Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Fromagique !’ du groupe Le Mutant, la frenchy franchise sans contre-façon

13 novembre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Vendredi soir au Magnéto de Bayonne, le groupe basco-californien Le Mutant fête son premier album avec un rendez-vous surf punk rock qu’il est urgent de ne pas négliger.

Localement, il pourrait être beaucoup pardonné au groupe Le Mutant, de par ses attaches locales qui lui permettent d’annoncer la sortie de leur premier album, « Fromagique ! » sous des couleurs basco-californiennes que d’autres groupes signés par un gros du genre Universal n’auraient pas revendiquées.

Les cartes d’identités intéressant bien moins ses membres que leur prochain embarquement vers San Francisco ou Malibu, l’envie est le premier moteur naturel de cette formation surf-punk rock du nom des quasi-défunts supermarchés discount, dont l’un d’eux fut le totem natal du frontman Thomas Saez sur sa commune tchernobylisée du Boucau, près de Bayonne.

Avec deux compères, Kevin Baudouin et Jérôme Martineau, partageant la même envie de répondre par « euh, oui, c’est mon vrai nom, mais je ne suis pas parent avec celui qui est connu… », le groupe a désormais un vécu certain de concerts donnés depuis 2011 dans d’obscurs rades de Californie et de pas mal d’autres dans des villes et villages en Europe parfois mal cernés par Google Earth, le trio revendiquant son refus salutaire d’une « musique bouleversante ou introspective« .

mutant-fromagique-6Le Mutant a donc hissé les couleurs de reprises de standards surf punk sur les bases d’un combo classique guitare-basse-batterie-et-tout-ce-qui-leur-passe-dans-les-mains, « un chaos total qui trouve sa cohérence dans l’incohérence de nos compositions« , a osé commettre Thomas Saez ce jeudi matin en conférence de presse à Bayonne.

Rejoindre dans un même élan l’envie de faire hurler le public et de rendre hommage aux Pixies, aux Beach Boys et à Jon Spencer & the Blues Explosion serait leur motivation principale, quand un coup d’oeil sur leur compte Facebook montre une vénalité plus assumée, et surtout une inextinguible envie de recracher des huitres mâchonnées dans des bars chics de la Côte Ouest de Reims.

mutant-fromagique-4mutant-fromagique-7Une philosophie d’aventuriers qui a réussi à convaincre un label indépendant de hip hop de Marseille, Boumqueur Music, d’en rajouter dans leur parcours atypique : après 3 EPS auto-produits, les voici donc prêts à affronter les affres d’un premier album barré d’un « Fromagique ! « , un titre que leur consommation décrite comme « normale » de substances variées ne permet pas totalement de saisir.

Le groupe n’en a cure, « la première idée est la meilleure« , entendent-ils bien défendre. Encore faut-il passer l’épreuve imposée ce matin du titre proposé en conférence de presse, Electric Boogaloo, gloubiboulga de zouk et de trompettes mexicaines dont le 45ème degré n’est pas immédiatement perceptible.

Un instant de gêne peut alors s’installer, quand le cliché presse fourni pour la conférence ramène leurs visages bienveillants bien loin des faciès espérés de purs rockers, et aurait tendance à les voir rejoindre d’éventuelles campagnes promo absolument épouvantables (pour rappel, la région vit toujours dans l’angoisse de nouvelles formations musicales revendiquant de prendre le relais des affligeants Ezkemo).

mutant-covoiturage-2Quelques instants plus tard, pourtant, l’écoute sur le même album de morceaux comme Invisible Crowd, sur lequel Jelo Biaffra ne trouverait pas à cracher, ou de Super Mario Taco, une ode bien énervée contre les dégâts intestinaux occasionnés par la nourriture mexicaine, permet de confirmer que Le Mutant a toute sa place dans la liste de groupes dont il faudra pirater avec honte l’album dès que possible.

Et que, oui, il leur sera beaucoup pardonné, en particulier de ne pas connaitre les intros wah wah de Frandol et des Road Runners.

A côté d’eux, Thierry Noise R’us du collectif de la Souche Rock, qui les a programmés ce vendredi 14 novembre au Magnéto avec les excellents The Lookers, peut bien s’émerveiller de « cette universalité du rock qui fait se rejoindre des sonorités communes » que l’on espérait toujours vivaces.

Son expérience de la scène indie ne sera pas prise en défaut sur ce choix de concert au Magneto de Bayonne : avec le programme annoncé d’un instant de pure jouissance surf rock, Le Mutant proposera du meilleur tonneau sans titres dédiés à leurs premières copines et sans aucune autre contre-façon que leurs jeans made in China.

mutant-fromagique-3Il vous en coûtera 5 euros de billetterie à l’entrée du Magnéto de Bayonne et au moins autant devant le comptoir pour vous en rendre compte par vous-même : ces trois-là sont à suivre, et il est sans doute inutile de penser que vous pourriez les voir à la prochaine Université du Modem.

Aux pulls en bandoulière négligemment disposés sur les épaules, Le Mutant a opté pour une option plus sérieuse, celle de l’attente rarement déçue de torrents de rots ravis et de pluies de soutiens gorges sur la scène. Même made in China.

mutant-fromagique-1


agenda-magnetoTous les renseignements sur le concert de Le Mutant sur le site du Magnéto

Tout ce que vous aimerez désormais savoir sur le groupe,
au moins officiellement, est sur leur site dédié,
ou sur leur page Facebook


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.