Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Fidelio’ : les fantômes d’Alice restent en cale sèche

7 janvier 2015 > > Un commentaire

Sorti ce 24 décembre 2014, le premier film de Lucie Borleteau, Fidelio l’odyssée d’Alice, échoue à donner corps à une véritable réflexion sur la place du désir féminin.

Repéré au dernier Festival de Locarno, Fidelio l’odyssée d’Alice s’est avancé vers ses spectateurs avec les promesses d’un beau portrait de femme, en proie à d’incessants aller-retours entre son désir libertin et ses ravages qu’elle constate sur les hommes qu’elle souhaiterait garder intimement près d’elle.

fidelio-alice-4Le choix du lieu de cette intrigue pouvait sans doute fournir un huis-clos original, Alice étant marin dans un bateau de navire marchande exclusivement peuplé d’hommes, où sa féminité doit d’abord construire sa crédibilité dans ce milieu masculin.

Tout comme ce lourd navire, le film se lance assez mollement avant de trouver son rythme de croisière, quand sont exposés les deux piliers de son intrigue : à bord, Alice découvre non seulement que son prédécesseur vient de mourir, mais que le commandant n’est autre que Gaël, son premier grand amour (interprété par un revenant, Melvil Poupaud, revu avec plaisir au cinéma).

fidelio-alice-3Du second argument, la crainte se renforce rapidement de voir le fantôme d’Eric Rohmer surgir au milieu de considérations assez convenues sur la fidélité, les amours perdues et retrouvées, que le cinéma sage de Lucie Borleteau ne parvient pas réellement à installer au creux de nos tripes.

Que l’actrice principale (Ariane Labed, Prix Interprétation Locarno) déploie pour cela une conviction et une présence indéniables ne permet pas pour autant au récit de s’éloigner de feuillets Harlequin lus paresseusement sur le bord de la mer (quelques scènes de sexe impétueux donnant pourtant l’espoir, vain, de s’en dégager).

fidelio-alice-2Dès lors, les voyages mentaux entre le monde des vivants (celui d’Alice) et des morts (son prédécesseur, marin dépourvu de la capacité d’aimer, comme elle le découvre dans son journal intime) ont plutôt tendance à surcharger la barque : seul sans doute le crépusculaire Adieu d’Arnaud des Pallières (2003) est parvenu dans cet exercice casse-gueule à installer une tension convaincante et nourrissante.

Reste ce cadre ferrailleux et mécanique assez rarement utilisé par le cinéma intimiste, la réalisatrice parvenant à en dessiner des rapports sociaux dont ne sont pas exclus la violence, le danger et une idée certaine de la fratrie qui en naît malgré tout.

fidelio-alice-1fidelio-alice-5Au final, Alice peut bien être parvenue à affronter ses fantômes et à trouver sa voie dans son odyssée personnelle, il n’est pas certain que ce Fidelio procure plus que de la curiosité, à l’image de ces carcasses de vieux navires qui échouent dans des ports et qui peinent à ressusciter leurs mythologies passées.

Lucie Borleteau a sans doute réussi un tour de force en montrant l’ambition d’un cinéma aux antipodes du syndrome français T.I.P. (Trio, Intérieurs, Paris).

Mais pour paraphraser un trait d’humour du féroce critique Eric Neuhoff, « ce n’est pas son meilleur film, même si c’est son premier ».


Fidelio l’odyssée d’Alice, réalisé par Lucie Borleteau – 1h37 – programmé au Cinéma L’Atalante de Bayonne jusqu’au 13 janvier 2015

 


Commentaires

Une réponse à ‘Fidelio’ : les fantômes d’Alice restent en cale sèche

  1. Muriel dit :

    En fait, si on lit bien entre les lignes, tu as bien aimé ce film ciselé à de la dentelle de Calais et de tous les ports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.