Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le festival Loraldia à Bilbao fait (aussi) fleurir la culture en langue basque

21 avril 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Du Labourd à la Biscaye, la culture basque s’apprête à fleurir cette semaine dans toute sa splendeur, avec un nouveau venu dans le calendrier de Bilbao, le festival Loraldia, qui lui est dédié.

Pendant que les Éthiopiques programment cinq jours de festivités culturelles (du 22 au 26 avril) à Bayonne, Bilbao accueille pour sa part un nouveau festival dédié à la culture basque, Loraldia, du jeudi 23 au dimanche 26 avril.

Loraldia-bilbao-hnuy“Le temps des fleurs de la culture basque” en investit le centre-ville, afin de faire fleurir la culture en langue basque dans une ville d’avant-garde du XXIe siècle, et de montrer ainsi sa vitalité et sa modernité.

Pour sa première édition, le festival rendra hommage à Antoine d’Abbadie, pour célébrer surtout celui qui s’était engagé en faveur de la culture en langue basque en relançant au 19e siècle ses Jeux Floraux, plutôt que d’autres des ses ardentes initiatives catholiques et antirévolutionnaires, dont l’image rime beaucoup moins avec le programme et les intentions du festival.

Loraldia-bilbao-hutsaL’ambition affichée est de devenir le pendant printanier de Durangoko Azoka, le Salon du livre et du disque basques de Durango, ce grand rendez-vous de la culture basque qui se tient au mois de décembre (voir ci-dessous).

Loraldia-bilbao-kukaiLoraldia veut prendre son relais, créer “une place de la culture contemporaine du XXIe siècle”, et devenir un référent du monde culturel basque.

Le festival s’ouvre le jeudi soir au théâtre Arriaga avec la première d’une pièce de théâtre et de danse intitulée précisément “Anton Abbadia”.

L’acteur bilbotar Aitor Mazo, la troupe de danse Kukai (sous la direction de son chorégraphe Jon Maya), et le musicien Arkaitz Miner y rendront hommage à Antoine d’Abbadie.

Au total 17 spectacles sont programmés, des spectacles de musique, de danse, de théâtre, de littérature, d’improvisation poétique, et des expositions.

L’année prochaine étoffera sa programmation, ont d’ores et déjà annoncé les organisateurs.

En provenance du Pays Basque nord, le groupe Kalakan présentera son nouvel album au théâtre Campos Eliseos (samedi soir) et la compagnie labourdine Etorkizuna Kontzeptuak y présentera son spectacle Anton Abbadia.

Loraldia-bilbao-kalakan

Les bertsolari Amets Arzallus et Maialen Lujanbio participeront au Kafé Antzokia (samedi) à un repas/bertso, dont la thématique est dédiée à Miguel de Unamuno et les Jeux Floraux de 1901.

Loraldia-bilbao-Miguel-de-UPendant ces jeux, le célèbre écrivain de Bilbao tint des propos très polémiques sur les limites de la langue basque. Plus d’un siècle après, deux des meilleurs improvisateurs en langue basque lui répondront.

Loraldia-bilbao-harkaitz-caDans l’auditoire du musée Guggenheim, l’écrivain Harkaitz Cano présenter dimanche son texte Bilbao-Baobil 2115, un texte de science-fiction se transportant au Bilbao de l’an 2115.

Loraldia-bilbao-uxue-alberdLes bertsolari Uxue Alberdi (en photo ci-dessus) et Oihana Bartra, accompagnés par les musiciens de jazz Gorka Benitez, David Xirgu et Josu Goiko, réagiront au texte.

Loraldia-bilbao-itoiz

Le groupe Itoiz

Un concert rendra hommage au groupe Itoiz le vendredi soir au Kafe Antzokia, alors que le portail du chant et de la musique basques Badok.info organise une soirée de concerts avec les groupes 22m2, Lurra et Piztiak, le samedi soir au théâtre Campos.

Vasconiako-historia-batLe cinéma basque sera à l’honneur avec la projection de Vasconiako historia bat, Sor Lekua et des courts-métrages dans la salle EITB Multibox.

Dans leur hommage à Antoine d’Abbadie, les organisateurs ont voulu célébrer surtout son rôle de promoteur et défenseur de la culture en langue basque, et sa volonté de la rendre plus prestigieuse, en oubliant sans doute d’autres aspects de sa biographie, moins conformes avec l’esprit de ce festival.

Loraldia-bilbao-abaddieNé à Dublin d’une mère irlandaise et d’un père basque, Antoine d’Abbadie (1810-1897) fut astronome, géographe, ethnographe et linguiste. Il vouera à la langue et à la culture basques une grande admiration et contribuera à leur promotion en initiant les “fêtes basques”, tout en se faisant construire à Hendaye un château dans un style néogothique irlandais, à partir des plans établis par Viollet-le-Duc, avec une chapelle, en décalage complet avec une époque où s’affirmaient la démocratie et l’athéisme, et avec un environnement culturel et social, rural, celui du Pays Basque.

23 Urrugne 1851Promues par Antoine d’Abbadie au milieu du 19e siècle et dont la première manifestation aura lieu à Urrugne en 1852, les “fêtes basques” virent le jour au moment où l’intérêt pour les cultures “traditionnelles” se développait fortement en Europe, suite à la diffusion et au croisement de l’esthétique romantique, des idées populistes et nationalistes.

Il s’agissait de “la première instrumentalisation idéologique et esthétisation de l’ensemble des coutumes populaires paysannes basques classées sous le vocable de ‘tradition’”, selon l’anthropologue Pierre Bidart (La singularité basque, PUF, 2001).

Ces “fêtes basques” furent organisées sous forme de concours, performances et spectacles, “comme si ces conditions permettaient au populaire basque de s’affirmer, de se distinguer et de se soustraire au jugement de l’indignité qui sans cesse le guette. Dans ce cas, on doit considérer le principe du concours comme une voie privilégiée de rédemption culturelle du populaire soumis au regard de tous ceux qui n’appartiennent pas à ce monde,” selon l’anthropologue.

ramiro-arrue-fandango-musee-basque

Pierre Ribera, Danse nationale, huile sur toile, 1900, musée Basque et de l’Histoire de Bayonne – Crédit : Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne

Même si les “fêtes basques” couvraient un champ bien plus vaste que les jeux floraux, qui concernaient avant tout la poésie, les activités littéraires (concours de poésies et d’improvisations) en étaient la partie la plus sensible et la plus connue, “l’exercice le plus exposé à la contestation sur le plan idéologique”, selon Bidart.

Et pendant ces concours, Antoine d’Abbadie, ardent catholique, pesait sur les orientations du jury de concours de poésie en faveur de textes d’inspiration carliste ou antirévolutionnaire.

Pour compléter l’offre culturelle de ce week-end à Bilbao, citons aussi le festival littéraire Gutun Zuria, au centre culturel Azkuna (l’ancien Alhóndiga), où participeront, entre autres, Itxaro Borda et Tzvetan Todorov.


loraldiaTout le programme sur le site de Loraldia 2015 (Pdf)


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.