Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Ce que « sans cochon, pas de civilisation » a dit d’Eklektika, de Bayonne et d’ailleurs (avant 2017)

28 mars 2016 > > 4 commentaires

« Dis moi ce que tu publies, je te dirai ce que tu es » : le proverbe vaut pour le portail Eklektika,  bien entendu.

Notre média a publié un avis très tranché le mercredi 23 mars au sujet d’une façade barrée de l’inscription « Sans cochon pas de civilisation » visible pour la Foire au Jambon de Bayonne (du jeudi 24 au dimanche 27 mars 2016).

foire-jambon-bayonne-9Nous avons pris nos responsabilités par rapport aux réactions immanquables : maladresse ou bêtise, la première chose que nous voulions exprimer dans le premier article était de ne permettre à personne d’être heurté. En particulier pour ses convictions religieuses, ou philosophiques.

En demandant son retrait, la deuxième chose recherchée était de ne laisser quiconque regarder cette expression en réagissant d’un « et pourtant oui, c’est ça, cochon = civilisation ». De voir le sens des mots dépasser leurs auteurs, et être dévorés par des gueules bavantes de rage.

Comme bien d’autres sur les réseaux sociaux, un jeune et minuscule média comme Eklektika a vu avec satisfaction l’affichage retiré (partiellement) au deuxième jour de la Foire au Jambon.

Une satisfaction, mais accompagnée sur Internet par de nombreux « doutes » exprimés sans ménagements sur nos motivations.

Dans les premières réactions recueillies, il nous a fallu répondre à ceux qui ne voyaient pas le problème là où, d’une certaine façon, nous étions accusés de l’avoir créé par pur intérêt.

« Il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent, pas de Kulture Sport cette année, mais au pire, tu crées toi même le buzz et tu vois si ça prend après, ou pas. »

foire-jambon-bayonne-13Répondre à ceux qui, trop vite, par paresse ou mal renseignés, ont pensé un instant que nous demandions (au hasard) : la fermeture de la Foire au Jambon ; l’abattage de tous les porcs de par le monde ; ou la répartition des lecteurs en deux groupes porcino-incompatibles;

« Tout est bon dans le jambon ! Arrêtez d’emmerder le monde avec vos conneries !!!! »

« D’un côté les bourrins, les beaufs, les incultes ; et de l’autre la finesse, la classe, les biens pensants, les gardiens du savoir-vivre, du bon goût etc etc. »

foire-jambon-bayonne-4On ne s’attendait pas à être désigné du doigt par Sud Ouest dans son édition du samedi 26 mars sans y lire les explications pourtant données à son journaliste la veille. A sa demande.

Peut-être que, à 11h d’un matin de Foire au Jambon, il était déjà trop tard pour lui permettre de garder ses idées claires, quoi que : dès le jeudi, nous avions été immédiatement intégrés dans le camp de ceux qui portaient « avec plus ou moins bon goût » une contestation.

Répondre aussi d’un délit permanent de dépréciation du travail des élus bayonnais, en particulier son Adjoint à la Culture.

« Yves Ugalde parlerait de pétanque ou de canique que le sujet serait polémique. Moi, perso, je trouve que ce mur de mots est de bon goût et qu’il va bien à Bayonne. »

foire-jambon-bayonne-7Et puis sont venus assez rapidement ces messages montrant la limite du mot « civilisation » quand il est utilisé pour un « bon mot », qui n’aurait pas le même sens ici à Bayonne qu’ailleurs.

« Les fêtes sont ce qu’elles sont, et si les gens les aiment tant c’est que l’esprit de convivialité y est. Le reste n’est que foutaise. »

foire-jambon-bayonne-14Penser que « animation et culture regroupées autour d’une même responsabilité » puisse s’affranchir d’une réflexion sur les mots utilisés nous a semblé un effet de façade paresseux et non responsable.

Ça n’a guère traîné.

screenshot-twitter.com 2016-03-28 21-32-40« Cette fete du jambon existe depuis 500 ans et on devrait l’interdire sous prétexte que les musulmans mange pas de porc ????
Et puis dans 15 ans on les laissera gouverner notre pays ils installeront la charria et adieu notre culture ! »

—-

« Ceux que ça dérange il y a plein de pays ou vous pouvez partir! Pourquoi pas la Syrie? Je suis sur qu’aucun amoureux du cochon ne viendra vous déranger »

—-

« Le vivre ensemble? dans quelques années vous les bobos lopettes leur lècherez les babouches pour un bol de couscous. pauvres types. »

Fixant Eklektika d’un doigt mauvais, plusieurs sites internet d’extrême droite « pince toi le nez avant » portent aujourd’hui ce que Bayonne doit se féliciter de ne pas porter.

Ou alors au prix de devoir accepter la fin de ces équilibres de tolérance, notamment entre son histoire et sa culture.

foire-jambon-bayonne-10Tweets, messages Facebook, mails reçus à Eklektika : beaucoup d’entre eux se sont terminés par des lendemains politiques envisagés sans quiproquo.

« Quand on sait que les salafistes, et tous les anti-France peuvent crier leur haine de notre pays en pleine rue sans être inquiété. FN 2017 »

« Si notre culture et notre civilisation choquent les immigrés venant d’ailleurs, ils peuvent toujours repartir chez eux. Pourquoi devrions nous changer nos habitudes pour eux ? Nous sommes chez nous. Ils sont chez nous, pas l’inverse. « 

—-

« Regrouper « animation et culture autour d’une même responsabilité » comme s’en est réjoui l’adjoint la culture ? Et bien justement ! N’est-ce pas, à ces terroristes islamistes – qui veulent détruire nos valeurs » – comme le gouvernement se complaît à nous le seriner, une réaction de légitime défense. Et finalement, le plus inquiétant dans cette histoire de cochon bayonnais, c’est que ce sont même pas les musulmans qui ont récriminé. »

Non, effectivement.

On vous en passe, et des pires.

Notre projet se définit jour après jour. Les responsabilités endossées par ceux qui publient sont plus importanes que ceux qui, derrière la page Facebook, ne prennent pas forcément le parti d’assumer les leurs.

On est Eklektika.

On se sent aussi défini par tous ceux, extrêmement nombreux, qui ont partagé nos articles sur le sujet avec la même consternation.

« Dis moi par qui tu es soutenu ; je te dirai qui tu es ».

#merci.


foire-jambon-bayonne-11Les visuels de l’article

Delicatessen de Jeunet et Caro (1991)


 


Commentaires

4 réponses à Ce que « sans cochon, pas de civilisation » a dit d’Eklektika, de Bayonne et d’ailleurs (avant 2017)

  1. Pantxo Desbordes dit :

    N’en déplaise, le saucisson n’est pas une unité de mesure civilisationnelle.

    L’éclosion de villes, la structuration étatique, l’organisation d’une agriculture, puis, au fil des siècles, d’industries, sont les caractéristiques organisationnelles de ce que l’on nomme une civilisation (le mot apparait sous la plume des écrivains des Lumières).

    D’un point de vue matériel, l’idée de civilisation se lit dans l’édification de bâtiments emblématiques, religieux ou non, susceptibles de réunir tout ou partie de ses membres. Il n’y a pas que dans les temples que l’on fait étymologiquement « religion » .

    La civilisation se définit aussi par sa relation aux autres, par le biais du commerce ou des échanges culturels, par l’émergence de formes artistiques, l’écriture ou les connaissances scientifiques…

    J’ai beau chercher, pas de saucisson au chapitre. Une civilisation connait des hauts et des bas, des évolutions et des révolutions. Des guerres aussi. Et pour mémoire, notre civilisation a envoyé des millions de soldats à la boucherie, pâté Henaff en poche.

    Peace and saucisse
    Speck and respect

  2. Xavier dit :

    Cette fois ci, je ne partage pas du tout ce positionnement radical contre cette malheureuse citation, trop facilement sortie de son contexte et montée en épingle. Que d’encre trempé au nom d’une possible bien pensance qui ne voudrait heurter personne. Certes, on peut trouver certaines des citations, dont celle là bien sûr, nons empreintes d’une grande finesse, pas marrantes…etc. De là à polémiquer et se réjouir du retrait du bout de phrase honni… Personnelement je trouve que c’est accorder bien trop d’importance et de portée à une citation, qui s’inscrit dans un humour potache d’ensemble des citations.
    A mon sens les auteurs auraient inscrit n’importe quel autre animal que le cochon et ça passait comme une lettre à la poste. « Justement… », peut-on rétorquer, « pas le cochon! »
    Ne devenons pas des tireurs d’élites sur tout ce qui peut être susceptible de déranger.

    Sur ce, je continuerai à vous lire lorsque je souhaite avoir accès à une information culturelle de qualité, démarche différente que la lecture de citations sur le cochon.

    • Merci, Xavier,
      pour votre commentaire,
      mais on en reste toujours au même point problématique…

      Ce n’est pas une citation. Ni un jeu de mot.

      On continue de penser que c’est une « couennerie ».

      Et on récupère beaucoup de témoignages de gens qui se sont sentis blessés, « pas chez nous », sans doute parce que leur intégration est toujours difficile, alors que nés ou travaillant ici.

      Bien à vous,

  3. Marco dit :

    L’expression « sans cochon, pas de civilisation »
    est d’une perversité sans nom,
    qui emboite tout un ensemble d’idées par raccourcis :

    1. ceux qui ne mangent pas de cochon sont les musulmans
    2. les terroristes islamistes représentent les musulmans
    3. donc les musulmans sont des barbares

    C’est réduire les musulmans à Daesh, c’est
    ignorer (ou faire semblant d’ignorer) qu’il
    y a encore une civilisation musulmane digne de ce nom,
    humaniste, ne se définissant ni par la violence, ni par
    le puritanisme, le sexisme, etc.

    Et surtout ce « sans cochon… » accrédite
    ce que justement Daesh tente de faire
    croire aux musulmans : L’Etat islamique incarnerait un
    renouveau de la civilisation musulmane.

    Autrement dit, « sans cochon, pas de civilisation »
    est barbare.

    merci Eklektika, lâchez rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *