Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Les « Beaux Jours » de la musique, 5 concerts à Biarritz à l’image rêvée de nos cultures métissées

7 avril 2017 > > Soyez le premier à réagir !

Du baroque au rock en passant par le jazz, le festival des Beaux Jours de Biarritz célébrera en avril 2017 trois siècles de musique dans un véritable métissage de genres et de styles : sous la direction artistique de Thomas Valverde, Biarritz met à l’honneur pour une deuxième édition des musiciens de renoms et des jeunes dans une trajectoire ascensionnelle.

Après une première édition en 2016, moins comprise dans son éclectisme que son « édition zéro » de 2015, Biarritz reprend Les Beaux Jours, du 12 au 16 avril 2017, un évènement sous le signe de la découverte, par cinq concerts ponctués de danses, à l’image de plusieurs cultures qui se rencontrent, échangent et s’harmonisent.

Avec une programmation plus resserrée que l’an passé et toujours confiée au pianiste Thomas Valverde (également programmateur du Festival International de Piano Classique), le festival investit des lieux emblématiques de la ville : la Gare du Midi, le Théâtre du Casino, l’Eglise Sainte-Eugénie et (surprise) le Fronton Plaza Berri, habituellement réservé à la pelote.

Première tentative dans un lieu où l’acoustique est complètement différente que dans une salle de concert, le guitariste français Thibault Cauvin (36 Prix internationaux avant l’âge de 20 ans, palmarès encore inégalé) et l’orchestre Régional de Bayonne Côte Basque se prêtent à cette expérience sonore le dimanche 16 avril sous la direction de Jonathan Raspiengas pour un spectacle baroque des oeuvres de Vivaldi en clôture du festival.

Le 12 avril, ne ouverture romantique lancera l’édition 2017, avec le fameux duo de pianistes Katia et Marielle Labèque, qui interprèteront leur nouveau spectacle, Love Stories, autour du mythe de Roméo et Juliette : un programme piano, percussions et danse, une interprétation de West Side Story de Leonard Bernstein en première partie, puis Star-Cross’d Lovers de David Chalmin, le tout mis en chorégraphie moderne pour sept danseurs (six break-dancers et une danseuse contemporaine) dirigés par Yaman Okur, originalité garantie dans un spectacle mêlant classique, baroque, jazz, rock et electro.

Le Casino accueille ensuite l’un des plus grands jazzmen de notre époque, le saxophoniste James Carter, qui s’attaque le jeudi 13 avril au répertoire de son musicien favori, Django Reinhardt, dans un hommage version soul et funky baptisé Django unchained. Accompagné  par Gérard Gibbs à l’orgue et Alex White à la batterie, il réalise une très courte tournée en France avec très peu de dates : le 7 avril à Détroit, le 29 avril à New York, et donc, entre-temps, à Biarritz.

L’Eglise Sainte-Eugénie ouvre ses portes à des chants lyriques le vendredi 14 avril : le contre ténor croate Max Emanuel Cencic ressuscite les chefs d’oeuvres oubliés de l’opéra, et en l’occurrence, il interprétera à travers un récital, Mozart et Rossini. A l’affiche des maisons d’opéra les plus prestigieuses, comme la Staatsoper de Vienne, l’Opernhaus de Zurich, ou encore l’opéra Royal de Versailles, la nouvelle star du lyrique replongera Biarritz dans le 18eme siècle aux côtés du claveciniste Ronan Khalil, avec un répertoire créé à l’époque des castrats napolitains.

Retour au Casino le samedi 15 avril pour une soirée qui met à l’honneur les musiques du monde, avec, d’un côté, un emblème occidental, Vincent Segal et, de l’autre, un de l’Afrique de l’Ouest, Ballake Sissoko. Un rendez-vous sur les chemins du violoncelle et de la kora qui se croisent pour une rencontre basée sur l’écoute de l’autre et l’improvisation, avec l’album Musique de Nuit, .

Nommé pour leur album aux Victoires de la musique 2016, illustrant le dialogue entre deux artistes de cultures vraiment différentes, le rapprochement dessine un mélodie universelle, tendre, apaisante, au son des musiques mandingues, baroques, brésiliennes jazz et gitanes : enregistré sur un toit à Bamako, Musique de Nuit est une histoire qui chante les vérités et vertus de l’amitié et de la musicalité.


Tarifs :

mercredi 12 avril
LOVE STORIES // CAT 1 : 40 € | Tarif réduit 35 € – CAT 2 : 30 € | Tarif réduit 25 €
Jeudi 13 avril
JAMES CARTER //  CAT 1 : 35 € | Tarif réduit 30 € – CAT 2 : 25 € | Tarif réduit 20 €
Vendredi 14 avril
MAX EMANUEL CENCIC / CAT 1 : 35 € | Tarif réduit 30 € – CAT 2 : 25 € | Tarif réduit 20 €
Samedi 15 avril
BALLAKE SISSOKO & VINCENT SEGAL // CAT 1 : 30 € | Tarif réduit 25 € – CAT 2 : 20 € | Tarif réduit 15 €
Dimanche 16 avril
​THIBAULT CAUVIN & ORBCB  // CAT 1 : 30 € | Tarif réduit 25 € – CAT 2 : 20 € | Tarif réduit 15 € ​

Abonnement à partir de deux concerts : réduction de 5€/concert

Tous les renseignements sur le site de la Ville de Biarritz


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.