par le même Bernard Marie, et dans lequel Michèle Alliot-Marie a des parts.

chantaco

affiche FIFCes liens entre le Festival et l’Hôtel de Chantaco conduisirent par la suite à une perquisition au domicile de MAM, en mars dernier, et l’affaire est toujours en instruction.

A y regarder de loin, sous le sable fin de la belle plage de St Jean de Luz, rien de nouveau ne s’offre aujourd’hui. De nouvelles têtes de gondole du cinéma français, et une affiche qui sent bon l’invitation à une soirée dans un casino de la côte.

Seul le directeur artistique Patrick Fabre y voit un changement de ton, « Pour ce nouveau festival, l’équipe est plus entreprenante. Nous avons l’esprit libre » (Sud-Ouest).

Mais d’un peu plus près, l’existence derrière le Festival d’un Fonds de dotation Porosus ne laisse pas de place au doute.

porosusCréé en juin 2013 au moment de la notification à Bernard Marie de l’information judiciaire, ce fonds est directement géré par les descendants de la famille Lacoste, célèbre chemisier à la marque au crocodile, également co-actionnaires du même Hôtel Chantaco, qui déclarent s’être donnés comme mission de « poursuivre, en famille, l’oeuvre philanthropique initiée par René et Simone Lacoste ».

« L’émergence des jeunes talents dans les domaines sportif et artistique », qui englobe autant le golf que le cinéma, concerne en premier ce nouveau Festival et également le golf de l’Hôtel Chantaco, soit les mêmes sources d’intérêt.

Le Maire de la ville, Peyuco Duhart, peut bien verser des larmes de crocodile et déplorer ne pas avoir reçu d’aides culturelles de la Région Aquitaine pour un budget de 160.000 euros, dont 36.000 euros de sa commune.

crocodilePeut-être que, concernant ce fonds de dotation, jusqu’au nom même de Posorus a refroidi les ardeurs régionales : ce terme désigne en effet une espèce de Crocodile marin ou Crocodile à double crête.

Festival de cinéma, promotion de l’Hôtel Chantaco et aides directes de la municipalité : le cocktail est reconstitué, quand, en d’autres termes, le mélange des gens peut être qualifié de « renaissance dans la continuité », pour le directeur artistique du FIF.


Pour les cinéphiles, tout le programme du FIF sur le site de la manifestation



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.