Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Féroce révolutionnaire de la Bd française, père de Gai Luron et de la coccinelle, Gotlib est décédé ce dimanche

4 décembre 2016 > > Soyez le premier à réagir !

L’auteur de BD Gotlib est mort « brutalement à son domicile » à l’âge de 82 ans, une triste nouvelle que son éditeur a annoncé à l’AFP ce dimanche, « c’est bien la première fois qu’il ne nous fait pas rire », écrit Dargaud.

« La famille de Marcel Gotlib vient de nous apprendre le décès ce jour de Gotlib», a indiqué l’éditeur Dargaud, qui fait part de son « immense tristesse ». « Les millions de lecteurs ayant appris à rire dans les pages de la « Rubrique à brac », des « Dingodossiers » ou de « Gai Luron » perdent un humoriste fascinant, un dessinateur virtuose, un touche à tout iconoclaste et un ami cher qui parvenait à provoquer le rire à la moindre de ses pages », a ajouté l’éditeur.

deces-de-goltib-4-7« De « Pilote » à « Fluide glacial » ou « L’écho des savanes », Gotlib a révolutionné la façon de faire de la bande dessinée, faisant rentrer un non-sens britannique et une irrésistible façon de se moquer de tout dans les foyers français. C’est bien la première fois qu’il ne nous fait pas rire », conclut le communiqué de Dargaud.

A la fois dessinateur et scénariste, Marcel Gottlieb – son nom sera francisé plus tard – était né à Paris en 1934 dans une famille d’origine juive hongroise.

Son père, Ervin, est mort en déportation à Buchenwald et le petit Marcel passe l’Occupation caché dans une ferme normande pour échapper aux rafles anti-juives. Au lendemain de la guerre, il veut faire du dessin animé et prend de plein fouet l’influence des dessinateurs américains, comme Harvey Kurtzman et l’équipe du magazine satirique Mad.

Il travaille dès 1960 avec Franquin, René Goscinny, Albert Uderzo et Mandryka. Avec ce dernier et Claire Bretécher, il a fondé le journal L’Écho des savanes en 1972. Gotlib a également lancé sa propre revue en 1975, Fluide glacial.

Dans ses célèbres « Rubrique-à-brac », Gotlib parodiait tout ce qui fait autorité : Moïse et ses tables, Victor Hugo, les contes pour enfants, le folklore français.

deces-de-goltib-4-13Il a démonté toutes les mythologies modernes, des émissions vedettes de la télé (d’où sortent les personnages Bougret et Charolles) aux westerns spaghetti et autres films cultes.

C’est l’époque de la coccinelle, son personnage fétiche qu’il dessine dans les coins.

Il crée le docte Professeur Burp, dont les cours sur les bêtes partent en quenouille ; transforme Newton découvrant la loi universelle (de la gravité) en running gag.

Et Gotlib tenait aussi sa popularité d’être le premier auteur de BD que les lecteurs reconnaissent dans la rue, parce qu’il se dessinait en personne dans ses planches, de préférence sur un trône, avec une couronne de lauriers.

deces-de-goltib-4-16Un truc pour exorciser sa timidité : « Je suis extrêmement complexé. J’avais l’impression de me venger en faisant le con, en me montrant magnifique sur mon trône ».

Ses innombrables admirateurs lui rendent hommage aujourd’hui, en partageant ou adaptant quelques uns de ses dessins les plus célèbres.

deces-de-goltib-4-5

deces-de-goltib-4-12deces-de-goltib-4-9deces-de-goltib-4-10deces-de-goltib-4-11


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.